Browse Source

Drafting GAFAM+

master
David Larlet 2 years ago
parent
commit
dcb1cb7a61
No known key found for this signature in database

+ 2
- 2
david/2020/01-31.md View File

@@ -1,6 +1,6 @@
# S’implanter, comprendre et proposer
# Intentions

*Les traditionnelles intentions de début d’année.*
*Les traditionnelles résolutions (?) de début d’année.*

.. include:: fragments/Simplanter.md
.. include:: fragments/American dream.md

+ 3
- 3
david/2020/01/31/index.html View File

@@ -9,7 +9,7 @@
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,minimum-scale=1,initial-scale=1,shrink-to-fit=no">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>S’implanter, comprendre et proposer — David Larlet</title>
<title>Intentions — David Larlet</title>
<!-- Lightest blank gif, avoids an extra query to the server. -->
<link rel="icon" href="data:;base64,iVBORw0KGgo=">
<!-- Thank you Florens! -->
@@ -22,7 +22,7 @@
<body class="remarkdown h1-underline h2-underline hr-center ul-star pre-tick">

<article>
<h1>S’implanter, comprendre et proposer</h1>
<h1>Intentions</h1>
<nav>
<p class="center">
@@ -32,7 +32,7 @@
</nav>
<hr>

<p><em>Les traditionnelles intentions de début d’année.</em></p>
<p><em>Les traditionnelles résolutions (?) de début d’année.</em></p>
<h2 id="simplanter">S’implanter <a href="#simplanter" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><p>Après trois ans sur le territoire canadien, il est temps de faire des choses localement. Découvrir davantage de personnes, m’impliquer dans la vie de quartier. Peut-être même trouver de quoi accompagner avec proximité. Une façon de s’acculturer en douceur.</p>
<h2 id="american-dream">American Dream <a href="#american-dream" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>Dans ce documentaire Noam Chomsky décrit les 10 principes de la concentration de la richesse et du pouvoir :</p>

+ 13
- 0
david/2020/02-07.md View File

@@ -0,0 +1,13 @@
# GAFAM+

*(Savoir) vivre dans un panoptique numérique.*

.. include:: fragments/Evil.md
.. include:: fragments/Mood.md
.. include:: fragments/Normalized.md
.. include:: fragments/Open book.md
.. include:: fragments/Cars.md
.. include:: fragments/Endlessness.md
.. include:: fragments/Hyper.md
.. include:: fragments/Credibilite.md
.. include:: fragments/OK Google.md

+ 115
- 0
david/2020/02/07/index.html View File

@@ -0,0 +1,115 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the <title>
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,minimum-scale=1,initial-scale=1,shrink-to-fit=no">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>GAFAM+ — David Larlet</title>
<!-- Lightest blank gif, avoids an extra query to the server. -->
<link rel="icon" href="data:;base64,iVBORw0KGgo=">
<!-- Thank you Florens! -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2020-01-09.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" crossorigin>

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline hr-center ul-star pre-tick">

<article>
<h1>GAFAM+</h1>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/2020/" title="Liste des publications récentes">↑</a>
</p>
</nav>
<hr>

