Browse Source

More links

master
David Larlet 9 months ago
parent
commit
9d1ae5a4c6

+ 188
- 0
cache/2021/0a106edc34e0e32ff31371309ceb668a/index.html View File

@@ -0,0 +1,188 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Write 5x more but write 5x less (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://critter.blog/2020/10/02/write-5x-more-but-write-5x-less/">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>Write 5x more but write 5x less</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://critter.blog/2020/10/02/write-5x-more-but-write-5x-less/" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>There are 2 things I have come to believe about writing:</p>

<ol><li><strong>The average person should write 5x more things than they do.</strong></li><li><strong>The average written thing should be 5x shorter than it is.</strong></li></ol>

<p>See? Write 5x more but write 5x less. Write more often, but make each thing you write shorter. </p>

<p>I don’t care what it is. Blog posts. Novels. Google docs. Articles. Wiki pages. Write more of them, but make them shorter. </p>

<p>Why write more often? </p>

<ul><li>Because writing helps thinking. </li><li>Because practice will make you better. </li><li>Because writing is more shareable than speaking.</li><li>Because humans are worse than computers at storing knowledge.</li><li>Because writing your old thoughts frees your brain to think of new thoughts.</li></ul>

<p>Why make them shorter?</p>

<ul><li>Because the shorter it is, the more people will read it.</li><li>Because of the <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Pareto_principle">Pareto principle</a>: 80% of the value is in 20% of the length (hence “5x shorter”).</li></ul>

<p>So write more, but write less.</p>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 37
- 0
cache/2021/0a106edc34e0e32ff31371309ceb668a/index.md View File

@@ -0,0 +1,37 @@
title: Write 5x more but write 5x less
url: https://critter.blog/2020/10/02/write-5x-more-but-write-5x-less/
hash_url: 0a106edc34e0e32ff31371309ceb668a

<p>There are 2 things I have come to believe about writing:</p>



<ol><li><strong>The average person should write 5x more things than they do.</strong></li><li><strong>The average written thing should be 5x shorter than it is.</strong></li></ol>



<p>See? Write 5x more but write 5x less. Write more often, but make each thing you write shorter. </p>



<p>I don’t care what it is. Blog posts. Novels. Google docs. Articles. Wiki pages. Write more of them, but make them shorter. </p>



<p>Why write more often? </p>



<ul><li>Because writing helps thinking. </li><li>Because practice will make you better. </li><li>Because writing is more shareable than speaking.</li><li>Because humans are worse than computers at storing knowledge.</li><li>Because writing your old thoughts frees your brain to think of new thoughts.</li></ul>



<p>Why make them shorter?</p>



<ul><li>Because the shorter it is, the more people will read it.</li><li>Because of the <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Pareto_principle">Pareto principle</a>: 80% of the value is in 20% of the length (hence “5x shorter”).</li></ul>



