Browse Source

Publishing Parvenir

master
David Larlet 1 year ago
parent
commit
0153d01604

+ 1
- 1
david/2020/08/24/index.html View File

@@ -148,7 +148,7 @@
<h2 id="erich">Erich <a href="#erich" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Dans <em>L’art d’aimer</em>, j’ai noté que le mot « tomber », dans l’expression « tomber amoureux », est en soi-même une contradiction. Puisque aimer est une activité productive, on ne peut que se tenir <em>debout</em> en amour, ou <em>marcher</em>, mais certainement pas « tomber », ce qui dénoterait une passivité.</p>
<p><cite><em>Avoir ou être</em>, Erich Fromm</cite></p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre">Avoir ou être</a></em>, Erich Fromm</cite></p>
</blockquote>
<p>Difficile d’écrire activement l’amour sans <em>tomber</em> dans le jugement.</p>


+ 1
- 1
david/2020/09/01/index.html View File

@@ -160,7 +160,7 @@
<h2 id="persona">Persona <a href="#persona" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Avoir se rapporte aux <em>choses</em>, et les choses sont constantes et <em>descriptibles</em>. Être se rapporte à l’<em>expérience</em>, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre <em>persona</em>, <mark>le masque que nous portons tous</mark>, le moi que nous présentons — car cette <em>persona</em> est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.</p>
<p><cite><em>Avoir ou être</em>, Erich Fromm, 1976</cite></p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre">Avoir ou être</a></em>, Erich Fromm, 1976</cite></p>
</blockquote>
<p>Cette réflexion vient accompagner ce que j’ai envie de partager sur la forêt. Loin du matériel, m’intéresser davantage aux sensations et aux instants passés dans ces lieux. Et le partager en temps-réel, c’est déjà l’altérer (pas forcément pour le pire). Et le raconter, c’est déjà l’interpréter. Et le garder pour soi, c’est l’oublier.</p>
<p>En parallèle de tout cela, avoir envie de témoigner d’un niveau de confort et de vie — au sens biosphère — qui ne sera plus si je me considère comme étant au pic de l’insouciance (pour rester poli/optimiste) de l’humanité.</p>

+ 4
- 4
david/2020/09/16/index.html View File

@@ -59,7 +59,7 @@
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/07/" title="Publication précédente : Rappels">←</a> •
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil">🏠</a>
• <a rel="next" href="/david/2020/10/08/" title="Publication suivante : Parvenir">→</a>
</p>
</nav>
<hr>
@@ -69,7 +69,7 @@
<h2 id="anarchiste">Anarchiste <a href="#anarchiste" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Il n’y a pas de honte à défendre l’anarchie et à en défendre les principes car ses valeurs sont belles. Elles pourraient même se résumer en « Liberté, Égalité, Fraternité ». Mais « pour de vrai », comme disent les enfants. Les anarchistes se sont battus pour ces valeurs avec tellement d’acharnement que cela a toujours fait peur à la caste dirigeante, qu’elle se nomme noblesse, bourgeoisie, oligarchie ou soviet suprême. Alors, pour éviter à tout prix de partager les richesses à égalité entre des femmes et des hommes libres, <mark>il fallait empêcher que l’anarchie prenne racine, que ce mot fasse envie et redonne de l’espoir aux plus pauvres</mark>. Éviter que ces pauvres prennent conscience qu’avec leur nombre ils auraient pu la faire, la révolution, et la réussir. C’était d’ailleurs la devise de John David Rockfeller : « Ne pas leur laisser croire que la révolte ça peut marcher. »</p>
<p><cite><em>Comment je suis devenue anarchiste</em>, Isabelle Attard</cite></p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste">Comment je suis devenue anarchiste</a></em>, Isabelle Attard</cite></p>
</blockquote>
<p>C’est peu de dire que je me suis beaucoup retrouvé dans ce livre, autant dans mes propres expériences que dans mes lectures et mes espoirs. Je partage les <a href="/david/2020/04/18/#regrets">désillusions</a> du processus parlementaire, les frustrations d’une <a href="/david/2020/09/07/#justice">culture de la domination</a>, les inspirations — de <a href="/david/2020/12/21/#pouvoir-de-detruire-pouvoir-de-creer">Murray Bookchin</a> à <a href="/david/stream/2018/11/13/">Daniel Quinn</a>, en passant par Kropotkine —, l’inévitable chemin sensé vers le véganisme, le constat d’une Histoire constamment <a href="/david/2020/09/07/#anarchisme">réécrite</a>, les prises de recul en <a href="/david/2020/09/01/#rythme">parcourant la forêt</a>. Je me sentais en terrain connu mais non conquis.</p>
<p>Et pourtant, j’ai toujours eu du mal à me revendiquer comme étant anarchiste, probablement par une méconnaissance du terme (maintenant comblée) mais aussi par l’image que cela pouvait donner pour les personnes n’ayant pas le même niveau de conscience du mot que moi. C’est peut-être ce que cet ouvrage va changer : prendre le temps de <em>me</em> ré-accaparer le mot et de transmettre mon interprétation aux <em>autres</em>.</p>
@@ -114,7 +114,7 @@
<blockquote>
<p>Que les lois soient oppressives ou libérales n’a que peu d’importance, pas plus que les moyens qui sont utilisés pour les faire appliquer, si on tient compte du point principal : le peuple doit apprendre à craindre l’autorité et pas seulement en la personne des « représentants de l’ordre » parce qu’ils portent des armes. Pour que l’État fonctionne convenablement, cette peur n’est pas une sauvegarde suffisante ; <mark>le citoyen doit encore intérioriser cette peur et transformer l’obéissance en une catégorie morale et religieuse : le péché.</mark></p>
<p>Les gens respectent la loi non seulement parce qu’ils ont peur mais aussi parce qu’ils se sentent coupables de désobéir. Ce sentiment de culpabilité peut être surmonté grâce au pardon que seule l’autorité peut accorder. Les conditions d’un tel pardon sont les suivantes : le pécheur se repent, il est puni et, en acceptant la punition, il se soumet à nouveau.</p>
<p><cite><em>Avoir ou être</em>, Erich Fromm</cite></p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre">Avoir ou être</a></em>, Erich Fromm</cite></p>
</blockquote>
<p>Au-dessus du péché, la conscience ? Cette petite voix que l’on ne peut faire taire ni combattre. Celle qui nous pousse à l’action tout en nous tétanisant. Celle qui prend soin de nous et nous ronge de l’intérieur.</p>
<p>Citation de la semaine potentiellement liée :</p>
@@ -156,7 +156,7 @@
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/07/" title="Publication précédente : Rappels">←</a> •
<a href="/david/2020/" title="Liste des publications récentes">↑</a>
• <a rel="next" href="/david/2020/10/08/" title="Publication suivante : Parvenir">→</a>
</p>
</nav>
</article>

+ 11
- 0
david/2020/10-08.md View File

@@ -0,0 +1,11 @@
# Parvenir

*Tenter de refuser.*

.. include:: fragments/Refus.md
.. include:: fragments/Technique.md
.. include:: fragments/Grand soir 2.md
.. include:: fragments/Dispersion.md
.. include:: fragments/Jeux.md
.. include:: fragments/Allumage.md
.. include:: fragments/Raide.md

+ 245
- 0
david/2020/10/08/index.html View File

@@ -0,0 +1,245 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the <title>
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Parvenir — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Tenter de refuser.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f0f0ea">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f0f0ea">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2020-06-19.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script type="text/javascript">
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">

