Browse Source

More contents

master
David Larlet 1 year ago
parent
commit
e51d5815c3
No known key found for this signature in database

+ 1
- 0
david/2020/12-21.md View File

@@ -6,3 +6,4 @@
.. include:: fragments/Deluge.md
.. include:: fragments/Cosmologie.md
.. include:: fragments/Pouvoir detruire creer.md
.. include:: fragments/La nature est un champ de bataille.md

+ 6
- 0
david/2020/12/21/index.html View File

@@ -69,6 +69,12 @@
</blockquote>
<p>Les <a href="/david/stream/2018/10/15/">réflexions</a> de cette personne <a href="/david/stream/2018/10/01/">m’intéressaient</a> alors je me suis dit qu’une compilation serait une bonne introduction. Il y a effectivement des textes qui après 50 ans n’ont pas pris un ride.</p>
<p>C’est peut-être ce qui est le plus déstabilisant d’ailleurs.</p>
<h2 id="la-nature-est-un-champ-de-bataille">La nature est un champ de bataille <a href="#la-nature-est-un-champ-de-bataille" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>Face à la catastrophe écologique annoncée, les bonnes âmes appellent l’humanité à « dépasser ses divisions » pour s’unir dans un « pacte écologique ». Cet essai s’attaque à cette idée reçue. Il n’y aura pas de consensus environnemental. Loin d’effacer les antagonismes existants, la crise écologique se greffe au contraire à eux pour les porter à incandescence. Soit la localisation des décharges toxiques aux États-Unis : si vous voulez savoir où un stock de déchets donné a le plus de chances d’être enfoui, demandez-vous où vivent les Noirs, les Hispaniques, les Amérindiens et autres minorités raciales. Interrogez-vous par la même occasion sur le lieu où se trouvent les quartiers pauvres…</p>
<p><cite><em><a href="https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille">La nature est un champ de bataille</a></em> (<a href="/david/cache/2020/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/">cache</a>), Razmig Keucheyan</cite></p>
</blockquote>
<p>Ce livre comporte trois parties très distinctes et c’est la première qui m’a le plus ouvert les yeux, notamment sur cette notion de « racisme environnemental ».</p>
<p><em>Merci à <a href="http://shl.huld.re/~f6k/">f6k</a> de m’avoir pointé le texte intégralement disponible en ligne. La copie d’extraits papier est fastidieuse, merci aussi aux <a href="https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_nature_est_un_champ_de_bataille-9782355220586.html">éditions La Découverte</a> !</em></p>

</article>


+ 6
- 0
david/2020/fragments/Ambivalence.md View File

@@ -0,0 +1,6 @@
## Ambivalence

> Comme l’a montré Gramsci, les crises sont toujours des moments ambivalents pour le capitalisme. D’un côté, elles représentent un risque pour la survie du système. Mais, de l’autre, elles sont aussi des occasions de générer de nouvelles opportunités de profits. La crise environnementale n’échappe pas à cette ambivalence. L’ouragan Katrina a par exemple détruit des volumes colossaux de capital. Mais il a aussi permis l’expulsion et la rentabilisation de quartiers jusque-là populaires et donc peu rentables, ainsi que la privatisation massive des services publics, notamment les écoles. Il en va de même du tsunami de 2004 en Asie, qui a conduit à l’enclosure de nombreuses régions côtières et suscité l’installation de chaînes internationales d’hôtellerie et de restauration.
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](/david/2020/12/21/#la-nature-est-un-champ-de-bataille)*, Razmig Keucheyan</cite>


+ 6
- 0
david/2020/fragments/Dictature bienveillante.md View File

@@ -0,0 +1,6 @@
## Dictature bienveillante

> Le philosophe Hans Jonas, élève de Martin Heidegger et auteur du *Principe responsabilité* (1979), soutient que l’humanité devra peut-être à l’avenir « accepter comme prix nécessaire pour le salut physique une pause de la liberté […] ». En liberté, l’humanité court à sa perte, car elle ne peut s’empêcher d’infliger des dommages irréparables à son milieu. Seule une « dictature bienveillante » est à même de prendre les mesures qui s’imposent pour que son « salut physique » soit assuré. C’est ce que Jonas appelle « la tyrannie comme alternative à l’anéantissement physique ». Rien n’indique *a priori* que cette tyrannie sera militaire. Mais le degré de préparation des armées face à la crise écologique laisse supposer qu’elles pourraient être de sérieux candidats pour en prendre la tête. L’adaptation au changement environnemental, en tous les cas, comportera une dimension militaire décisive.
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](/david/2020/12/21/#la-nature-est-un-champ-de-bataille)*, Razmig Keucheyan</cite>