<p><em>(Savoir) vivre dans un panoptique numérique.</em></p>
<h2 id="evil">Evil <a href="#evil" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>The tech industry doesn’t intoxicate us like it did just a few years ago. Keeping up with its problems—and its fixes, and its fixes that cause new problems—is dizzying. Separating out the meaningful threats from the noise is hard. Is Facebook really the danger to democracy it looks like? Is Uber really worse than the system it replaced? Isn’t Amazon’s same-day delivery worth it? Which harms are real and which are hypothetical? Has the techlash gotten it right? And which of these companies is really the worst? Which ones might be, well, evil?</p>
<p><cite><em><a href="https://slate.com/technology/2020/01/evil-list-tech-companies-dangerous-amazon-facebook-google-palantir.html">Which tech companies are doing the most harm?</a></em> (<a href="/david/cache/2020/566b71b4e3a0217d7a224f71aa255a35/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>On en est là : essayer de savoir qui est pire que l’autre. Et l’on appelle encore cela des services. C’est assez fou quand on y pense. C’est aussi ce à quoi cette industrie est très bonne : nous occuper de façon à ne pas trop penser.</p>
<p>J’ai envie de travailler sur des produits qui nous aident à panser les maux des inégalités. J’ai le sentiment que cela ne pourra passer que par plus d’autonomie et de décentralisation. J’ai la conviction qu’<a href="/david/stream/2018/11/27/">une seule génération</a> suffit.</p>
<h2 id="mood">Mood <a href="#mood" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>But a more careful look into Spotify’s history shows that the decision to define audiences by their moods was part of a strategic push to grow Spotify’s advertising business in the years leading up to its IPO—and today, Spotify’s enormous access to mood-based data is a pillar of its value to brands and advertisers, allowing them to target ads on Spotify by moods and emotions. Further, since 2016, Spotify has shared this mood data directly with the world’s biggest marketing and advertising firms.</p>
<p><cite><em><a href="https://thebaffler.com/downstream/big-mood-machine-pelly">Big Mood Machine</a></em> (<a href="/david/cache/2020/5ddeb776b27bade5f581d66e40de4c6c/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Donne moi ton historique d’écoute et je te dirais le traitement dont tu as besoin pour te sentir mieux ; ou je t’enlèverai la possibilité de bénéficier d’une assurance. J’imagine une société où tu laisserais tourner en fond une liste de lecture douce, bienveillante et motivante pour montrer ta conformité et ton bonheur.</p>
<p>Le seul terme de <em>streaming surveillance</em> me fait frissonner.</p>
<h2 id="normalized">Normalized <a href="#normalized" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>Luckily as the year comes to a close, the music streaming platform Spotify provides its users with a tantalizing (and ready to share) glimpse of their listening habits. It’s fun! It’s shareable! And it’s a troubling reminder that being “fun” and “shareable” is one of the primary ways by which rampant surveillance becomes normalized.</p>
<p><cite><em><a href="https://librarianshipwreck.wordpress.com/2019/12/06/who-listens-to-the-listeners/">Who Listens to the Listeners?</a></em> (<a href="/david/cache/2020/662f4136a25b828f662a6e822d85575d/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Pratique que je dénonçais <a href="/david/blog/2016/cultural-intimacy/">il y a déjà quatre ans</a>. Nos <strong>voisins numériques</strong> sont extrêmement nombreux. Il y a les personnes qui sont directement sur le réseau, les personnes qui sont au niveau du service en lui-même, les personnes avec lesquelles ces données sont partagées à des fins de recherche, les personnes qui sont en charge des services de sauvegarde, les personnes à qui ces données sont vendues. Sans compter les personnes qui ont réussi à récupérer ces données depuis les machines des personnes du premier niveau.</p>
<p>Lorsque vous lancez une lecture sur Spotify/Youtube/Etc, il y a potentiellement des milliers de personnes qui savent dans quel état d’esprit est-ce que vous êtes à ce moment précis. Est-ce que vous êtes à l’aise avec ça ?</p>
<h2 id="open-book">Open book <a href="#open-book" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>The data reviewed by Times Opinion didn’t come from a telecom or giant tech company, nor did it come from a governmental surveillance operation. It originated from a location data company, one of dozens quietly collecting precise movements using software slipped onto mobile phone apps. You’ve probably never heard of most of the companies — and yet to anyone who has access to this data, your life is an open book. They can see the places you go every moment of the day, whom you meet with or spend the night with, where you pray, whether you visit a methadone clinic, a psychiatrist’s office or a massage parlor.
<cite><em><a href="https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/19/opinion/location-tracking-cell-phone.html">Twelve Million Phones, One Dataset, Zero Privacy</a></em> (<a href="/david/cache/2020/2390380d879c04ee56baf320b6f7e681/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Et il n’y a pas que notre humeur qui est analysable, mais aussi l’endroit où nous sommes lorsque nous sommes dans cet état.
Il n’a pas fallu attendre le « Temps d’écran » d’Apple pour réaliser la quantité de données historisées et localisées disponibles dans un téléphone et dans toute la chaîne de traitement et d’analyse de cette information.</p>