<article>
<header>
<h1>Parvenir</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/16/" title="Publication précédente : Coupable">←</a> •
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil">🏠</a>
</p>
</nav>
<hr>
<main>
<p><em>Tenter de refuser.</em></p>
<h2 id="refus">Refus <a href="#refus" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Le <em>refus de parvenir</em> n’implique ni de manquer d’ambition ni de bouder la réussite. Juste de réaliser à quel point ces deux notions gagneraient à davantage de singularité : elles sont aujourd’hui normées par des codes sociaux qui n’ont que peu en commun avec les aspirations individuelles, ni d’ailleurs avec l’intérêt collectif.</p>
<p>[…]</p>
<p>La notion de <em>refus de parvenir</em>, jusqu’ici s’est essentiellement développée dans les milieux anarchistes et libertaires. Pour ce courant de pensée, <em>refuser de parvenir</em> signifiait avant tout ne jamais collaborer avec l’État ni plus largement participer à l’exercice d’un pouvoir corrupteur qui ne peut se maintenir que par l’oppression. L’ascension sociale, les honneurs et les privilèges individuels y sont perçus comme des trahisons de classe au bénéfice d’un système qui cherche à capter les éléments les plus brillants de la population ouvrière pour les mettre à son service. <mark>Le refus de parvenir a donc la visée à la fois égalitaire et solidaire</mark> : celle de rester à sa place pour y poursuivre la lutte en compagnie de ses compagnons de combat et de misère. Albert Thierry, instituteur envoyé au front, écrivait ainsi dans son <em>Essai de morale révolutionnaire</em> : « Refuser de parvenir, ce n’est ni refuser d’agir, ni refuser de vivre : c’est refuser de vivre et d’agir pour soi et aux fins de soi. »</p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace">Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce</a></em>, Corinne Morel Darleux</cite></p>
</blockquote>
<p>Ce passage gratte pas mal sur un plaie ouverte. Si on a la possibilité de grimper dans l’ascenseur social, vaut-il mieux le décliner ou tenter de faire monter le plus de personnes possible avec soi ? Ce qui est certain, c’est qu’à avoir une position entre les deux on finit par se retrouver à l’endroit où ça fait mal.</p>

<blockquote>
<p>Le <em>refus de parvenir</em> revêt enfin un autre intérêt collectif aujourd’hui, celui de la lutte contre l’<em>hubris</em> et la démesure qui sont en train de détruire les conditions d’habitabilité de la planète. Il s’agit aujourd’hui de <em>cesser de nuire</em>.</p>
<p><cite><em>Ibid.</em></cite></p>
</blockquote>
<p>À rapprocher de cette volonté de <a href="/david/2020/01/31/#power-imbalance">faire le moins de dégâts possibles</a> qui m’a été grandement inspirée par une intervention de <a href="https://pedagogieagile.com/">Christian den Hartigh</a>.</p>

<blockquote>
<p>Aujourd’hui, je n’ai nui à aucun être vivant de cette planète. <em>Ne pas nuire.</em> Étrange que les anachorètes du désert n’avancent jamais ce beau souci dans les explications de leur retraite. Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l’idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces.</p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie">Dans les forêts de Sibérie</a></em>, Sylvain Tesson</cite></p>
</blockquote>
<h2 id="technique">Technique <a href="#technique" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Alors ouais, je vais continuer à aller lire les petits sites pourris perso des copains, parce que eux, au moins, respectent leurs lecteurs et leurs lectrices.</p>
<p><cite><em><a href="https://nota-bene.org/Je-suis-un-vieux-con">Je suis un vieux con</a></em> (<a href="/david/cache/2020/d79377f9a5b66a158e5c7df3f3fe2b14/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Et je vais continuer à faire des liens vers eux car j’ai les mêmes frustrations. Et je crois que cela est lié à cette notion de <em>refus de parvenir</em>, il y a un moment où ce n’est pas parce que l’on <em>peut</em> faire une chose que l’on <em>doit</em> faire cette chose.</p>

<blockquote>
<p>Ainsi l’action de l’esprit, créant furieusement, et comme dans l’emportement le plus aveugle, des moyens matériels de grande puissance, a engendré d’énormes évènements, d’échelle mondiale, et ces modifications du monde humain se sont imposés sans ordre, sans plan préconçu et, surtout, sans égard à la nature vivante, à sa lenteur d’adaptation et d’évolution, à ses limites originelles. On peut dire que <em>tout ce que nous savons</em>, c’est-à-dire <em>tout ce que nous pouvons</em>, a fini par s’opposer à <em>ce que nous sommes</em>.</p>
<p><cite><em>Le Bilan de l’intelligence</em>, Paul Valéry</cite></p>
</blockquote>
<p>Ce n’est pas parce que je suis techniquement capable de produire une solution au seuil de mes capacités qu’il s’agit pour autant d’un produit qui s’avère être pertinent pour autre chose que la démonstration de mon propre pouvoir. Ce n’est pas parce que je peux <a href="https://tonsky.me/blog/sublime/">ajouter des fonctionnalités</a> (<a href="/david/cache/2020/37c08a59224bed34c1f2d243f029c54c/">cache</a>) que je dois le faire. On en revient à cette notion d’Ellul de <a href="/david/stream/2015/11/22/">non-puissance technique</a>.</p>
<p>Peut-être à rapprocher de ce que <em>j’ai</em> produit :</p>

<blockquote>
<p>Mais, peut-être plus que toute autre chose, la possession de biens matériels porte à son comble la soif d’immortalité, et c’est pour cette raison que l’orientation avoir a pris tant de force. Si mon <em>moi</em> est constitué de ce que <em>j’ai</em>, alors, je suis immortel si les objets que j’ai sont indestructibles.</p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre">Avoir ou être</a></em>, Erich Fromm</cite></p>
</blockquote>
<h2 id="grand-soir">Grand soir <a href="#grand-soir" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Que l’on cesse seulement d’obéir ou que l’on désobéisse franchement, que l’on cesse de se soumettre ou que l’on résiste ouvertement, il y a une chose que l’Histoire nous apprend : <mark>il ne faut rien attendre du Grand Soir</mark>. Vous l’attendrez très longtemps, il y a de fortes chances pour qu’il ne vienne jamais ou qu’il donne naissance à une nouvelle tyrannie.</p>
<p>Après avoir soutenu la stratégie de la « propagande par le fait » qui devait amener au fameux Grand Soir, Errico Malatesta s’était ravisé et avait alors proposé une nouvelle stratégie, fondée sur le gradualisme révolutionnaire. Je ne sais pas s’il avait raison ou non, mais ce qu’il a écrit m’anime chaque jour : « Il ne s’agit pas de faire l’anarchie aujourd’hui, demain ou dans dix siècle, mais d’avancer vers l’anarchie, aujourd’hui, demain, toujours. »</p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste">Comment je suis devenue anarchiste</a></em>, Isabelle Attard</cite></p>
</blockquote>
<p>De manière cohérente, <a href="http://lenouvelessai.nursit.com/spip.php?article31">ce chemin ne peut se faire que localement</a> (<a href="/david/cache/2020/030b4208de95e734300a715f386ba1bf/">cache</a>) et je salue ce départ avec tristesse car physiquement éloigné mais aussi avec inspiration et espoir en me disant que je ne serai motivé pour faire partie d’un essaim qu’à force d’en voir d’autres se créer ici et là.</p>
<p>Cela m’inspire aussi pour m’éloigner des réseaux sociaux afin de prendre le temps de creuser davantage la <a href="/david/2020/09/07/#cristal">cristallisation</a> de cet espace.</p>
<h2 id="dispersion">Dispersion <a href="#dispersion" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Overdispersion should also inform our contact-tracing efforts. In fact, we may need to turn them upside down. Right now, many states and nations engage in what is called forward or prospective contact tracing. Once an infected person is identified, we try to find out with whom they interacted afterward so that we can warn, test, isolate, and quarantine these potential exposures. But that’s not the only way to trace contacts. And, because of overdispersion, it’s not necessarily where the most bang for the buck lies. Instead, in many cases, <mark>we should try to work backwards to see who first infected the subject</mark>.</p>
<p><cite><em><a href="https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/09/k-overlooked-variable-driving-pandemic/616548/">K: The Overlooked Variable That’s Driving the Pandemic</a></em> (<a href="/david/cache/2020/cfc14f158c3fd69336c128dd70b29072/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Voilà une hypothèse intéressante en terme de propagation du virus qui pourrait expliquer le difficilement explicable et faire évoluer notre façon de nous protéger. Pas de solution miracle mais tout de même des pistes de réflexion pour inverser la tendance.</p>