+ 6
- 0
david/2020/fragments/Dix pour cent.md View File

@@ -0,0 +1,6 @@
## Dix pour cent

> C’est ce dont s’inquiète une série d’articles parus dans le *Armed Forces Journal*, le mensuel des officiers de l’armée américaine. 80 % du pétrole consommé par l’État américain l’est par les forces armées. Chaque jour, celles-ci requièrent 130 millions de barils pour leur fonctionnement. Le pétrole représente aujourd’hui 77 % des carburants employés par l’armée. 70 % du tonnage déplacé chaque jour sur les champs de bataille est du pétrole. Si l’on y ajoute l’eau, on atteint 90 %. Les munitions, en comparaison, représentent un tonnage relativement modeste. Plus généralement, 10 % des émissions de carbone annuelles à l’échelle globale proviennent de l’activité militaire (toutes armées confondues).
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](/david/2020/12/21/#la-nature-est-un-champ-de-bataille)*, Razmig Keucheyan</cite>


+ 9
- 0
david/2020/fragments/La nature est un champ de bataille.md View File

@@ -0,0 +1,9 @@
## La nature est un champ de bataille

> Face à la catastrophe écologique annoncée, les bonnes âmes appellent l’humanité à « dépasser ses divisions » pour s’unir dans un « pacte écologique ». Cet essai s’attaque à cette idée reçue. Il n’y aura pas de consensus environnemental. Loin d’effacer les antagonismes existants, la crise écologique se greffe au contraire à eux pour les porter à incandescence. Soit la localisation des décharges toxiques aux États-Unis : si vous voulez savoir où un stock de déchets donné a le plus de chances d’être enfoui, demandez-vous où vivent les Noirs, les Hispaniques, les Amérindiens et autres minorités raciales. Interrogez-vous par la même occasion sur le lieu où se trouvent les quartiers pauvres…
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille)* ([cache](/david/cache/2020/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/)), Razmig Keucheyan</cite>

Ce livre comporte trois parties très distinctes et c’est la première qui m’a le plus ouvert les yeux, notamment sur cette notion de « racisme environnemental ».

*Merci à [f6k](http://shl.huld.re/~f6k/) de m’avoir pointé le texte intégralement disponible en ligne. La copie d’extraits papier est fastidieuse, merci aussi aux [éditions La Découverte](https://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-La_nature_est_un_champ_de_bataille-9782355220586.html) !*

+ 6
- 0
david/2020/fragments/Le capital.md View File

@@ -0,0 +1,6 @@
## Le capital

> Le capital doit tendre à abattre toute barrière locale au trafic, c’est-à-dire à l’échange, pour conquérir le monde entier et en faire un marché, il doit tendre, d’autre part, à détruire l’espace grâce au temps, c’est-à-dire réduire au minimum le temps que coûte le mouvement d’un lieu à un autre. Plus le capital est développé, plus vaste est donc le marché où il circule ; or plus est grande la trajectoire spatiale de sa circulation, plus il tendra à une extension spatiale du marché, et donc à une destruction de l’espace grâce au temps.
>
> <cite>*Fondements de la critique de l’économie politique*, Karl Marx</cite>


+ 7
- 0
david/2020/fragments/Migrants.md View File

@@ -0,0 +1,7 @@
## Migrants

> Troisième aspect de la question : faut-il parler de « réfugié » ou de « migrant » climatique ? La différence est de taille. Dans le premier cas, l’individu est considéré comme étant forcé de migrer. Dans le second, il s’agit d’un choix personnel. Lorsque cette notion est apparue, la catégorie de « réfugié » était couramment employée. Depuis les années 1990, une tendance s’est fait jour qui voit l’emploi de plus en plus fréquent de celle de « migrant ». On a pu relever dans cette évolution la montée en puissance d’une approche néolibérale de la gestion de la crise climatique. Les « migrants » tendent à être perçus comme des « entrepreneurs » qui disposent de la maîtrise de leur destin. La migration, dans cette perspective, est une possibilité parmi d’autres qui s’offrent à eux.
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](/david/2020/12/21/#la-nature-est-un-champ-de-bataille)*, Razmig Keucheyan</cite>

De l’importance du vocabulaire.