<p>So write more, but write less.</p>

+ 226
- 0
cache/2021/28dd93134ff6df75757a564c42834ff3/index.html View File

@@ -0,0 +1,226 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Why nobody hires junior developers anymore (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://www.notonlycode.org/nobody-hires-juniors/">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>Why nobody hires junior developers anymore</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://www.notonlycode.org/nobody-hires-juniors/" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>While the number of job opportunities for software developer skyrockets together with salaries all around the world, fresh grads and junior developers struggle to even get invited for the interviews. Why does it happen and can we do anything about it?</p>
<p>Tech industry has still relatively low barrier of entry, especially when compared to other well-paying jobs (think 5+ years of school for lawyers and doctors). However looking at the number of entry-level job offers on LinkedIn or other job portals, it seems that the golden days for bootcamp graduates and self-taught devs are over. Finding job as a junior has already been challenging in the last 2 years, but 2021 seems like a real bad time to be searching for the first job in tech.</p>
<p>In the last few years I've been heavily involved in hiring, I've worked with a number of recruiters, and I spent some collaborating with coding bootcamps. Based on my discussions and observations, I believe there are 2 main reasons behind the current situation: tragedy of the commons and COVID-19. The first one has been a problem for years, the second one has amplified the issue.</p>
<h2 id="short-term-gains-long-term-loss">Short-term gains, long-term loss</h2>
<p>Imagine a following situation: a group of fishermen have access to a lake with fish. The lake does not belong to any particular person, and all fishermen go there daily and catch a few fish to feed their families and sell to fellow townmen. That situation lasts for years and remains stable. Then one day one of the fishermen figures out that he can catch more fish and sell them also in other towns.</p>
<p>Soon other fishermen copy that model and everyone happily catches a lot of fish and makes more money. Until one day the fishermen notice that it takes them more and more time to catch fish, until one day they come home empty handed. The fishermen never considered that they need to maintain the population of fish in the lake, and because of their greed they caught all fish and left the lake empty.</p>
<p>This kind of situation has a name - <a href="https://en.wikipedia.org/wiki/Tragedy_of_the_commons">the tragedy of the commons</a> - and you can think about it as a <a href="https://cs.stanford.edu/people/eroberts/courses/soco/projects/1998-99/game-theory/npd.html">multiplayer prisoner's dilemma</a>. The dilemma is simple - you can choose to cooperate with others (limit number of fish you catch with sustainability in mind) or betray them (catch more fish for higher short-term gains). However if enough people betrays others, eventually they deplete the resource they use and everyone loses. </p>
<p>Tragedy of the commons is not just a thought experiment. It happens in real life, too. A fairly recent case comes from Thailand and its famous Maya bay,  featured movie "The Beach" with Leonardo di Caprio. Maya bay is a gorgeous spot located at one of the Phi Phi islands that every day used to draw thousands of tourists. Unfortunately the trip organizers were too greedy and the fragile ecosystem of the bay could not handle the number of boats and people, and the amount of trash left there. In 2018 the government of Thailand decided to close the island for recovery, and as of September 2021 it remains unavailable for tourists.</p>
<figure class="kg-card kg-image-card kg-card-hascaption"><img src="https://www.notonlycode.org/content/images/2021/09/IMG_3892.JPG" class="kg-image" alt loading="lazy" srcset="https://www.notonlycode.org/content/images/size/w600/2021/09/IMG_3892.JPG 600w, https://www.notonlycode.org/content/images/size/w1000/2021/09/IMG_3892.JPG 1000w, https://www.notonlycode.org/content/images/size/w1600/2021/09/IMG_3892.JPG 1600w, https://www.notonlycode.org/content/images/size/w2400/2021/09/IMG_3892.JPG 2400w" sizes="(min-width: 720px) 720px"><figcaption>A photo I took in Maya bay back in 2017, while it was still open (though the damage was already very visible)</figcaption></figure>
<h2 id="too-many-betrayals-among-tech-companies">Too many betrayals among tech companies</h2>
<p>What does all this have to do with hiring in tech? We're dealing with a similar kind of a problem:</p>
<ul><li>everyone wants to have senior developers, because they provide value</li><li>in order to have a senior developer, we need a junior dev + a lot of time + proper training</li><li>in order to train junior developers, company needs to invest: senior developers spend less time on product (sacrifice immediate profit) so that they can support others (with long-term gain in mind)</li></ul>
<p>Here's the twist - a company might invest in a developer, but not profit from them, because once that developer gains enough experience and skills to provide value, they'll start getting other job offers, and as we know changing jobs brings higher raise than staying.</p>
<p>Knowing all that, companies can take different strategy depending on their circumstances:</p>
<ul><li>top companies (big tech, high growth startups) figure out that they don't really need to hire a lot of junior developers, they'll just hire the best seniors from other companies by offering them way higher compensation</li><li>above average companies (other highly profitable enterprises) figure out they don't need to hire that many junior developers either, they'll just hire senior or mid-level devs who can't get a job at top companies</li><li>the remaining companies know they are at the bottom of the food chain - they train developers that later find better paying options. These companies still hire juniors, because they don't have much choice, but their hiring becomes limited because there are not enough experienced devs for mentoring</li><li>software houses are a bit of a special case - since they charge per person per day, even less experienced developers quickly become profitable for the company. It's tough to convince customers to add junior dev to the team, but often software houses just promote people very quickly</li></ul>
<figure class="kg-card kg-image-card"><img src="https://www.notonlycode.org/content/images/2021/09/Shared-resource-1-.png" class="kg-image" alt loading="lazy" srcset="https://www.notonlycode.org/content/images/size/w600/2021/09/Shared-resource-1-.png 600w, https://www.notonlycode.org/content/images/2021/09/Shared-resource-1-.png 800w" sizes="(min-width: 720px) 720px"></figure>