<blockquote>
<p>In an overdispersed regime, identifying <em>transmission events</em> (someone infected someone else) is more important than identifying <em>infected individuals</em>.</p>
<p><cite><em>Ibid.</em></cite></p>
</blockquote>
<p>Se concentrer sur les flèches du graphe plus que sur les nœuds. Il me semble qu’un certain réseau social est plutôt bon pour retracer ce genre d’interactions…</p>
<h2 id="jeux">Jeux <a href="#jeux" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Every major game platform defines achievements similarly, whether it is PlayStation, Steam, Xbox, or one of the other new cloud-gaming platforms operated by Google, Amazon, and Nvidia. This ubiquitous implementation of “achievements” — data about players’ behavior and skill that is not contained to the game itself — reflects how games have been gamified: Achievements and rewards reduce the heterogeneous experience of different players playing different games to a common currency, <mark>allowing platforms to gather and compare data across all the games their systems can run</mark>. This data can then be used for ends that have little to do with the games themselves</p>
<p><cite><em><a href="https://reallifemag.com/the-gamification-of-games/">The Gamification of Games</a></em> (<a href="/david/cache/2020/e30e5e6e532e5eeb1314ef1ad9abd6e1/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Si vous pensiez naïvement pouvoir jouer tranquille. Désolé.</p>
<h2 id="allumage">Allumage <a href="#allumage" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><p>Une chose qui me marque avec l’usage des <a href="/david/2020/09/16/#jumelles">jumelles</a>, c’est le fait de ne pas avoir à les allumer. J’avais presque oublié cette barrière à l’entrée de nos objets du quotidien. Et je <a href="/david/blog/2013/confort-convivialite/">repense</a> à cette partie de la définition d’un <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Outil_convivial">outil convivial</a> :</p>

<blockquote>
<p>elle ne suscite ni esclave, ni maître ;</p>
</blockquote>
<p>Ni mise à jour de <em>firmwares</em>, ni écoute permanente, ni consommation plus ou moins diffuse d’énergie. Quels outils n’ont pas besoin d’esclaves énergétiques ? Quelles sont mes possessions que je pourrais qualifier de <em>grises</em> ?</p>

<blockquote>
<p>Mes dîners du Baïkal contiennent un faible rayonnement d’<em>énergie grise</em>. L’énergie grise explose quand la valeur calorifique des aliments est inférieure à la dépense énergétique nécessaire à leur production et à leur acheminement. […] L’énergie grise, c’est l’ombre du karma : le décompte de nos péchés. Un jour, nous serons sommés de les payer.</p>
<p><cite><em><a href="/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie">Dans les forêts de Sibérie</a></em>, Sylvain Tesson</cite></p>
</blockquote>
<h2 id="raide">Raide <a href="#raide" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p><em>[En arrivant à un point de vue.]</em><br />
— C’est vraiment raide ici.<br />
— …<br />
— Mais non c’est pas rouge !</p>
</blockquote>
<p>Ta première blague bilingue :’)</p>

</main>
<nav>
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/16/" title="Publication précédente : Coupable">←</a> •
<a href="/david/2020/" title="Liste des publications récentes">↑</a>
</p>
</nav>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil">🏠</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS">🤖</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant>🇨🇦</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel">📮</a> •
<abbr title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340">🧚</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend>Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module" defer></script>
<script type="text/javascript">
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 2
- 1
david/2020/11-27.md View File

@@ -1,6 +1,6 @@
# Perles

*Vivre avec un enfant.*
*Vivre avec un enfant. Sept ans.*

.. include:: fragments/OK Google.md
.. include:: fragments/Empathie.md
@@ -10,3 +10,4 @@
.. include:: fragments/Adieu.md
.. include:: fragments/Liberte.md
.. include:: fragments/Modestie.md
.. include:: fragments/Raide.md

+ 12
- 4
david/2020/11/27/index.html View File

@@ -10,7 +10,7 @@
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Perles — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Vivre avec un enfant.">
<meta name="description" content="Vivre avec un enfant. Sept ans.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
@@ -57,7 +57,7 @@
</header>
<nav>
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/16/" title="Publication précédente : Coupable">←</a> •
<a rel="prev" href="/david/2020/10/08/" title="Publication précédente : Parvenir">←</a> •
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil">🏠</a>
</p>
@@ -65,7 +65,7 @@
<hr>
<main>
<p><em>Vivre avec un enfant.</em></p>
<p><em>Vivre avec un enfant. Sept ans.</em></p>
<h2 id="ok-google">OK Google <a href="#ok-google" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p><em>[Un matin après avoir traîné dans le lit]</em><br />
@@ -126,11 +126,19 @@
— Parce que je veux être le maître du monde et pour ça il faut tout savoir.</p>
</blockquote>
<p>C’est beau l’enfance. #EnTouteModestie</p>
<h2 id="raide">Raide <a href="#raide" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p><em>[En arrivant à un point de vue.]</em><br />
— C’est vraiment raide ici.<br />
— …<br />
— Mais non c’est pas rouge !</p>
</blockquote>
<p>Ta première blague bilingue :’)</p>

</main>
<nav>
<p class="center">
<a rel="prev" href="/david/2020/09/16/" title="Publication précédente : Coupable">←</a> •
<a rel="prev" href="/david/2020/10/08/" title="Publication précédente : Parvenir">←</a> •
<a href="/david/2020/" title="Liste des publications récentes">↑</a>
</p>

+ 2
- 0
david/2020/12-21.md View File

@@ -10,3 +10,5 @@
.. include:: fragments/Ecotopia.md
.. include:: fragments/Dans les forets de Siberie.md
.. include:: fragments/Avoir ou etre.md
.. include:: fragments/Comment je suis devenue anarchiste.md
.. include:: fragments/Plutot couler en beaute que flotter sans grace.md

+ 11
- 5
david/2020/12/21/index.html View File

@@ -124,13 +124,9 @@
<p>[…]</p>
<p>L’ennui ne me fait aucune peur. Il y a morsure plus douloureuse : le chagrin de ne pas partager avec un être aimé la beauté des moments vécus. La solitude : ce que les autres perdent à n’être pas auprès de celui qui l’éprouve.</p>
<p>[…]</p>
<p>Aujourd’hui, je n’ai nui à aucun être vivant de cette planète. <em>Ne pas nuire.</em> Étrange que les anachorètes du désert n’avancent jamais ce beau souci dans les explications de leur retraite. Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l’idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces.</p>
<p>[…]</p>
<p>Rentré au lac, j’attrape mon premier poisson à cinq heure le soir. Un deuxième trois minutes plus tard et un troisième une heure et demie après. Trois ombles vif-argent, électrisés par la colère, luisent sur la glace. La peau est traversée d’impulsions électriques. Je les tue et regarde la plaine en murmurant ces mots de gratitude que les Sibériens adressaient autrefois à la bête qu’ils détruisaient ou au monde qu’ils contribuaient à vider. Dans la société moderne, la taxe carbone remplace ce « merci — pardon ».<br />
Le bonheur d’avoir dans son assiette le poisson que l’on a pêché, dans sa tasse l’eau qu’on a tirée et dans son poêle le bois qu’on a fendu : l’ermite puise à la source. La chair, l’eau et le bois sont encore frémissants.</p>
<p>[…]</p>
<p>Mes dîners du Baïkal contiennent un faible rayonnement d’<em>énergie grise</em>. L’énergie grise explose quand la valeur calorifique des aliments est inférieure à la dépense énergétique nécessaire à leur production et à leur acheminement. […] L’énergie grise, c’est l’ombre du karma : le décompte de nos péchés. Un jour, nous serons sommés de les payer.</p>
<p>[…]</p>
<p>J’archive les heures qui passent. Tenir un journal féconde l’existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée — à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément. Il serait désobligeant de n’avoir rien à inscrire sur sa page de calepin. Il en va de la rédaction quotidienne comme d’un dîner avec sa fiancé. Pour savoir qui lui confier, le soir, le mieux est d’y réfléchir pendant la journée.</p>
<p>[…]</p>
<p>La pêche, ultime clause du pacte signé avec le temps. Si l’on revient bredouille, c’est le temps qui a tiré sa prise. J’accepte de rester des heures immobile. Et s’il n’y a rien, tant pis. Je n’en voudrai pas aux heures d’avoir trompé mon désir. Elles ne sont pas nombreuses, les activités, réduites à une vague espérance. Pour moi, qui ne crois plus aux Messies, il n’y a que les poissons dont j’espère la venue.</p>
@@ -165,7 +161,17 @@ L’alternative c’est l’ermitage.</p>
</blockquote>
<p>Ce livre est presque trop bien écrit pour réussir à entrer dedans, sans compter la romanticisation de l’isolement. C’est la première fois que cela m’arrive et c’est troublant. Peut-être que cela se produit lorsqu’on reste dans une cabane trop longtemps… à garder en mémoire.</p>
<p>Ou alors c’est de la jalousie déplacée. C’est beau.</p>
<div class="error">Could not find file: fragments/Avoir ou etre.md</div>
<h2 id="avoir-ou-etre">Avoir ou être <a href="#avoir-ou-etre" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Dans le mode avoir, il n’existe aucune relation vivante entre moi et ce que j’ai ; « ça » et « moi » sont devenus des objets, et j’ai <em>ça</em> parce que j’ai le pouvoir de le rendre mien. Mais il existe aussi une relation inverse : <em>ça possède moi</em>, parce que le sentiment de mon identité, c’est-à-dire de ma santé d’esprit, repose sur le fait que j’ai <em>ça</em> (et le plus de choses possible). Le mode avoir d’existence n’est pas établi par un processus vivant, productif entre le sujet et l’objet ; il « chosifie » à la fois l’objet et le sujet. C’est une relation morte, et non pas vivante.</p>
</blockquote>
<p>Le sous-titre du livre d’Erich Fromm me faisait un peu peur : « Un choix dont dépend l’avenir de l’homme » mais c’est finalement lisible sans trop déprimer. Enfin presque.</p>
<h2 id="comment-je-suis-devenue-anarchiste">Comment je suis devenue anarchiste <a href="#comment-je-suis-devenue-anarchiste" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Si ce mot est devenu aussi sulfureux, c’est parce que le système auquel ce courant de pensée s’oppose a tenté de le museler en le diabolisant. Dans l’inconscient de la plupart d’entre nous, ce mot, anarchie, est devenu symbole de chaos, d’attentats, ou tout du moins d’un désordre absolu. Or, c’est tout le contraire !</p>
</blockquote>
<p>Un témoignage comme une invitation d’Isabelle Attard à se revendiquer anarchiste. J’ai accepté :-).</p>
<h2 id="plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace">Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce <a href="#plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><p>Livre de Corinne Morel Darleux en cours de lecture.</p>