<p>Ce n’est pas tant d’être un livre ouvert que de l’être pour de très nombreuses personnes. Et je ne parle même pas de celles <a href="/david/2020/12/15/#citizenfour">à un niveau supérieur</a> qui se mettent à croiser toutes ces données.</p>
<p>Notre téléphone indispensable (traduction de <em>smartphone</em> locale que je trouve pertinente) est un confessionnal avec des milliers d’oreilles.</p>
<h2 id="cars">Cars <a href="#cars" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>On a recent drive, a 2017 Chevrolet collected my precise location. It stored my phone’s ID and the people I called. It judged my acceleration and braking style, beaming back reports to its maker General Motors over an always-on Internet connection.</p>
<p>Cars have become the most sophisticated computers many of us own, filled with hundreds of sensors. Even older models know an awful lot about you. Many copy over personal data as soon as you plug in a smartphone.</p>
<p>But for the thousands you spend to buy a car, the data it produces doesn’t belong to you.</p>
<p><cite><em><a href="https://www.washingtonpost.com/technology/2019/12/17/what-does-your-car-know-about-you-we-hacked-chevy-find-out/">Driving surveillance: What does your car know about you? We hacked a 2017 Chevy to find out.</a></em> (<a href="/david/cache/2020/77c968588b2e605d5b3050c45af53603/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Lorsque Sonos s’est mis à faire des enceintes connectées, je me suis empressé d’acheter les derniers modèles qui n’envoient pas un enregistrement continu de mon environnement (du moins je l’espère). Rétrospectivement, <a href="https://www.bbc.co.uk/news/technology-50948868">c’était une erreur</a> (<a href="/david/cache/2020/cbef115a80c646c9eddc61ac077a6891/">cache</a>) et j’aurais dû m’en tenir à des enceintes <em>low-tech</em> qui ne sont pas des ordinateurs à part entière.</p>
<p>Je sais que je ne pourrais probablement plus acheter de voiture non plus.</p>
<h2 id="endlessness">Endlessness <a href="#endlessness" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>On the demand side, too, TikTok achieves endlessness. It is endless horizontally, each video an infinitely looping GIF, and it is endless vertically, the videos stacked up in an infinite scroll. There is no exit from TikTok’s cinema. One college student I know, having recently downloaded the app, told me that she now finds herself watching TikToks until her iPhone battery dies. She can’t pull her eyes away from the screen, but she is still able to withstand the temptation to recharge her phone while the app’s running. Electrical failure is the last defense against infinite media.</p>
<p><cite><em><a href="http://www.roughtype.com/?p=8677">TikTok and the coming of infinite media</a></em> (<a href="/david/cache/2020/58add7873e65625beba4c859d40a278b/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Jusqu’où peut aller la captation de l’attention ? Je crois que l’on commence à avoir des réponses : il n’y a pas de limites.
On croyait la main du marché invisible, c’est en fait une œillère bien opaque pour nous faire aller de l’avant.</p>
<h2 id="hyper">Hyper <a href="#hyper" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p>Nous vivons aujourd’hui dans une société d’hypermnésie, d’hyperscopie, et d’hyperacousie. Nos habitus, nos « morales » individuelles et nos « endroits » […] sont surveillés, entendus et enregistrés, le plus souvent avec notre consentement paresseux. De la même manière que sont surveillés, entendus et enregistrés les comportements, les habitus, les morales et les endroits où nous faisons ensemble et où nous sommes société.</p>
<p>Une société dans laquelle, à la fois des états, des sociétés privés monopolistiques ou oligopolistiques, et des entités collaborationnistes réunissant les deux, disposent donc de la capacité à se souvenir de tout (hypermnésie), comme de celle de tout voir (hyperscopie) et de tout entendre (hyperacousie).</p>
<p><cite><em><a href="https://www.affordance.info/mon_weblog/2020/01/pedophile-client-apple.html">Un pédophile est un client Apple comme les autres.</a></em> (<a href="/david/cache/2020/59dac1925636ebf6358c3a598bf834f9/">cache</a>)</cite></p>
</blockquote>
<p>Il pourrait être pertinent de documenter le chemin qui nous a permis d’en arriver là, au moins pour que les futures générations en aient conscience avant de potentiellement reproduire une telle structure. À force de documenter, on arrivera peut-être à rompre le cycle ?</p>
<p>Il suffit d’une seule génération pour en sortir mais il n’a suffit que d’une seule génération pour y entrer aussi.</p>
<p><em>Ma génération.</em></p>
<h2 id="credibilite">Crédibilité <a href="#credibilite" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><figure>
<img src="/static/david/2020/dependances_affordance.png" alt="Dépendances externes du site affordance.info par l’extension uMatrix" loading="lazy" />
<figcaption>C’est bien la peine de se plaindre des GAFAM+…</figcaption>
</figure>
<p><a href="/david/stream/2019/08/20/">J’évoquais précédemment</a> ma frustration vis-à-vis des situations incohérentes, on en a un bel exemple ici avec l’article sus-cité. Quelle est la crédibilité d’un site dénonçant manifestement l’emprise des GAFAM+ sur nos vies et qui n’a pas moins de 24 dépendances externes incluant les services de Google ?</p>
<p><em>Hyperconfort ou inculture ?</em></p>
<h2 id="ok-google">OK Google <a href="#ok-google" title="Ancre vers cette partie">#</a></h2><blockquote>
<p><em>[Un matin après avoir traîné dans le lit]</em><br />
— OK Google, lève-toi !<br />
— Gni ?!</p>
</blockquote>
<p>Ce matin là, j’ai appris que les enfants de six ans canadiens ne jouent plus à « Jacques à dit ».</p>
<p>Je ne m’en suis toujours pas remis…</p>