<p>We end up in a situation where the demand for senior developers far outweighs the capacity and willingness of the companies to train juniors. Up until recently it wasn't that bad though, we were in kind of an stable situation - the number of developers needed was growing steadily, the attrition was stable, companies were offering some internships and entry-level positions, universities and bootcamps provided streams of candidates. It wasn't very easy to get the first job in the industry, but with enough effort and determination it was possible even for someone who has just started programming.</p>
<p>And then came the pandemic.</p>
<h2 id="nobody-hires-juniors-anymore">Nobody hires juniors anymore</h2>
<p>After the initial shock of the pandemic, all the hiring freezes and layoffs, companies figured out where they stand and started hiring again. The bounce was strengthened by sudden spike in demand for digital services (retailers moving to on-line, booming businesses like virtual events and all kinds of deliveries), influx of cash from investors, and the need to catch-up after the hiring freeze.</p>
<p>Together with a lot of burnout cases and people taking longer leaves, it created a spike in need for experienced engineers, and made almost no impact (or maybe even a negative impact) on a number of entry-level roles. With all the pandemic-related challenges and opportunities, investing in junior developers is not an urgent matter.</p>
<h3 id="remote-work">Remote work</h3>
<p>Working from home comes with a lot of benefits, but also plenty of challenges - how to keep the communication effective? How to ensure people keep the healthy balance between work and time off? How do we make remote teams work effectively? How do we balance between seeing each others faces while avoiding the fatigue related to constantly being on the camera?</p>
<p>We all still struggle with that, but  then comes another problem - how do we onboard new people? We need to deliver them the equipment, make sure they have all their need for their home office, but more importantly, we need to figure out how to share the knowledge and feel people excited about joining the company. There's no onboarding day anymore, we can't gather all new joiners in one room anymore to let them meet each other and to have a big welcome breakfast.</p>
<p>And then comes another complication - what if these people are fresh grads? How can we hire people for their first job while we struggle with onboarding in general? The answer is - let's put that on hold and figure it out later. Junior roles are traditionally the easiest to fill, so we can just stop for a few months and hire them later, when we are ready.</p>
<figure class="kg-card kg-image-card"><img src="https://www.notonlycode.org/content/images/2021/09/pandemic-junior-reasons.png" class="kg-image" alt loading="lazy" srcset="https://www.notonlycode.org/content/images/size/w600/2021/09/pandemic-junior-reasons.png 600w, https://www.notonlycode.org/content/images/size/w1000/2021/09/pandemic-junior-reasons.png 1000w, https://www.notonlycode.org/content/images/size/w1600/2021/09/pandemic-junior-reasons.png 1600w, https://www.notonlycode.org/content/images/2021/09/pandemic-junior-reasons.png 2240w" sizes="(min-width: 720px) 720px"></figure>
<h3 id="everyones-understaffed">Everyone's understaffed</h3>
<p>The 2nd effect of the pandemic is that everyone urgently needs senior developers. Gergely Orosz wrote a <a href="https://blog.pragmaticengineer.com/advice-for-tech-workers-to-navigate-a-heated-job-market/">great blog post about it</a>, where he explains in detail why there's a shortage of senior developers:</p>
<ul><li>sudden demand for digital products and services means companies need to scale and, in order to remain competitive, keep innovating, so they need experienced devs</li><li>demand for developers (and limited supply) means companies have to pay more and offer more benefits</li><li>that means it's a good time to change jobs - new job usually means a nice raise, but this time instead of 20% it can be even 50-70%</li><li>that creates a lot of movement in the market, on one hand companies lose people, on the other bring a lot of new devs, so they need to spend a lot of time onboarding (which also puts pressure on remaining employees!)</li><li>on the other hand people are exhausted because of the pandemic and want to take longer break; with the huge demand for developers they feel more comfortable taking a few months off (so supply is even smaller)</li></ul>
<p>Once again, this affects junior developers in a negative way. Since everyone desperately needs senior devs, nobody wants to put even more pressure on their devs to help onboard and train junior devs.</p>
<p>And because a lot of tech companies have been playing defectors for the last few years and didn't invest enough in junior developers when they could, now everyone struggles.</p>
<h2 id="the-way-forward">The way forward</h2>
<p>The question remains - what now? Sooner or later the situation will become more stable, but is there anything we can do to help each other? None of us alone will make a big difference, but we still can help to bring a little bit of balance in the industry, and everyone can contribute.</p>
<h3 id="why-should-you-care">Why should you care?</h3>
<p>One thing that you might be asking yourself is "why do I care?". If you're a senior developer, you technically benefit from the current situation - you can easily jump jobs and get a significant raise every time. But even then, lack of junior developers has a negative impact on your career - when there are no junior developers, there are no people to teach, so you can't improve as a mentor. There are no people who can take easier tasks, so you have to do them. Finally, the teams can't grow as fast as they could, so even if you could get promoted to lead your own team, your company only hires senior devs, and it's hard to find them.</p>
<p>And if you're a lead dev or a manager, you should care about building a stable situation where more experienced developers can make a bigger impact by supporting junior devs and focusing on tasks that only they can do. Without junior developers, that balance is gone.</p>
<h3 id="if-youre-a-junior-dev-looking-for-work">If you're a junior dev looking for work</h3>
<p>If you're currently looking for your first job in the tech industry, there are 2 things that you should do: expand your search and make it sustainable.</p>
<p>Expand: reach out to companies directly. Smaller companies could offer you a position even if they are not actively looking for junior candidates. Attend events - there are a lot of virtual, free meetups where you can chat with people. Go beyond the stack that you know, if you know React check also positions for Vue or  Angular developers.</p>
<p>Make it sustainable: it may take you even 12 months to find a job. Pace yourself, make a list of companies you want to write to and make it a habit to send a few applications a day. Take some days off, remember to relax, you are in it for the long term.</p>
<figure class="kg-card kg-embed-card">