</main>
<nav>

+ 11
- 0
david/2020/fragments/Allumage.md View File

@@ -0,0 +1,11 @@
## Allumage

Une chose qui me marque avec l’usage des [jumelles](/david/2020/09/16/#jumelles), c’est le fait de ne pas avoir à les allumer. J’avais presque oublié cette barrière à l’entrée de nos objets du quotidien. Et je [repense](/david/blog/2013/confort-convivialite/) à cette partie de la définition d’un [outil convivial](https://fr.wikipedia.org/wiki/Outil_convivial) :

> elle ne suscite ni esclave, ni maître ;

Ni mise à jour de *firmwares*, ni écoute permanente, ni consommation plus ou moins diffuse d’énergie. Quels outils n’ont pas besoin d’esclaves énergétiques ? Quelles sont mes possessions que je pourrais qualifier de *grises* ?

> Mes dîners du Baïkal contiennent un faible rayonnement d’*énergie grise*. L’énergie grise explose quand la valeur calorifique des aliments est inférieure à la dépense énergétique nécessaire à leur production et à leur acheminement. […] L’énergie grise, c’est l’ombre du karma : le décompte de nos péchés. Un jour, nous serons sommés de les payer.
>
> <cite>*[Dans les forêts de Sibérie](/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie)*, Sylvain Tesson</cite>

+ 1
- 1
david/2020/fragments/Anarchiste.md View File

@@ -2,7 +2,7 @@

> Il n’y a pas de honte à défendre l’anarchie et à en défendre les principes car ses valeurs sont belles. Elles pourraient même se résumer en « Liberté, Égalité, Fraternité ». Mais « pour de vrai », comme disent les enfants. Les anarchistes se sont battus pour ces valeurs avec tellement d’acharnement que cela a toujours fait peur à la caste dirigeante, qu’elle se nomme noblesse, bourgeoisie, oligarchie ou soviet suprême. Alors, pour éviter à tout prix de partager les richesses à égalité entre des femmes et des hommes libres, ==il fallait empêcher que l’anarchie prenne racine, que ce mot fasse envie et redonne de l’espoir aux plus pauvres==. Éviter que ces pauvres prennent conscience qu’avec leur nombre ils auraient pu la faire, la révolution, et la réussir. C’était d’ailleurs la devise de John David Rockfeller : « Ne pas leur laisser croire que la révolte ça peut marcher. »
>
> <cite>*Comment je suis devenue anarchiste*, Isabelle Attard</cite>
> <cite>*[Comment je suis devenue anarchiste](/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste)*, Isabelle Attard</cite>

C’est peu de dire que je me suis beaucoup retrouvé dans ce livre, autant dans mes propres expériences que dans mes lectures et mes espoirs. Je partage les [désillusions](/david/2020/04/18/#regrets) du processus parlementaire, les frustrations d’une [culture de la domination](/david/2020/09/07/#justice), les inspirations — de [Murray Bookchin](/david/2020/12/21/#pouvoir-de-detruire-pouvoir-de-creer) à [Daniel Quinn](/david/stream/2018/11/13/), en passant par Kropotkine —, l’inévitable chemin sensé vers le véganisme, le constat d’une Histoire constamment [réécrite](/david/2020/09/07/#anarchisme), les prises de recul en [parcourant la forêt](/david/2020/09/01/#rythme). Je me sentais en terrain connu mais non conquis.


+ 5
- 0
david/2020/fragments/Avoir ou etre.md View File

@@ -0,0 +1,5 @@
## Avoir ou être

> Dans le mode avoir, il n’existe aucune relation vivante entre moi et ce que j’ai ; « ça » et « moi » sont devenus des objets, et j’ai *ça* parce que j’ai le pouvoir de le rendre mien. Mais il existe aussi une relation inverse : *ça possède moi*, parce que le sentiment de mon identité, c’est-à-dire de ma santé d’esprit, repose sur le fait que j’ai *ça* (et le plus de choses possible). Le mode avoir d’existence n’est pas établi par un processus vivant, productif entre le sujet et l’objet ; il « chosifie » à la fois l’objet et le sujet. C’est une relation morte, et non pas vivante.

Le sous-titre du livre d’Erich Fromm me faisait un peu peur : « Un choix dont dépend l’avenir de l’homme » mais c’est finalement lisible sans trop déprimer. Enfin presque.

+ 5
- 0
david/2020/fragments/Comment je suis devenue anarchiste.md View File

@@ -0,0 +1,5 @@
## Comment je suis devenue anarchiste

> Si ce mot est devenu aussi sulfureux, c’est parce que le système auquel ce courant de pensée s’oppose a tenté de le museler en le diabolisant. Dans l’inconscient de la plupart d’entre nous, ce mot, anarchie, est devenu symbole de chaos, d’attentats, ou tout du moins d’un désordre absolu. Or, c’est tout le contraire !

Un témoignage comme une invitation d’Isabelle Attard à se revendiquer anarchiste. J’ai accepté :-).

+ 0
- 8
david/2020/fragments/Dans les forets de Siberie.md View File

@@ -16,19 +16,11 @@
>
> […]
>
> Aujourd’hui, je n’ai nui à aucun être vivant de cette planète. *Ne pas nuire.* Étrange que les anachorètes du désert n’avancent jamais ce beau souci dans les explications de leur retraite. Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l’idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces.
>
> […]
>
> Rentré au lac, j’attrape mon premier poisson à cinq heure le soir. Un deuxième trois minutes plus tard et un troisième une heure et demie après. Trois ombles vif-argent, électrisés par la colère, luisent sur la glace. La peau est traversée d’impulsions électriques. Je les tue et regarde la plaine en murmurant ces mots de gratitude que les Sibériens adressaient autrefois à la bête qu’ils détruisaient ou au monde qu’ils contribuaient à vider. Dans la société moderne, la taxe carbone remplace ce « merci — pardon ».
> Le bonheur d’avoir dans son assiette le poisson que l’on a pêché, dans sa tasse l’eau qu’on a tirée et dans son poêle le bois qu’on a fendu : l’ermite puise à la source. La chair, l’eau et le bois sont encore frémissants.
>
> […]
>
> Mes dîners du Baïkal contiennent un faible rayonnement d’*énergie grise*. L’énergie grise explose quand la valeur calorifique des aliments est inférieure à la dépense énergétique nécessaire à leur production et à leur acheminement. […] L’énergie grise, c’est l’ombre du karma : le décompte de nos péchés. Un jour, nous serons sommés de les payer.
>
> […]
>
> J’archive les heures qui passent. Tenir un journal féconde l’existence. Le rendez-vous quotidien devant la page blanche du journal contraint à prêter meilleure attention aux événements de la journée — à mieux écouter, à penser plus fort, à regarder plus intensément. Il serait désobligeant de n’avoir rien à inscrire sur sa page de calepin. Il en va de la rédaction quotidienne comme d’un dîner avec sa fiancé. Pour savoir qui lui confier, le soir, le mieux est d’y réfléchir pendant la journée.
>
> […]

+ 13
- 0
david/2020/fragments/Dispersion.md View File

@@ -0,0 +1,13 @@
## Dispersion

> Overdispersion should also inform our contact-tracing efforts. In fact, we may need to turn them upside down. Right now, many states and nations engage in what is called forward or prospective contact tracing. Once an infected person is identified, we try to find out with whom they interacted afterward so that we can warn, test, isolate, and quarantine these potential exposures. But that’s not the only way to trace contacts. And, because of overdispersion, it’s not necessarily where the most bang for the buck lies. Instead, in many cases, ==we should try to work backwards to see who first infected the subject==.
>
> <cite>*[K: The Overlooked Variable That’s Driving the Pandemic](https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/09/k-overlooked-variable-driving-pandemic/616548/)* ([cache](/david/cache/2020/cfc14f158c3fd69336c128dd70b29072/))</cite>

Voilà une hypothèse intéressante en terme de propagation du virus qui pourrait expliquer le difficilement explicable et faire évoluer notre façon de nous protéger. Pas de solution miracle mais tout de même des pistes de réflexion pour inverser la tendance.