</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil">🏠</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS">🤖</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant>🇨🇦</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel">📮</a> •
<abbr title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340">🧚</abbr>
</p>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-3.0.0.min.js" type="module" defer></script>
</body>
</html>

+ 13
- 0
david/2020/fragments/Cars.md View File

@@ -0,0 +1,13 @@
## Cars

> On a recent drive, a 2017 Chevrolet collected my precise location. It stored my phone’s ID and the people I called. It judged my acceleration and braking style, beaming back reports to its maker General Motors over an always-on Internet connection.
>
> Cars have become the most sophisticated computers many of us own, filled with hundreds of sensors. Even older models know an awful lot about you. Many copy over personal data as soon as you plug in a smartphone.
>
> But for the thousands you spend to buy a car, the data it produces doesn’t belong to you.
>
> <cite>*[Driving surveillance: What does your car know about you? We hacked a 2017 Chevy to find out.](https://www.washingtonpost.com/technology/2019/12/17/what-does-your-car-know-about-you-we-hacked-chevy-find-out/)* ([cache](/david/cache/2020/77c968588b2e605d5b3050c45af53603/))</cite>

Lorsque Sonos s’est mis à faire des enceintes connectées, je me suis empressé d’acheter les derniers modèles qui n’envoient pas un enregistrement continu de mon environnement (du moins je l’espère). Rétrospectivement, [c’était une erreur](https://www.bbc.co.uk/news/technology-50948868) ([cache](/david/cache/2020/cbef115a80c646c9eddc61ac077a6891/)) et j’aurais dû m’en tenir à des enceintes *low-tech* qui ne sont pas des ordinateurs à part entière.

Je sais que je ne pourrais probablement plus acheter de voiture non plus.

+ 10
- 0
david/2020/fragments/Credibilite.md View File

@@ -0,0 +1,10 @@
## Crédibilité

<figure>
<img src="/static/david/2020/dependances_affordance.png" alt="Dépendances externes du site affordance.info par l’extension uMatrix" loading="lazy" />
<figcaption>C’est bien la peine de se plaindre des GAFAM+…</figcaption>
</figure>

[J’évoquais précédemment](/david/stream/2019/08/20/) ma frustration vis-à-vis des situations incohérentes, on en a un bel exemple ici avec l’article sus-cité. Quelle est la crédibilité d’un site dénonçant manifestement l’emprise des GAFAM+ sur nos vies et qui n’a pas moins de 24 dépendances externes incluant les services de Google ?