+ 5
- 0
david/2020/fragments/Victimes.md View File

@@ -0,0 +1,5 @@
## Victimes

> Avant la Seconde Guerre mondiale, bombardements aériens et occupation étaient expérimentés en contexte colonial, si bien que la véritable matrice des NG [Nouvelles Guerres] est sans doute à trouver dans les guerres coloniales. Au début du XXe siècle, 90 % des victimes des guerres sont des militaires. Lors de la Seconde Guerre mondiale, ce pourcentage passe à 50 %. À la fin des années 1990, 80 % des victimes sont des civils.
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](/david/2020/12/21/#la-nature-est-un-champ-de-bataille)*, Razmig Keucheyan</cite>

+ 1
- 1
david/log/index.xml View File

@@ -5,7 +5,7 @@
<link href="https://larlet.fr/david/" rel="alternate" type="text/html" />
<link href="https://larlet.fr/david/log/" rel="self" />
<id>https://larlet.fr/david/</id>
<updated>2020-01-27T12:00:00+01:00</updated>
<updated>2020-01-28T12:00:00+01:00</updated>
<author>
<name>David Larlet</name>
<uri>https://larlet.fr/david/</uri>

+ 55
- 55
david/stream/2019/12/17/index.html View File

@@ -492,7 +492,7 @@ footer {
<blockquote>
<p>Ce que les médias occidentaux appellent « Arabes », ce sont le plus souvent les anciens nomades, alors qu’« Africains » désigne les tribus sédentaires. La présence musulmane dans la région remonte au VIIIe siècle, c’est-à-dire aux premières décennies de l’expansion de l’islam. L’idée que le conflit du Darfour résulterait de l’intrusion exogène d’Arabes musulmans dans une région jusque-là intacte au plan ethnico-religieux est donc fausse.</p>
<p>Il n’est bien entendu pas question de soutenir que la dimension « ethnique » du conflit est une pure invention des médias. Au Darfour, les ethnies existent bel et bien, et ce pour une raison simple : elles ont été créées par les colons britanniques. Un sultanat existe au Darfour depuis le milieu du XVIIe siècle. Les Britanniques prennent possession de la région à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la période coloniale au Soudan durant de 1916 à 1956. En arrivant, les Britanniques instaurent un système de droits de propriété du sol, qui attribue des portions de terre à certaines ethnies et non à d’autres. Ce système permet, d’une part, de contrôler la population locale — les tribus du Darfour s’étaient opposées à la conquête britannique avec détermination. Il permet d’autre part d’en tirer un profit économique, par l’entremise de l’impôt notamment. Une première cristallisation des « ethnies » se fait sur la base de la propriété foncière (une base de classe, donc), qui opposera désormais les nomades aux sédentaires, ceux qui se sont vu attribuer une terre et les autres, sous l’impulsion du colonialisme anglais. Le conflit actuel est une lointaine conséquence de ce système de propriété. De la part des impérialistes, cette façon de procéder est courante à l’époque. C’est que ce que Mahmood Mamdani appelle la stratégie de <em>re-define and rule</em>, « re-catégoriser et dominer ». L’opposition entre Hutus et Tutsis au Rwanda a une généalogie comparable.</p>
<p><cite><em><a href="https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille">La nature est un champ de bataille</a> (<a href="/david/cache/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/">cache</a>)</em>, Razmig Keucheyan</cite></p>
<p><cite><em><a href="https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille">La nature est un champ de bataille</a> (<a href="/david/cache/2020/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/">cache</a>)</em>, Razmig Keucheyan</cite></p>
</blockquote>
<p>Voilà une chose que l’on a oublié de m’enseigner en cours d’histoire. C’est fâcheux.</p>
<hr />
@@ -528,210 +528,210 @@ footer {
<p>
Je m’intéresse à la place que je peux avoir dans ce monde. En tant qu’humain, en tant que membre d’une famille et en tant qu’associé d’une coopérative. De temps en temps, je fais aussi des <a href="https://github.com/davidbgk" title="Principalement sur Github mais aussi ailleurs">trucs techniques</a>. Et encore plus rarement, <a href="/david/talks/" title="En ce moment je laisse plutôt la place aux autres">j’en parle</a>.
</p>
<p>
Les dernières publications hebdomadaires sont :
</p>
<ul class="with_columns">
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/31/">Merci</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/27/">Intemporels</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/24/">Outils</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/17/">Origines</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/10/">Publier</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/12/03/">En forêt</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/11/26/">Ecocentric</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/11/19/">Se livrer</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/11/12/">Dépendances</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/11/05/">Positif</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/10/29/">Dettes</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/10/22/">Privilèges</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/10/15/">Discrétion</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/10/08/">Désespérance</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/10/01/">Présent</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/09/24/">Manifester</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/09/17/">Arpenter</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/09/10/">Nostalgie</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/09/03/">Déconstruire</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/08/27/">Documenter</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/08/20/">Frustration</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/08/13/">Holisme</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/08/06/">1%</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/07/30/">Exemplarité</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/07/23/">Timelines</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/07/16/">Écoute</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/07/02/">Anxiété</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/06/21/">À lier</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/06/14/">Pauvreté</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/06/07/">Amateur</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/05/31/">Pollution</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/05/24/">Apaisement</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/05/10/">Folie</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/05/03/">Sympathie</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/04/12/">Péremption</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/04/05/">Définitions</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/03/29/">Acceptation</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/03/22/">Dissonance</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/03/15/">Reconnaissance</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/03/08/">Lecture</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/03/01/">Journaux</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/02/22/">Écriture</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/02/15/">Kyriarchie</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/02/08/">Mots-serrures</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/02/01/">Sans voie</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/01/25/">Auto-diagnostic</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/01/18/">Agilité</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/01/11/">Métaphores</a>
</li>
<li>
<a href="/david/stream/2019/01/04/">Balbutiements</a>
</li>
</ul>
<p>
Voici quelques articles choisis :
<a href="/david/blog/2019/faire-equipe/" title="Accéder à l’article complet">Faire équipe</a>,
@@ -808,9 +808,9 @@ footer {
if (event.data.status && link) {
link.style.backgroundColor = '#2d7474'
link.style.color = '#f0f0ea'
link.setAttribute('title', 'En cache pour consultation sans connexion')
}
})
})