</figure>
<p>A year ago I made 2 videos where I talked exactly about this topic. Check them out, each of them is 5-10 minutes:</p>
<figure class="kg-card kg-embed-card"><iframe src="https://www.youtube.com/embed/kzG3SeKmGP0?feature=oembed" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen>VIDEO</iframe></figure>
<figure class="kg-card kg-embed-card"><iframe src="https://www.youtube.com/embed/w-4P7nz0Fa8?feature=oembed" frameborder="0" allow="accelerometer; autoplay; clipboard-write; encrypted-media; gyroscope; picture-in-picture" allowfullscreen>VIDEO</iframe></figure>
<h3 id="if-youre-an-employed-developer">If you're an employed developer</h3>
<p>If your company doesn't hire junior developers at all, understand why, see whether it's a rule or just nobody thought of opening junior roles. Suggest to your managert that it would help to have someone less experienced, so that you can teach them but also delegate simpler tasks that don't need someone with your experience. If not junior devs - maybe interns? In my first job I started an internship program that provided a lot of benefits over the years. If you work for a small company, it should be much easier than in a corporation!</p>
<p>If you are willing to help others in your free time, you can become a mentor or a coach - there are organizations out there who help people break into the industry. In the past I had a pleasure of working with a free, volunteer-based bootcamp. I helped someone to change their career, and while doing this I became a much better mentor than I used to be. It's a hard, but very rewarding work.</p>
<h3 id="if-youre-a-manager">If you're a manager</h3>
<p>If you're an engineering manager, you have an impact on hiring - use it! If your team is doing well, ask your manager for additional headcount and make sure it's an entry-level position. Talk to your peer and discuss with them how you can benefit from having more junior devs (I'll write about the benefits another time, stay tuned!). It's not an easy thing to do, especially if your company has practiced the parasite "only seniors here" model until now, but you can always try.</p>
<h3 id="if-youre-an-executive">If you're an executive</h3>
<p>If you're a VP of Engineering or CTO you are probably responsible for (or at least can influence) the hiring plans and strategy. Take junior positions into account - find a ratio that will work in your teams (1 junior in a team of 4 or 5, for example) and ensure that your company provides an inclusive, welcoming environment for people who have just started their career in software development.</p>
<h2 id="back-to-where-we-started">Back to where we started?</h2>
<p>The current tech boom won't last forever. Eventually things will become more stable. The world will keep innovating, the demand for developers will remain, but it won't be that urgent. In a couple of months the bounce caused by the pandemic will weaken and we'll go back to where we were before - a system where juniors don't have it easy, but where it's possible for them to get interviews, and eventually start their career in software development. </p>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 7
- 0
cache/2021/28dd93134ff6df75757a564c42834ff3/index.md
File diff suppressed because it is too large
View File