*Hyperconfort ou inculture ?*

+ 8
- 0
david/2020/fragments/Endlessness.md View File

@@ -0,0 +1,8 @@
## Endlessness

> On the demand side, too, TikTok achieves endlessness. It is endless horizontally, each video an infinitely looping GIF, and it is endless vertically, the videos stacked up in an infinite scroll. There is no exit from TikTok’s cinema. One college student I know, having recently downloaded the app, told me that she now finds herself watching TikToks until her iPhone battery dies. She can’t pull her eyes away from the screen, but she is still able to withstand the temptation to recharge her phone while the app’s running. Electrical failure is the last defense against infinite media.
>
> <cite>*[TikTok and the coming of infinite media](http://www.roughtype.com/?p=8677)* ([cache](/david/cache/2020/58add7873e65625beba4c859d40a278b/))</cite>

Jusqu’où peut aller la captation de l’attention ? Je crois que l’on commence à avoir des réponses : il n’y a pas de limites.
On croyait la main du marché invisible, c’est en fait une œillère bien opaque pour nous faire aller de l’avant.

+ 9
- 0
david/2020/fragments/Evil.md View File

@@ -0,0 +1,9 @@
## Evil

> The tech industry doesn’t intoxicate us like it did just a few years ago. Keeping up with its problems—and its fixes, and its fixes that cause new problems—is dizzying. Separating out the meaningful threats from the noise is hard. Is Facebook really the danger to democracy it looks like? Is Uber really worse than the system it replaced? Isn’t Amazon’s same-day delivery worth it? Which harms are real and which are hypothetical? Has the techlash gotten it right? And which of these companies is really the worst? Which ones might be, well, evil?
>
> <cite>*[Which tech companies are doing the most harm?](https://slate.com/technology/2020/01/evil-list-tech-companies-dangerous-amazon-facebook-google-palantir.html)* ([cache](/david/cache/2020/566b71b4e3a0217d7a224f71aa255a35/))</cite>

On en est là : essayer de savoir qui est pire que l’autre. Et l’on appelle encore cela des services. C’est assez fou quand on y pense. C’est aussi ce à quoi cette industrie est très bonne : nous occuper de façon à ne pas trop penser.

J’ai envie de travailler sur des produits qui nous aident à panser les maux des inégalités. J’ai le sentiment que cela ne pourra passer que par plus d’autonomie et de décentralisation. J’ai la conviction qu’[une seule génération](/david/stream/2018/11/27/) suffit.

+ 13
- 0
david/2020/fragments/Hyper.md View File

@@ -0,0 +1,13 @@
## Hyper

> Nous vivons aujourd’hui dans une société d’hypermnésie, d’hyperscopie, et d’hyperacousie. Nos habitus, nos « morales » individuelles et nos « endroits » […] sont surveillés, entendus et enregistrés, le plus souvent avec notre consentement paresseux. De la même manière que sont surveillés, entendus et enregistrés les comportements, les habitus, les morales et les endroits où nous faisons ensemble et où nous sommes société.
>
> Une société dans laquelle, à la fois des états, des sociétés privés monopolistiques ou oligopolistiques, et des entités collaborationnistes réunissant les deux, disposent donc de la capacité à se souvenir de tout (hypermnésie), comme de celle de tout voir (hyperscopie) et de tout entendre (hyperacousie).
>
> <cite>*[Un pédophile est un client Apple comme les autres.](https://www.affordance.info/mon_weblog/2020/01/pedophile-client-apple.html)* ([cache](/david/cache/2020/59dac1925636ebf6358c3a598bf834f9/))</cite>

Il pourrait être pertinent de documenter le chemin qui nous a permis d’en arriver là, au moins pour que les futures générations en aient conscience avant de potentiellement reproduire une telle structure. À force de documenter, on arrivera peut-être à rompre le cycle ?

Il suffit d’une seule génération pour en sortir mais il n’a suffit que d’une seule génération pour y entrer aussi.