> In an overdispersed regime, identifying *transmission events* (someone infected someone else) is more important than identifying *infected individuals*.
>
> <cite>*Ibid.*</cite>

Se concentrer sur les flèches du graphe plus que sur les nœuds. Il me semble qu’un certain réseau social est plutôt bon pour retracer ce genre d’interactions…

+ 1
- 1
david/2020/fragments/Erich.md View File

@@ -2,6 +2,6 @@

> Dans *L’art d’aimer*, j’ai noté que le mot « tomber », dans l’expression « tomber amoureux », est en soi-même une contradiction. Puisque aimer est une activité productive, on ne peut que se tenir *debout* en amour, ou *marcher*, mais certainement pas « tomber », ce qui dénoterait une passivité.
>
> <cite>*Avoir ou être*, Erich Fromm</cite>
> <cite>*[Avoir ou être](/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre)*, Erich Fromm</cite>

Difficile d’écrire activement l’amour sans *tomber* dans le jugement.

+ 11
- 0
david/2020/fragments/Grand soir 2.md View File

@@ -0,0 +1,11 @@
## Grand soir

> Que l’on cesse seulement d’obéir ou que l’on désobéisse franchement, que l’on cesse de se soumettre ou que l’on résiste ouvertement, il y a une chose que l’Histoire nous apprend : ==il ne faut rien attendre du Grand Soir==. Vous l’attendrez très longtemps, il y a de fortes chances pour qu’il ne vienne jamais ou qu’il donne naissance à une nouvelle tyrannie.
>
> Après avoir soutenu la stratégie de la « propagande par le fait » qui devait amener au fameux Grand Soir, Errico Malatesta s’était ravisé et avait alors proposé une nouvelle stratégie, fondée sur le gradualisme révolutionnaire. Je ne sais pas s’il avait raison ou non, mais ce qu’il a écrit m’anime chaque jour : « Il ne s’agit pas de faire l’anarchie aujourd’hui, demain ou dans dix siècle, mais d’avancer vers l’anarchie, aujourd’hui, demain, toujours. »
>
> <cite>*[Comment je suis devenue anarchiste](/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste)*, Isabelle Attard</cite>

De manière cohérente, [ce chemin ne peut se faire que localement](http://lenouvelessai.nursit.com/spip.php?article31) ([cache](/david/cache/2020/030b4208de95e734300a715f386ba1bf/)) et je salue ce départ avec tristesse car physiquement éloigné mais aussi avec inspiration et espoir en me disant que je ne serai motivé pour faire partie d’un essaim qu’à force d’en voir d’autres se créer ici et là.

Cela m’inspire aussi pour m’éloigner des réseaux sociaux afin de prendre le temps de creuser davantage la [cristallisation](/david/2020/09/07/#cristal) de cet espace.

+ 10
- 0
david/2020/fragments/Jeux.md View File

@@ -0,0 +1,10 @@
## Jeux

> Every major game platform defines achievements similarly, whether it is PlayStation, Steam, Xbox, or one of the other new cloud-gaming platforms operated by Google, Amazon, and Nvidia. This ubiquitous implementation of “achievements” — data about players’ behavior and skill that is not contained to the game itself — reflects how games have been gamified: Achievements and rewards reduce the heterogeneous experience of different players playing different games to a common currency, ==allowing platforms to gather and compare data across all the games their systems can run==. This data can then be used for ends that have little to do with the games themselves
>
> <cite>*[The Gamification of Games](https://reallifemag.com/the-gamification-of-games/)* ([cache](/david/cache/2020/e30e5e6e532e5eeb1314ef1ad9abd6e1/))</cite>

Si vous pensiez naïvement pouvoir jouer tranquille. Désolé.




+ 1
- 1
david/2020/fragments/Peche.md View File

@@ -4,7 +4,7 @@
>
> Les gens respectent la loi non seulement parce qu’ils ont peur mais aussi parce qu’ils se sentent coupables de désobéir. Ce sentiment de culpabilité peut être surmonté grâce au pardon que seule l’autorité peut accorder. Les conditions d’un tel pardon sont les suivantes : le pécheur se repent, il est puni et, en acceptant la punition, il se soumet à nouveau.
>
> <cite>*Avoir ou être*, Erich Fromm</cite>
> <cite>*[Avoir ou être](/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre)*, Erich Fromm</cite>

Au-dessus du péché, la conscience ? Cette petite voix que l’on ne peut faire taire ni combattre. Celle qui nous pousse à l’action tout en nous tétanisant. Celle qui prend soin de nous et nous ronge de l’intérieur.


+ 2
- 2
david/2020/fragments/Persona.md View File

@@ -2,10 +2,10 @@

> Avoir se rapporte aux *choses*, et les choses sont constantes et *descriptibles*. Être se rapporte à l’*expérience*, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre *persona*, ==le masque que nous portons tous==, le moi que nous présentons — car cette *persona* est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.
>
> <cite>*Avoir ou être*, Erich Fromm, 1976</cite>
> <cite>*[Avoir ou être](/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre)*, Erich Fromm, 1976</cite>

Cette réflexion vient accompagner ce que j’ai envie de partager sur la forêt. Loin du matériel, m’intéresser davantage aux sensations et aux instants passés dans ces lieux. Et le partager en temps-réel, c’est déjà l’altérer (pas forcément pour le pire). Et le raconter, c’est déjà l’interpréter. Et le garder pour soi, c’est l’oublier.

En parallèle de tout cela, avoir envie de témoigner d’un niveau de confort et de vie — au sens biosphère — qui ne sera plus si je me considère comme étant au pic de l’insouciance (pour rester poli/optimiste) de l’humanité.

> [en] Stop thinking about this year as the warmest for the last 100 years, but the coolest one for the next 100. [#](https://twitter.com/leschwartzberg/status/1297602595486228480)
> [en] Stop thinking about this year as the warmest for the last 100 years, but the coolest one for the next 100. [#](https://twitter.com/leschwartzberg/status/1297602595486228480)

+ 3
- 0
david/2020/fragments/Plutot couler en beaute que flotter sans grace.md View File

@@ -0,0 +1,3 @@
## Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce

Livre de Corinne Morel Darleux en cours de lecture.

+ 8
- 0
david/2020/fragments/Raide.md View File

@@ -0,0 +1,8 @@
## Raide

> *[En arrivant à un point de vue.]*
> — C’est vraiment raide ici.
> — …
> — Mais non c’est pas rouge !