+ 277
- 0
cache/2021/30709e92d7de1162f310f3c64b991c6d/index.html View File

@@ -0,0 +1,277 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Petit guide de « disempowerment » pour hommes proféministes (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://scenesdelavisquotidien.com/2014/07/25/petit-guide-de-disempowerment-pour-hommes-profeministes/">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>Petit guide de « disempowerment » pour hommes proféministes</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://scenesdelavisquotidien.com/2014/07/25/petit-guide-de-disempowerment-pour-hommes-profeministes/" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>[L’article qui suit a été publié par la revue québecoise <em>Possibles</em> dans le n° <a href="http://redtac.org/possibles/category/les-feminismes-dhier-a-aujourdhui/" target="_blank">Le féminisme d’hier à aujourd’hu</a><a href="http://redtac.org/possibles/category/les-feminismes-dhier-a-aujourdhui/" target="_blank">i</a>. Il est mis à disposition ici avec l’autorisation de l’auteur.]</p>
<p>par <strong>Francis Dupuis-Déri</strong></p>
<p>Plus souvent qu’on pourrait s’y attendre, des féministes suggèrent qu’il faudrait que plus d’hommes se joignent à leur lutte pour la liberté des femmes et l’égalité entre les sexes. Certaines féministes appellent aussi les hommes à s’engager dans leur mouvement car elles considèrent que le féminisme est bon pour les hommes et pourrait même les libérer des contraintes psychologiques et culturelles que leur imposeraient le patriarcat et le sexisme (c’est, entre autres, la position de bell hooks [2004]). D’autres restent sceptiques face aux hommes qui se disent sympathiques au féminisme, puisque tous les hommes tirent avantage, d’une manière ou d’une autre, du patriarcat et que ces « alliés » ne font souvent que reproduire la domination masculine au sein des réseaux féministes (Blais 2008; Delphy 1998).</p>
<p>Du côté des hommes qui s’identifient comme «proféministes» ou même «féministes», nous nous contentons le plus souvent de nous déclarer pour l’égalité entre les sexes et de déployer quelques efforts pour être respectueux envers les femmes et pour effectuer un peu plus de tâches domestiques et parentales que les autres hommes. Peu nombreux sont ceux qui se mobilisent activement dans les réseaux militants et féministes. Ainsi, trop souvent, les hommes proféministes parlent au nom des féministes, tirent avantage de leur engagement (notoriété, légitimité, etc.) et peuvent aussi harceler et agresser sexuellement des militantes (comme le révèlent des exemples historiques et contemporains, dont des cas survenus lors de la grève étudiante au Québec en 2012). On comprend alors que des féministes peuvent accueillir les hommes proféministes avec méfiance.</p>
<p>D’autres mouvements d’émancipation ont connu cette figure paradoxale et problématique du compagnon de route, membre de la classe privilégiée et dominante. Du côté de la lutte contre le racisme, par exemple, le mouvement contre l’Apartheid en Afrique du Sud et contre la ségrégation aux États-Unis, pour ne nommer que ceux-là, ont dû composer avec des activistes antiracistes membres de la majorité dite «blanche». D’ailleurs, Stokely S. Carmichaël (1968 : 100), un militant afro-américain, rappelait que «[l]’une des choses les plus troublantes avec presque tous les sympathisants blancs du mouvement a été leur peur d’aller dans leur propre communauté, là où sévit le racisme, et de travailler à le supprimer. Ce qu’ils veulent, c’est […] nous dire quoi faire dans le Mississipi», alors qu’il aurait été plus utile qu’ils s’engagent contre le racisme dans leur communauté d’origine européenne (Carmichaël 1968 : 100 ; voir aussi McAdam 2012 : 203-208).</p>
<p>Il n’est donc pas surprenant que ce type d’alliance politique provoque souvent des malaises, des tensions et des conflits, au point où des groupes finissent par expulser les membres de la classe privilégiée et dominante, et décident de s’organiser en non-mixité, quitte à participer aussi à des alliances et à des coalitions mixtes. En se dotant de lieux ou de moments non-mixtes ou «séparés», il est en effet plus facile d’échanger au sujet d’expériences individuelles, de parler de ses blessures, de ses traumatismes, de ses peurs, de ses déceptions et de ses espoirs, puis, par la suite, de développer une conscience et une analyse collectives afin d’identifier des objectifs et de déterminer des moyens d’actions adéquats (Hanish 2000). La non-mixité a été particulièrement importante pour que les femmes puissent prendre conscience du caractère systémique des violences masculines (Romito, 2009, 60).</p>
<p>Le pouvoir individuel et collectif qui se développera alors pourra servir à créer un rapport de force dans des lieux et des moments mixtes face ou aux côtés des membres de la classe privilégiée et dominante. Ce processus a été nommé, en anglais, <em>empowerment</em>, un terme qui ne connaît pas de traduction française tout à fait satisfaisante (on hésite encore entre autonomisation, capacitation, «appropriation du pouvoir» [Guberman 2004], «empouvoirer» [Cardinal et Andrew 2000 : 34]). L’expression a été reprise par diverses forces et tendances politiques, y compris des agences de gestion et des institutions internationales associées au néolibéralisme. Cela dit, du côté des féministes, l’empowerment désigne un processus individuel et collectif qui implique à la fois une prise de conscience politique, le développement d’une force politique et, par conséquent, d’une capacité d’agir de manière autonome individuellement et collectivement pour obtenir l’égalité sociale (Fortin-Pellerin 2006; Bacqué et Biewener 2013).</p>