*Ma génération.*

+ 9
- 0
david/2020/fragments/Mood.md View File

@@ -0,0 +1,9 @@
## Mood

> But a more careful look into Spotify’s history shows that the decision to define audiences by their moods was part of a strategic push to grow Spotify’s advertising business in the years leading up to its IPO—and today, Spotify’s enormous access to mood-based data is a pillar of its value to brands and advertisers, allowing them to target ads on Spotify by moods and emotions. Further, since 2016, Spotify has shared this mood data directly with the world’s biggest marketing and advertising firms.
>
> <cite>*[Big Mood Machine](https://thebaffler.com/downstream/big-mood-machine-pelly)* ([cache](/david/cache/2020/5ddeb776b27bade5f581d66e40de4c6c/))</cite>

Donne moi ton historique d’écoute et je te dirais le traitement dont tu as besoin pour te sentir mieux ; ou je t’enlèverai la possibilité de bénéficier d’une assurance. J’imagine une société où tu laisserais tourner en fond une liste de lecture douce, bienveillante et motivante pour montrer ta conformité et ton bonheur.

Le seul terme de *streaming surveillance* me fait frissonner.

+ 9
- 0
david/2020/fragments/Normalized.md View File

@@ -0,0 +1,9 @@
## Normalized

> Luckily as the year comes to a close, the music streaming platform Spotify provides its users with a tantalizing (and ready to share) glimpse of their listening habits. It’s fun! It’s shareable! And it’s a troubling reminder that being “fun” and “shareable” is one of the primary ways by which rampant surveillance becomes normalized.
>
> <cite>*[Who Listens to the Listeners?](https://librarianshipwreck.wordpress.com/2019/12/06/who-listens-to-the-listeners/)* ([cache](/david/cache/2020/662f4136a25b828f662a6e822d85575d/))</cite>

Pratique que je dénonçais [il y a déjà quatre ans](/david/blog/2016/cultural-intimacy/). Nos **voisins numériques** sont extrêmement nombreux. Il y a les personnes qui sont directement sur le réseau, les personnes qui sont au niveau du service en lui-même, les personnes avec lesquelles ces données sont partagées à des fins de recherche, les personnes qui sont en charge des services de sauvegarde, les personnes à qui ces données sont vendues. Sans compter les personnes qui ont réussi à récupérer ces données depuis les machines des personnes du premier niveau.

Lorsque vous lancez une lecture sur Spotify/Youtube/Etc, il y a potentiellement des milliers de personnes qui savent dans quel état d’esprit est-ce que vous êtes à ce moment précis. Est-ce que vous êtes à l’aise avec ça ?

+ 9
- 0
david/2020/fragments/OK Google.md View File

@@ -0,0 +1,9 @@
## OK Google

> *[Un matin après avoir traîné dans le lit]*
> — OK Google, lève-toi !
> — Gni ?!

Ce matin là, j’ai appris que les enfants de six ans canadiens ne jouent plus à « Jacques à dit ».

Je ne m’en suis toujours pas remis…

+ 12
- 0
david/2020/fragments/Open book.md View File

@@ -0,0 +1,12 @@
## Open book

> The data reviewed by Times Opinion didn’t come from a telecom or giant tech company, nor did it come from a governmental surveillance operation. It originated from a location data company, one of dozens quietly collecting precise movements using software slipped onto mobile phone apps. You’ve probably never heard of most of the companies — and yet to anyone who has access to this data, your life is an open book. They can see the places you go every moment of the day, whom you meet with or spend the night with, where you pray, whether you visit a methadone clinic, a psychiatrist’s office or a massage parlor.
>
> <cite>*[Twelve Million Phones, One Dataset, Zero Privacy](https://www.nytimes.com/interactive/2019/12/19/opinion/location-tracking-cell-phone.html)* ([cache](/david/cache/2020/2390380d879c04ee56baf320b6f7e681/))</cite>

Et il n’y a pas que notre humeur qui est analysable, mais aussi l’endroit où nous sommes lorsque nous sommes dans cet état.
Il n’a pas fallu attendre le « Temps d’écran » d’Apple pour réaliser la quantité de données historisées et localisées disponibles dans un téléphone et dans toute la chaîne de traitement et d’analyse de cette information.

Ce n’est pas tant d’être un livre ouvert que de l’être pour de très nombreuses personnes. Et je ne parle même pas de celles [à un niveau supérieur](/david/2020/12/15/#citizenfour) qui se mettent à croiser toutes ces données.

Notre téléphone indispensable (traduction de *smartphone* locale que je trouve pertinente) est un confessionnal avec des milliers d’oreilles.

Loading…
Cancel
Save