+ 1
- 1
david/stream/2019/12/17/index.md View File

@@ -54,7 +54,7 @@ Nous sommes probablement encore aujourd’hui prisonniers de ce cycle, qui a pu
>
> Il n’est bien entendu pas question de soutenir que la dimension « ethnique » du conflit est une pure invention des médias. Au Darfour, les ethnies existent bel et bien, et ce pour une raison simple : elles ont été créées par les colons britanniques. Un sultanat existe au Darfour depuis le milieu du XVIIe siècle. Les Britanniques prennent possession de la région à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, la période coloniale au Soudan durant de 1916 à 1956. En arrivant, les Britanniques instaurent un système de droits de propriété du sol, qui attribue des portions de terre à certaines ethnies et non à d’autres. Ce système permet, d’une part, de contrôler la population locale — les tribus du Darfour s’étaient opposées à la conquête britannique avec détermination. Il permet d’autre part d’en tirer un profit économique, par l’entremise de l’impôt notamment. Une première cristallisation des « ethnies » se fait sur la base de la propriété foncière (une base de classe, donc), qui opposera désormais les nomades aux sédentaires, ceux qui se sont vu attribuer une terre et les autres, sous l’impulsion du colonialisme anglais. Le conflit actuel est une lointaine conséquence de ce système de propriété. De la part des impérialistes, cette façon de procéder est courante à l’époque. C’est que ce que Mahmood Mamdani appelle la stratégie de *re-define and rule*, « re-catégoriser et dominer ». L’opposition entre Hutus et Tutsis au Rwanda a une généalogie comparable.
>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille) ([cache](/david/cache/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/))*, Razmig Keucheyan</cite>
> <cite>*[La nature est un champ de bataille](https://www.editions-zones.fr/lyber?la-nature-est-un-champ-de-bataille) ([cache](/david/cache/2020/a72c83494fc6636cde5b73bd2b064958/))*, Razmig Keucheyan</cite>

Voilà une chose que l’on a oublié de m’enseigner en cours d’histoire. C’est fâcheux.


Loading…
Cancel
Save