Browse Source

Self proof-reading

master
David Larlet 11 months ago
parent
commit
f9ab410dcf

+ 3
- 3
david/2020/12/18/index.html View File

@@ -68,7 +68,7 @@
<p><em>Un mauvais jeu de mot pour une <a href="https://vimeo.com/492686199/31ac11260c">fraîche sortie</a>.</em></p>
<h2 id="silence">Silence <a href="#silence" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><p>Des arbres à perte de vue. Le sable blanc crisse sous les pas et oblige à adopter cette démarche qu’on les <em>icemens</em>, ce pas cassant qui permet de ne pas attirer les humains, de se fondre dans les dunes de neige. Les sinus gelés laissent une trainée blanche sur la barbe, caractéristique de ces régions froides. Je réajuste mon tour de cou et j’adopte un allure qui me permet de ne pas perdre cette précieuse eau liquide.</p>
<p>Rien ne bouge dans ce désert blanc, même les gerbilles locales sont allées se mettre à l’abri du froid. À intervalle régulier, un corbeau vient vérifier que la masse mouvante que je représente est encore en état de se défendre, de conserver son eau et sa chaleur. De loin en loin, le martèlement des pics nous rappelle qu’il y a de la vie. Et des prédateurs. Je ne suis plus qu’à une dizaine de marteleurs de la chaleur du <em>Sietch</em>.</p>
<p>Des pas dans mon dos, un rythme de prédateurs <em>alpha</em> qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement <em>prana-bindu</em> pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :</p>
<p>Des pas dans mon dos, un rythme de prédateur <em>alpha</em> qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement <em>prana-bindu</em> pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :</p>

<blockquote>
<p>Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi.</p>
@@ -81,8 +81,8 @@
</blockquote>
<p>J’étais parti pour dormir dehors. Puis la veille, je me rends compte que ça va vraiment piquer (genre inférieur à -20°C). Pas encore bien acclimaté et conscient d’être proche du solstice, je n’avais pas envie de passer 15h dans un duvet à attendre le soleil. J’ai déjà fait et c’est pas plaisant. Surtout à mon âge. Aussi, je décide de me rabattre sur un refuge inconnu…</p>
<p>(Mal)Heureusement, arrivé sur place, un avertissement indique que les refuges ont été placardés (!) pour cause de COVID avec photos à l’appui. Je comprends <em>et</em> j’ai un peu de mal à l’accepter, d’autant que par ces températures ça me semble être une structure de sécurité plus qu’un potentiel <em>cluster</em> mais soit. J’enlève finalement le duvet du sac et me voilà parti pour une balade à la journée.</p>
<p>Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin <em>intentionnel</em>, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.</p>
<p>Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichées au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.</p>
<p>Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin <em>intentionnel</em>, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit ne tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.</p>
<p>Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichée au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.</p>
<h2 id="loup">Loup <a href="#loup" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>En cas de rencontre, on m’a conseillé de m’accroupir et de regarder le loup dans les yeux en lui faisant face, d’autres m’ont dit de me faire la plus grande possible pour lui faire peur. D’autres m’ont adjurer de ne jamais regarder un loup dans les yeux. Mais tous ont un conseil commun : <mark>« fais un feu »</mark>. Je suis satisfaite de cette dernière technique qui semble simple et logique. Petit problème pourtant. Il n’y a pas ou peu de bois dans ces steppes.</p>

+ 2
- 2
david/2020/fragments/Perdu.md View File

@@ -8,6 +8,6 @@ J’étais parti pour dormir dehors. Puis la veille, je me rends compte que ça

(Mal)Heureusement, arrivé sur place, un avertissement indique que les refuges ont été placardés (!) pour cause de COVID avec photos à l’appui. Je comprends *et* j’ai un peu de mal à l’accepter, d’autant que par ces températures ça me semble être une structure de sécurité plus qu’un potentiel *cluster* mais soit. J’enlève finalement le duvet du sac et me voilà parti pour une balade à la journée.

Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin *intentionnel*, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.
Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin *intentionnel*, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit ne tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.

Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichées au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.
Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichée au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.