Ta première blague bilingue :’)

+ 21
- 0
david/2020/fragments/Refus.md View File

@@ -0,0 +1,21 @@
## Refus

> Le *refus de parvenir* n’implique ni de manquer d’ambition ni de bouder la réussite. Juste de réaliser à quel point ces deux notions gagneraient à davantage de singularité : elles sont aujourd’hui normées par des codes sociaux qui n’ont que peu en commun avec les aspirations individuelles, ni d’ailleurs avec l’intérêt collectif.
>
> […]
>
> La notion de *refus de parvenir*, jusqu’ici s’est essentiellement développée dans les milieux anarchistes et libertaires. Pour ce courant de pensée, *refuser de parvenir* signifiait avant tout ne jamais collaborer avec l’État ni plus largement participer à l’exercice d’un pouvoir corrupteur qui ne peut se maintenir que par l’oppression. L’ascension sociale, les honneurs et les privilèges individuels y sont perçus comme des trahisons de classe au bénéfice d’un système qui cherche à capter les éléments les plus brillants de la population ouvrière pour les mettre à son service. ==Le refus de parvenir a donc la visée à la fois égalitaire et solidaire== : celle de rester à sa place pour y poursuivre la lutte en compagnie de ses compagnons de combat et de misère. Albert Thierry, instituteur envoyé au front, écrivait ainsi dans son *Essai de morale révolutionnaire* : « Refuser de parvenir, ce n’est ni refuser d’agir, ni refuser de vivre : c’est refuser de vivre et d’agir pour soi et aux fins de soi. »
>
> <cite>*[Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce](/david/2020/12/21/#plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace)*, Corinne Morel Darleux</cite>

Ce passage gratte pas mal sur un plaie ouverte. Si on a la possibilité de grimper dans l’ascenseur social, vaut-il mieux le décliner ou tenter de faire monter le plus de personnes possible avec soi ? Ce qui est certain, c’est qu’à avoir une position entre les deux on finit par se retrouver à l’endroit où ça fait mal.

> Le *refus de parvenir* revêt enfin un autre intérêt collectif aujourd’hui, celui de la lutte contre l’*hubris* et la démesure qui sont en train de détruire les conditions d’habitabilité de la planète. Il s’agit aujourd’hui de *cesser de nuire*.
>
> <cite>*Ibid.*</cite>

À rapprocher de cette volonté de [faire le moins de dégâts possibles](/david/2020/01/31/#power-imbalance) qui m’a été grandement inspirée par une intervention de [Christian den Hartigh](https://pedagogieagile.com/).

> Aujourd’hui, je n’ai nui à aucun être vivant de cette planète. *Ne pas nuire.* Étrange que les anachorètes du désert n’avancent jamais ce beau souci dans les explications de leur retraite. Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l’idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces.
>
> <cite>*[Dans les forêts de Sibérie](/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie)*, Sylvain Tesson</cite>

+ 21
- 0
david/2020/fragments/Technique.md View File

@@ -0,0 +1,21 @@
## Technique

> Alors ouais, je vais continuer à aller lire les petits sites pourris perso des copains, parce que eux, au moins, respectent leurs lecteurs et leurs lectrices.
>
> <cite>*[Je suis un vieux con](https://nota-bene.org/Je-suis-un-vieux-con)* ([cache](/david/cache/2020/d79377f9a5b66a158e5c7df3f3fe2b14/))</cite>

Et je vais continuer à faire des liens vers eux car j’ai les mêmes frustrations. Et je crois que cela est lié à cette notion de *refus de parvenir*, il y a un moment où ce n’est pas parce que l’on *peut* faire une chose que l’on *doit* faire cette chose.

> Ainsi l’action de l’esprit, créant furieusement, et comme dans l’emportement le plus aveugle, des moyens matériels de grande puissance, a engendré d’énormes évènements, d’échelle mondiale, et ces modifications du monde humain se sont imposés sans ordre, sans plan préconçu et, surtout, sans égard à la nature vivante, à sa lenteur d’adaptation et d’évolution, à ses limites originelles. On peut dire que *tout ce que nous savons*, c’est-à-dire *tout ce que nous pouvons*, a fini par s’opposer à *ce que nous sommes*.
>
> <cite>*Le Bilan de l’intelligence*, Paul Valéry</cite>

Ce n’est pas parce que je suis techniquement capable de produire une solution au seuil de mes capacités qu’il s’agit pour autant d’un produit qui s’avère être pertinent pour autre chose que la démonstration de mon propre pouvoir. Ce n’est pas parce que je peux [ajouter des fonctionnalités](https://tonsky.me/blog/sublime/) ([cache](/david/cache/2020/37c08a59224bed34c1f2d243f029c54c/)) que je dois le faire. On en revient à cette notion d’Ellul de [non-puissance technique](/david/stream/2015/11/22/).

Peut-être à rapprocher de ce que *j’ai* produit :

> Mais, peut-être plus que toute autre chose, la possession de biens matériels porte à son comble la soif d’immortalité, et c’est pour cette raison que l’orientation avoir a pris tant de force. Si mon *moi* est constitué de ce que *j’ai*, alors, je suis immortel si les objets que j’ai sont indestructibles.
>
> <cite>*[Avoir ou être](/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre)*, Erich Fromm</cite>



+ 4
- 0
david/2020/index.html View File

@@ -62,6 +62,10 @@
<hr>
<main>
<h2><a href="/david/2020/10/08/">Parvenir</a> (2020-10-08)</h2>
<p><em>Tenter de refuser.</em></p>
<h2><a href="/david/2020/09/16/">Coupable</a> (2020-09-16)</h2>
<p><em>Lorsque la coupe est pleine.</em></p>

+ 2
- 0
david/index.html View File

@@ -74,6 +74,8 @@
<nav>
<ul>
<li><a href="/david/2020/10/08/">Parvenir</a> (2020-10-08)</li>
<li><a href="/david/2020/09/16/">Coupable</a> (2020-09-16)</li>
<li><a href="/david/2020/09/07/">Rappels</a> (2020-09-07)</li>

