David Larlet 1 ano atrás
pai
commit
f08053c722

+ 1
- 1
david/2020/09/01/index.html Ver arquivo

@@ -159,7 +159,7 @@
<h2 id="penser">Penser <a href="#penser" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><p>Coïncidence intéressante, deux articles dans mes onglets qui encouragent à penser et à <em>faire</em> penser. Le <a href="https://ralphammer.com/make-me-think/">premier</a> (<a href="/david/cache/2020/82918fea8d8ed461aae66915dbed02c9/">cache</a>) — ponctué de superbes animations — qui montre l’importance de la complexité. Le <a href="https://blog.jim-nielsen.com/2020/make-me-think/">second</a> (<a href="/david/cache/2020/a8103eb4d28f54bf8d5e58905fa96c0a/">cache</a>) insistant sur les biais de nos cerveaux et l’intérêt de la friction pour certaines interfaces.</p>
<h2 id="persona">Persona <a href="#persona" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2>
<blockquote>
<p>Avoir se rapport aux <em>choses</em>, et les choses sont constantes et <em>descriptibles</em>. Être se rapporte à l’<em>expérience</em>, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre <em>persona</em>, <mark>le masque que nous portons tous</mark>, le moi que nous présentons — car cette <em>persona</em> est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.</p>
<p>Avoir se rapporte aux <em>choses</em>, et les choses sont constantes et <em>descriptibles</em>. Être se rapporte à l’<em>expérience</em>, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre <em>persona</em>, <mark>le masque que nous portons tous</mark>, le moi que nous présentons — car cette <em>persona</em> est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.</p>
<p><cite><em>Avoir ou être</em>, Erich Fromm, 1976</cite></p>
</blockquote>
<p>Cette réflexion vient accompagner ce que j’ai envie de partager sur la forêt. Loin du matériel, m’intéresser davantage aux sensations et aux instants passés dans ces lieux. Et le partager en temps-réel, c’est déjà l’altérer (pas forcément pour le pire). Et le raconter, c’est déjà l’interpréter. Et le garder pour soi, c’est l’oublier.</p>

+ 1
- 1
david/2020/fragments/Persona.md Ver arquivo

@@ -1,6 +1,6 @@
## Persona

> Avoir se rapport aux *choses*, et les choses sont constantes et *descriptibles*. Être se rapporte à l’*expérience*, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre *persona*, ==le masque que nous portons tous==, le moi que nous présentons — car cette *persona* est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.
> Avoir se rapporte aux *choses*, et les choses sont constantes et *descriptibles*. Être se rapporte à l’*expérience*, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre *persona*, ==le masque que nous portons tous==, le moi que nous présentons — car cette *persona* est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.
>
> <cite>*Avoir ou être*, Erich Fromm, 1976</cite>


+ 1
- 1
david/log/index.xml Ver arquivo

@@ -123,7 +123,7 @@
&lt;h2&gt;Persona&lt;/h2&gt;

&lt;blockquote&gt;
&lt;p&gt;Avoir se rapport aux &lt;em&gt;choses&lt;/em&gt;, et les choses sont constantes et &lt;em&gt;descriptibles&lt;/em&gt;. Être se rapporte à l’&lt;em&gt;expérience&lt;/em&gt;, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt;, &lt;mark&gt;le masque que nous portons tous&lt;/mark&gt;, le moi que nous présentons — car cette &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt; est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;Avoir se rapporte aux &lt;em&gt;choses&lt;/em&gt;, et les choses sont constantes et &lt;em&gt;descriptibles&lt;/em&gt;. Être se rapporte à l’&lt;em&gt;expérience&lt;/em&gt;, et l’expérience humaine est en principe non descriptible. Ce qui est parfaitement descriptible, c’est notre &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt;, &lt;mark&gt;le masque que nous portons tous&lt;/mark&gt;, le moi que nous présentons — car cette &lt;em&gt;persona&lt;/em&gt; est en elle-même un objet. En revanche, l’être humain vivant n’est pas une image morte et ne peut absolument pas être décrit.&lt;/p&gt;
&lt;p&gt;&lt;cite&gt;&lt;em&gt;Avoir ou être&lt;/em&gt;, Erich Fromm, 1976&lt;/cite&gt;&lt;/p&gt;
&lt;/blockquote&gt;
&lt;p&gt;Cette réflexion vient accompagner ce que j’ai envie de partager sur la forêt. Loin du matériel, m’intéresser davantage aux sensations et aux instants passés dans ces lieux. Et le partager en temps-réel, c’est déjà l’altérer (pas forcément pour le pire). Et le raconter, c’est déjà l’interpréter. Et le garder pour soi, c’est l’oublier.&lt;/p&gt;

Carregando…
Cancelar
Salvar