<p>Quelle place peuvent jouer les hommes dans ce processus d’empowerment des femmes? La réponse à cette question mérite une précision, à savoir de quelles femmes et de quels hommes s’agit-il, puisque la situation n’est pas tout à fait la même si on est d’une catégorie racialisée dominante ou subalterne, pauvre ou riche, hétérosexuel, gay, transgenre ou transsexuel (Baril 2009). Dans cette perspective, conscient que ma posture n’est pas universelle, je vais proposer ici l’ébauche d’un guide pour proféministes, en m’inspirant des très nombreuses discussions que j’ai eues avec des féministes, de mes lectures de textes militants sur la question, et de mon expérience d’homme ayant des pratiques hétérosexuelles, économiquement privilégié, vivant en Amérique du Nord et descendant des populations colonisatrices européennes.</p>
<p>Si le féminisme rend possible l’empowerment des femmes, il me semble problématique de considérer qu’il devrait aussi permettre l’empowerment des hommes. Le patriarcat est un système dans lequel, précisément, les hommes disposent d’un pouvoir sur les femmes, la classe des hommes dominant, opprimant, exploitant et excluant la classe des femmes. Dans une perspective de justice, d’égalité, de liberté et de solidarité entre les sexes, ce n’est donc non pas l’empowerment qui convient pour les hommes, mais le <em>disempowerment</em>. Selon les dictionnaires anglophones Oxford et Collins, le <em>disempowerment</em> désigne ce qui consiste à «rendre (un individu, un groupe) moins puissant ou moins confiant» (Oxford) ou à «priver (un individu) de pouvoir ou d’autorité» (Collins).</p>
<p>Le disempowerment des hommes n’implique pas de réduire notre capacité d’agir ou d’être moins confiants et moins puissants en tant qu’êtres humains, mais en tant qu’hommes et donc en tant que membre de la classe dominante et privilégiée dans le patriarcat. L’engagement des hommes dans un processus individuel et collectif de disempowerment consiste à réduire le pouvoir que nous exerçons individuellement et collectivement sur les femmes, y compris les féministes. Certes, l’empowerment des femmes et des féministes dépend d’elles-mêmes et aucun homme ne peut émanciper les femmes à leur place ou en leur nom. Cela dit, le disempowerment des hommes doit faciliter l’empowerment des femmes.</p>
<p>Cette proposition de disempowerment évoque la distinction, avancée par des féministes (French 1986 : 524-532; Kruzynski 2004 : 251-252), entre diverses formes de pouvoir, d’une part le «pouvoir sur» qui désigne la domination (j’exerce mon pouvoir sur une ou des femmes), et d’autre part le «pouvoir de», c’est-à-dire la capacité d’agir et de faire (j’ai le pouvoir de faire ceci ou cela). L’empowerment féministe des femmes consiste donc à développer leur pouvoir de, soit leur capacité d’agir et de faire, alors que le disempowerment des hommes proféministes consiste à réduire notre pouvoir sur les femmes et les féministes avec pour objectif sa disparition complète. Il s’agit alors de travailler contre les institutions, les actes et les attitudes qui produisent et consolident, au niveau individuel et collectif, notre statut masculin et notre pouvoir sur les femmes.</p>
<p>Par ailleurs, des féministes ont également identifié l’importance du «pouvoir avec», c’est-à-dire «de collectiviser et de partager le pouvoir» d’agir et de faire à travers des réseaux d’alliances (Kruzynski 2004 : 252). À l’inverse, le disempowerment implique de réduire notre pouvoir avec les autres hommes, soit la complicité et la solidarité entre hommes. D’ailleurs, même bell hooks, plutôt optimiste quant à la participation des hommes au féminisme, précise que notre «contribution à apporter à la lutte féministe» consiste à «exposer, confronter, opposer et transformer le sexisme de [nos] pairs masculins» (hooks 1984 : 81).</p>
<p>Je vais maintenant proposer une liste d’attitudes ou comportements qui pourraient participer de ce processus de disempowerment. Il ne s’agit pas ici d’une liste complète, et chaque élément mériterait une discussion approfondie pour prendre en considération la pluralité des situations possibles, y compris en regard d’autres systèmes de domination (étatisme, racisme, classisme, etc.). Il importe aussi, à chaque fois, de réfléchir aux désavantages potentiels de l’engagement des hommes proféministes pour les femmes du mouvement féministe. À titre d’illustration, voici un paradoxe inhérent à la posture de l’homme identifié comme proféministe : il incarne le rôle patriarcal du protecteur ou sauveur des femmes face à d’autres hommes prédateurs ou agresseurs (ici, les antiféministes), ce qui lui permet de tirer des bénéfices puisque des femmes peuvent alors se sentir redevables ou dépendantes de cette protection reçue (Blais 2009; Young 2007, p. 118 et suiv., Nayak 2006, p. 49). Pour rappeler le caractère paradoxal et problématique de l’homme identifié comme proféministe, chaque proposition proféministe sera accompagnée d’une brève mise en garde évoquant des effets potentiellement négatifs pour les féministes. Cet exercice en deux temps a pour objectif de garder à l’esprit que malgré nos bonnes intentions, ce que nous faisons (ou pas) comme proféministe peut toujours avoir des effets négatifs, à tout le moins pour quelques féministes. Enfin, je dois préciser que la plupart des idées et réflexions proposées ici ne sont pas de moi, puisqu’elles m’ont été inspirées par mes lectures de féministes (entre autres, Blais 2008 ; Delphy 1998 ; Monnet 1998) ou d’autres proféministes (Stoltenberg 2013 et Thiers-Vidal 2013), par mon expérience militante (par exemple, dans la Coalition antimasculiniste et dans Hommes contre le patriarcat), par des rencontres et des discussions dans des réseaux féministes et anarchistes en France et au Québec et par des documents qui y circulent, en particulier la brochure «12 suggestions pratiques destinées aux hommes qui se trouvent dans des espaces féministes» et un texte sur la «langue macho» ou «langue de domination» repris par le collectif québécois de féministes radicales Némésis.</p>