+ 104
- 5
david/log/index.xml View File

@@ -5,13 +5,112 @@
<link href="https://larlet.fr/david/" rel="alternate" type="text/html" />
<link href="https://larlet.fr/david/log/" rel="self" />
<id>https://larlet.fr/david/</id>
<updated>2020-09-18T12:00:00+01:00</updated>
<updated>2020-10-08T12:00:00+01:00</updated>
<author>
<name>David Larlet</name>
<uri>https://larlet.fr/david/</uri>
</author>
<rights>Copyright (c) 2004-2020, David Larlet</rights>
<entry xml:lang="fr">
<title>Parvenir</title>
<link href="https://larlet.fr/david/2020/10/08/" rel="alternate" type="text/html" />
<updated>2020-10-08T12:00:00+01:00</updated>
<id>https://larlet.fr/david/2020/10/08/</id>
<summary type="html">
&lt;p&gt;&lt;em&gt;Tenter de refuser.&lt;/em&gt;&lt;/p&gt;
&lt;h2&gt;Refus&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Le &lt;em&gt;refus de parvenir&lt;/em&gt; n’implique ni de manquer d’ambition ni de bouder la réussite. Juste de réaliser à quel point ces deux notions gagneraient à davantage de singularité : elles sont aujourd’hui normées par des codes sociaux qui n’ont que peu en commun avec les aspirations individuelles, ni d’ailleurs avec l’intérêt collectif.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;[…]&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;La notion de &lt;em&gt;refus de parvenir&lt;/em&gt;, jusqu’ici s’est essentiellement développée dans les milieux anarchistes et libertaires. Pour ce courant de pensée, &lt;em&gt;refuser de parvenir&lt;/em&gt; signifiait avant tout ne jamais collaborer avec l’État ni plus largement participer à l’exercice d’un pouvoir corrupteur qui ne peut se maintenir que par l’oppression. L’ascension sociale, les honneurs et les privilèges individuels y sont perçus comme des trahisons de classe au bénéfice d’un système qui cherche à capter les éléments les plus brillants de la population ouvrière pour les mettre à son service. &lt;mark&gt;Le refus de parvenir a donc la visée à la fois égalitaire et solidaire&lt;/mark&gt; : celle de rester à sa place pour y poursuivre la lutte en compagnie de ses compagnons de combat et de misère. Albert Thierry, instituteur envoyé au front, écrivait ainsi dans son &lt;em&gt;Essai de morale révolutionnaire&lt;/em&gt; : « Refuser de parvenir, ce n’est ni refuser d’agir, ni refuser de vivre : c’est refuser de vivre et d’agir pour soi et aux fins de soi. »&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#plutot-couler-en-beaute-que-flotter-sans-grace&quot;&gt;Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Corinne Morel Darleux&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Ce passage gratte pas mal sur un plaie ouverte. Si on a la possibilité de grimper dans l’ascenseur social, vaut-il mieux le décliner ou tenter de faire monter le plus de personnes possible avec soi ? Ce qui est certain, c’est qu’à avoir une position entre les deux on finit par se retrouver à l’endroit où ça fait mal.&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Le &lt;em&gt;refus de parvenir&lt;/em&gt; revêt enfin un autre intérêt collectif aujourd’hui, celui de la lutte contre l’&lt;em&gt;hubris&lt;/em&gt; et la démesure qui sont en train de détruire les conditions d’habitabilité de la planète. Il s’agit aujourd’hui de &lt;em&gt;cesser de nuire&lt;/em&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Ibid.&lt;/em&gt;&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;À rapprocher de cette volonté de &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/01/31/#power-imbalance&quot;&gt;faire le moins de dégâts possibles&lt;/a&gt; qui m’a été grandement inspirée par une intervention de &lt;a href=&quot;https://pedagogieagile.com/&quot;&gt;Christian den Hartigh&lt;/a&gt;.&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Aujourd’hui, je n’ai nui à aucun être vivant de cette planète. &lt;em&gt;Ne pas nuire.&lt;/em&gt; Étrange que les anachorètes du désert n’avancent jamais ce beau souci dans les explications de leur retraite. Pacôme, Antoine, Rancé évoquent leur haine du siècle, leur combat contre les démons, leur brûlure intérieure, leur soif de pureté, leur impatience à gagner le Royaume céleste, mais jamais l’idée de vivre sans faire de mal à personne. Ne pas nuire. Après une journée dans la cabane des Cèdres du Nord, on peut se le dire en se regardant dans les glaces.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie&quot;&gt;Dans les forêts de Sibérie&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Sylvain Tesson&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;h2&gt;Technique&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Alors ouais, je vais continuer à aller lire les petits sites pourris perso des copains, parce que eux, au moins, respectent leurs lecteurs et leurs lectrices.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://nota-bene.org/Je-suis-un-vieux-con&quot;&gt;Je suis un vieux con&lt;/a&gt;&lt;/em&gt; (&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/cache/2020/d79377f9a5b66a158e5c7df3f3fe2b14/&quot;&gt;cache&lt;/a&gt;)&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Et je vais continuer à faire des liens vers eux car j’ai les mêmes frustrations. Et je crois que cela est lié à cette notion de &lt;em&gt;refus de parvenir&lt;/em&gt;, il y a un moment où ce n’est pas parce que l’on &lt;em&gt;peut&lt;/em&gt; faire une chose que l’on &lt;em&gt;doit&lt;/em&gt; faire cette chose.&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Ainsi l’action de l’esprit, créant furieusement, et comme dans l’emportement le plus aveugle, des moyens matériels de grande puissance, a engendré d’énormes évènements, d’échelle mondiale, et ces modifications du monde humain se sont imposés sans ordre, sans plan préconçu et, surtout, sans égard à la nature vivante, à sa lenteur d’adaptation et d’évolution, à ses limites originelles. On peut dire que &lt;em&gt;tout ce que nous savons&lt;/em&gt;, c’est-à-dire &lt;em&gt;tout ce que nous pouvons&lt;/em&gt;, a fini par s’opposer à &lt;em&gt;ce que nous sommes&lt;/em&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Le Bilan de l’intelligence&lt;/em&gt;, Paul Valéry&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Ce n’est pas parce que je suis techniquement capable de produire une solution au seuil de mes capacités qu’il s’agit pour autant d’un produit qui s’avère être pertinent pour autre chose que la démonstration de mon propre pouvoir. Ce n’est pas parce que je peux &lt;a href=&quot;https://tonsky.me/blog/sublime/&quot;&gt;ajouter des fonctionnalités&lt;/a&gt; (&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/cache/2020/37c08a59224bed34c1f2d243f029c54c/&quot;&gt;cache&lt;/a&gt;) que je dois le faire. On en revient à cette notion d’Ellul de &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/stream/2015/11/22/&quot;&gt;non-puissance technique&lt;/a&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Peut-être à rapprocher de ce que &lt;em&gt;j’ai&lt;/em&gt; produit :&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Mais, peut-être plus que toute autre chose, la possession de biens matériels porte à son comble la soif d’immortalité, et c’est pour cette raison que l’orientation avoir a pris tant de force. Si mon &lt;em&gt;moi&lt;/em&gt; est constitué de ce que &lt;em&gt;j’ai&lt;/em&gt;, alors, je suis immortel si les objets que j’ai sont indestructibles.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre&quot;&gt;Avoir ou être&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Erich Fromm&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;h2&gt;Grand soir&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Que l’on cesse seulement d’obéir ou que l’on désobéisse franchement, que l’on cesse de se soumettre ou que l’on résiste ouvertement, il y a une chose que l’Histoire nous apprend : &lt;mark&gt;il ne faut rien attendre du Grand Soir&lt;/mark&gt;. Vous l’attendrez très longtemps, il y a de fortes chances pour qu’il ne vienne jamais ou qu’il donne naissance à une nouvelle tyrannie.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Après avoir soutenu la stratégie de la « propagande par le fait » qui devait amener au fameux Grand Soir, Errico Malatesta s’était ravisé et avait alors proposé une nouvelle stratégie, fondée sur le gradualisme révolutionnaire. Je ne sais pas s’il avait raison ou non, mais ce qu’il a écrit m’anime chaque jour : « Il ne s’agit pas de faire l’anarchie aujourd’hui, demain ou dans dix siècle, mais d’avancer vers l’anarchie, aujourd’hui, demain, toujours. »&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste&quot;&gt;Comment je suis devenue anarchiste&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Isabelle Attard&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;De manière cohérente, &lt;a href=&quot;http://lenouvelessai.nursit.com/spip.php?article31&quot;&gt;ce chemin ne peut se faire que localement&lt;/a&gt; (&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/cache/2020/030b4208de95e734300a715f386ba1bf/&quot;&gt;cache&lt;/a&gt;) et je salue ce départ avec tristesse car physiquement éloigné mais aussi avec inspiration et espoir en me disant que je ne serai motivé pour faire partie d’un essaim qu’à force d’en voir d’autres se créer ici et là.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Cela m’inspire aussi pour m’éloigner des réseaux sociaux afin de prendre le temps de creuser davantage la &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/09/07/#cristal&quot;&gt;cristallisation&lt;/a&gt; de cet espace.&lt;/p&gt;
&lt;h2&gt;Dispersion&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Overdispersion should also inform our contact-tracing efforts. In fact, we may need to turn them upside down. Right now, many states and nations engage in what is called forward or prospective contact tracing. Once an infected person is identified, we try to find out with whom they interacted afterward so that we can warn, test, isolate, and quarantine these potential exposures. But that’s not the only way to trace contacts. And, because of overdispersion, it’s not necessarily where the most bang for the buck lies. Instead, in many cases, &lt;mark&gt;we should try to work backwards to see who first infected the subject&lt;/mark&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/09/k-overlooked-variable-driving-pandemic/616548/&quot;&gt;K: The Overlooked Variable That’s Driving the Pandemic&lt;/a&gt;&lt;/em&gt; (&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/cache/2020/cfc14f158c3fd69336c128dd70b29072/&quot;&gt;cache&lt;/a&gt;)&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Voilà une hypothèse intéressante en terme de propagation du virus qui pourrait expliquer le difficilement explicable et faire évoluer notre façon de nous protéger. Pas de solution miracle mais tout de même des pistes de réflexion pour inverser la tendance.&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;In an overdispersed regime, identifying &lt;em&gt;transmission events&lt;/em&gt; (someone infected someone else) is more important than identifying &lt;em&gt;infected individuals&lt;/em&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Ibid.&lt;/em&gt;&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Se concentrer sur les flèches du graphe plus que sur les nœuds. Il me semble qu’un certain réseau social est plutôt bon pour retracer ce genre d’interactions…&lt;/p&gt;
&lt;h2&gt;Jeux&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Every major game platform defines achievements similarly, whether it is PlayStation, Steam, Xbox, or one of the other new cloud-gaming platforms operated by Google, Amazon, and Nvidia. This ubiquitous implementation of “achievements” — data about players’ behavior and skill that is not contained to the game itself — reflects how games have been gamified: Achievements and rewards reduce the heterogeneous experience of different players playing different games to a common currency, &lt;mark&gt;allowing platforms to gather and compare data across all the games their systems can run&lt;/mark&gt;. This data can then be used for ends that have little to do with the games themselves&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://reallifemag.com/the-gamification-of-games/&quot;&gt;The Gamification of Games&lt;/a&gt;&lt;/em&gt; (&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/cache/2020/e30e5e6e532e5eeb1314ef1ad9abd6e1/&quot;&gt;cache&lt;/a&gt;)&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Si vous pensiez naïvement pouvoir jouer tranquille. Désolé.&lt;/p&gt;
&lt;h2&gt;Allumage&lt;/h2&gt;
&lt;p&gt;Une chose qui me marque avec l’usage des &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/09/16/#jumelles&quot;&gt;jumelles&lt;/a&gt;, c’est le fait de ne pas avoir à les allumer. J’avais presque oublié cette barrière à l’entrée de nos objets du quotidien. Et je &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/blog/2013/confort-convivialite/&quot;&gt;repense&lt;/a&gt; à cette partie de la définition d’un &lt;a href=&quot;https://fr.wikipedia.org/wiki/Outil_convivial&quot;&gt;outil convivial&lt;/a&gt; :&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;elle ne suscite ni esclave, ni maître ;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Ni mise à jour de &lt;em&gt;firmwares&lt;/em&gt;, ni écoute permanente, ni consommation plus ou moins diffuse d’énergie. Quels outils n’ont pas besoin d’esclaves énergétiques ? Quelles sont mes possessions que je pourrais qualifier de &lt;em&gt;grises&lt;/em&gt; ?&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Mes dîners du Baïkal contiennent un faible rayonnement d’&lt;em&gt;énergie grise&lt;/em&gt;. L’énergie grise explose quand la valeur calorifique des aliments est inférieure à la dépense énergétique nécessaire à leur production et à leur acheminement. […] L’énergie grise, c’est l’ombre du karma : le décompte de nos péchés. Un jour, nous serons sommés de les payer.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#dans-les-forets-de-siberie&quot;&gt;Dans les forêts de Sibérie&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Sylvain Tesson&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;h2&gt;Raide&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;&lt;em&gt;[En arrivant à un point de vue.]&lt;/em&gt;&lt;br /&gt;
— C’est vraiment raide ici.&lt;br /&gt;
— …&lt;br /&gt;
— Mais non c’est pas rouge !&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Ta première blague bilingue :’)&lt;/p&gt;
&lt;hr/&gt;&lt;p&gt;&lt;a href=&quot;mailto:david@larlet.fr&quot;&gt;Réagir ?&lt;/a&gt;&lt;/p&gt;</summary>
</entry>
<entry xml:lang="fr">
<title>Coupable</title>
<link href="https://larlet.fr/david/2020/09/16/" rel="alternate" type="text/html" />
@@ -23,7 +122,7 @@