+ 1
- 1
david/2020/fragments/Silence.md View File

@@ -4,7 +4,7 @@ Des arbres à perte de vue. Le sable blanc crisse sous les pas et oblige à adop

Rien ne bouge dans ce désert blanc, même les gerbilles locales sont allées se mettre à l’abri du froid. À intervalle régulier, un corbeau vient vérifier que la masse mouvante que je représente est encore en état de se défendre, de conserver son eau et sa chaleur. De loin en loin, le martèlement des pics nous rappelle qu’il y a de la vie. Et des prédateurs. Je ne suis plus qu’à une dizaine de marteleurs de la chaleur du *Sietch*.

Des pas dans mon dos, un rythme de prédateurs *alpha* qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement *prana-bindu* pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :
Des pas dans mon dos, un rythme de prédateur *alpha* qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement *prana-bindu* pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :

> Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi.


+ 3
- 3
david/log/index.xml View File

@@ -22,7 +22,7 @@
&lt;h2&gt;Silence&lt;/h2&gt;
&lt;p&gt;Des arbres à perte de vue. Le sable blanc crisse sous les pas et oblige à adopter cette démarche qu’on les &lt;em&gt;icemens&lt;/em&gt;, ce pas cassant qui permet de ne pas attirer les humains, de se fondre dans les dunes de neige. Les sinus gelés laissent une trainée blanche sur la barbe, caractéristique de ces régions froides. Je réajuste mon tour de cou et j’adopte un allure qui me permet de ne pas perdre cette précieuse eau liquide.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Rien ne bouge dans ce désert blanc, même les gerbilles locales sont allées se mettre à l’abri du froid. À intervalle régulier, un corbeau vient vérifier que la masse mouvante que je représente est encore en état de se défendre, de conserver son eau et sa chaleur. De loin en loin, le martèlement des pics nous rappelle qu’il y a de la vie. Et des prédateurs. Je ne suis plus qu’à une dizaine de marteleurs de la chaleur du &lt;em&gt;Sietch&lt;/em&gt;.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Des pas dans mon dos, un rythme de prédateurs &lt;em&gt;alpha&lt;/em&gt; qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement &lt;em&gt;prana-bindu&lt;/em&gt; pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Des pas dans mon dos, un rythme de prédateur &lt;em&gt;alpha&lt;/em&gt; qui se dépense sans compter. Je fais appel à mon enseignement &lt;em&gt;prana-bindu&lt;/em&gt; pour réchauffer mes zygomatiques et me préparer à l’échange. La litanie m’apaise encore un fois :&lt;/p&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi.&lt;/p&gt;
@@ -36,8 +36,8 @@
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;J’étais parti pour dormir dehors. Puis la veille, je me rends compte que ça va vraiment piquer (genre inférieur à -20°C). Pas encore bien acclimaté et conscient d’être proche du solstice, je n’avais pas envie de passer 15h dans un duvet à attendre le soleil. J’ai déjà fait et c’est pas plaisant. Surtout à mon âge. Aussi, je décide de me rabattre sur un refuge inconnu…&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;(Mal)Heureusement, arrivé sur place, un avertissement indique que les refuges ont été placardés (!) pour cause de COVID avec photos à l’appui. Je comprends &lt;em&gt;et&lt;/em&gt; j’ai un peu de mal à l’accepter, d’autant que par ces températures ça me semble être une structure de sécurité plus qu’un potentiel &lt;em&gt;cluster&lt;/em&gt; mais soit. J’enlève finalement le duvet du sac et me voilà parti pour une balade à la journée.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin &lt;em&gt;intentionnel&lt;/em&gt;, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichées au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Et finalement, j’ai bien fait car… je me suis retrouvé à gravir la mauvaise montagne (plusieurs fois) car ma carte était incomplète. Au moment où j’ai retrouvé mon chemin &lt;em&gt;intentionnel&lt;/em&gt;, il devenait limite de rejoindre le refuge avant que la nuit ne tombe et j’ai pu faire demi-tour sans me mettre en danger. Ce n’était pas le moment de réquisitionner les secours. Ni de perdre des doigts.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Pro-tip : toujours faire une photo de la carte des sentiers affichée au début du chemin qui est davantage à jour/exacte.&lt;/p&gt;
&lt;h2&gt;Loup&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;

Loading…
Cancel
Save