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Il n’y a pas de honte à défendre l’anarchie et à en défendre les principes car ses valeurs sont belles. Elles pourraient même se résumer en « Liberté, Égalité, Fraternité ». Mais « pour de vrai », comme disent les enfants. Les anarchistes se sont battus pour ces valeurs avec tellement d’acharnement que cela a toujours fait peur à la caste dirigeante, qu’elle se nomme noblesse, bourgeoisie, oligarchie ou soviet suprême. Alors, pour éviter à tout prix de partager les richesses à égalité entre des femmes et des hommes libres, &lt;mark&gt;il fallait empêcher que l’anarchie prenne racine, que ce mot fasse envie et redonne de l’espoir aux plus pauvres&lt;/mark&gt;. Éviter que ces pauvres prennent conscience qu’avec leur nombre ils auraient pu la faire, la révolution, et la réussir. C’était d’ailleurs la devise de John David Rockfeller : « Ne pas leur laisser croire que la révolte ça peut marcher. »&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Comment je suis devenue anarchiste&lt;/em&gt;, Isabelle Attard&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#comment-je-suis-devenue-anarchiste&quot;&gt;Comment je suis devenue anarchiste&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Isabelle Attard&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;C’est peu de dire que je me suis beaucoup retrouvé dans ce livre, autant dans mes propres expériences que dans mes lectures et mes espoirs. Je partage les &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/04/18/#regrets&quot;&gt;désillusions&lt;/a&gt; du processus parlementaire, les frustrations d’une &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/09/07/#justice&quot;&gt;culture de la domination&lt;/a&gt;, les inspirations — de &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#pouvoir-de-detruire-pouvoir-de-creer&quot;&gt;Murray Bookchin&lt;/a&gt; à &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/stream/2018/11/13/&quot;&gt;Daniel Quinn&lt;/a&gt;, en passant par Kropotkine —, l’inévitable chemin sensé vers le véganisme, le constat d’une Histoire constamment &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/09/07/#anarchisme&quot;&gt;réécrite&lt;/a&gt;, les prises de recul en &lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/09/01/#rythme&quot;&gt;parcourant la forêt&lt;/a&gt;. Je me sentais en terrain connu mais non conquis.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Et pourtant, j’ai toujours eu du mal à me revendiquer comme étant anarchiste, probablement par une méconnaissance du terme (maintenant comblée) mais aussi par l’image que cela pouvait donner pour les personnes n’ayant pas le même niveau de conscience du mot que moi. C’est peut-être ce que cet ouvrage va changer : prendre le temps de &lt;em&gt;me&lt;/em&gt; ré-accaparer le mot et de transmettre mon interprétation aux &lt;em&gt;autres&lt;/em&gt;.&lt;/p&gt;
@@ -71,7 +170,7 @@
&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Que les lois soient oppressives ou libérales n’a que peu d’importance, pas plus que les moyens qui sont utilisés pour les faire appliquer, si on tient compte du point principal : le peuple doit apprendre à craindre l’autorité et pas seulement en la personne des « représentants de l’ordre » parce qu’ils portent des armes. Pour que l’État fonctionne convenablement, cette peur n’est pas une sauvegarde suffisante ; &lt;mark&gt;le citoyen doit encore intérioriser cette peur et transformer l’obéissance en une catégorie morale et religieuse : le péché.&lt;/mark&gt;&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Les gens respectent la loi non seulement parce qu’ils ont peur mais aussi parce qu’ils se sentent coupables de désobéir. Ce sentiment de culpabilité peut être surmonté grâce au pardon que seule l’autorité peut accorder. Les conditions d’un tel pardon sont les suivantes : le pécheur se repent, il est puni et, en acceptant la punition, il se soumet à nouveau.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Avoir ou être&lt;/em&gt;, Erich Fromm&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre&quot;&gt;Avoir ou être&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Erich Fromm&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Au-dessus du péché, la conscience ? Cette petite voix que l’on ne peut faire taire ni combattre. Celle qui nous pousse à l’action tout en nous tétanisant. Celle qui prend soin de nous et nous ronge de l’intérieur.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Citation de la semaine potentiellement liée :&lt;/p&gt;
@@ -312,7 +411,7 @@

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Avoir se rapporte aux &lt;em&gt;choses&lt;/em&gt;, et les choses sont constantes et &lt;em&gt;descriptibles&lt;/em&gt;. Être se rapporte à l’&lt;em&gt;expérience&lt;/em&gt;, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt;, &lt;mark&gt;le masque que nous portons tous&lt;/mark&gt;, le moi que nous présentons — car cette &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt; est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Avoir ou être&lt;/em&gt;, Erich Fromm, 1976&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre&quot;&gt;Avoir ou être&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Erich Fromm, 1976&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Cette réflexion vient accompagner ce que j’ai envie de partager sur la forêt. Loin du matériel, m’intéresser davantage aux sensations et aux instants passés dans ces lieux. Et le partager en temps-réel, c’est déjà l’altérer (pas forcément pour le pire). Et le raconter, c’est déjà l’interpréter. Et le garder pour soi, c’est l’oublier.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;En parallèle de tout cela, avoir envie de témoigner d’un niveau de confort et de vie — au sens biosphère — qui ne sera plus si je me considère comme étant au pic de l’insouciance (pour rester poli/optimiste) de l’humanité.&lt;/p&gt;
@@ -424,7 +523,7 @@

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Dans &lt;em&gt;L’art d’aimer&lt;/em&gt;, j’ai noté que le mot « tomber », dans l’expression « tomber amoureux », est en soi-même une contradiction. Puisque aimer est une activité productive, on ne peut que se tenir &lt;em&gt;debout&lt;/em&gt; en amour, ou &lt;em&gt;marcher&lt;/em&gt;, mais certainement pas « tomber », ce qui dénoterait une passivité.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Avoir ou être&lt;/em&gt;, Erich Fromm&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;&lt;a href=&quot;https://larlet.fr/david/2020/12/21/#avoir-ou-etre&quot;&gt;Avoir ou être&lt;/a&gt;&lt;/em&gt;, Erich Fromm&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Difficile d’écrire activement l’amour sans &lt;em&gt;tomber&lt;/em&gt; dans le jugement.&lt;/p&gt;
&lt;hr/&gt;&lt;p&gt;&lt;a href=&quot;mailto:david@larlet.fr&quot;&gt;Réagir ?&lt;/a&gt;&lt;/p&gt;</summary>

Loading…
Cancel
Save