<h2>Guide de <em>disempowerment</em> proféministe (inspiré de diverses sources)</h2>

<h3>Laissons leur lutte aux féministes</h3>
<p>Toujours se rappeler que la lutte féministe est la lutte des femmes, et non la nôtre.</p>

<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourraient souhaiter que nous soyons plus actifs dans notre engagement politique, surtout que plusieurs proféministes se complaisent dans l’auto-culpabilisation et se réfugient dans l’apathie.</p>

<h3>Nous sommes des auxiliaires</h3>
<p>Puisque c’est leur lutte et non la nôtre, nous ne devons être qu’auxiliaires, c’est-à-dire ne pas en prendre la direction, ne pas donner d’ordres. Même si nous rêvons, pour l’avenir, d’une société égalitaire, il importe, dans le contexte présent, de laisser aux féministes les rôles et les tâches d’influence et de prestige et d’accepter les tâches que les féministes nous encouragent à accomplir, y compris des tâches auxiliaires, comme par exemple organiser la logistique avant un évènement féministe et faire le ménage. Les rôles de sexe conventionnels sont ici inversés, justement dans une optique de disempowerment.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes peuvent souhaiter que nous prenions plus d’initiative et d’autres seront heurtées par le fait qu’on nous remerciera et nous félicitera pour avoir effectué des tâches moins prestigieuses, comme par exemple laver la vaisselle lors d’un évènement féministe.</p>

<h3>Prenons garde à la facilité</h3>
<p>Il est souvent plus facile de reproduire les normes de genre que de les contester ou de les subvertir, et il n’est donc étonnant que des féministes nous encouragent à effectuer des tâches que la convention associe à la masculinité, comme prendre la parole en public, manipuler un ordinateur, assurer la sécurité physique d’un évènement, etc. Même si nous répondons alors aux demandes des féministes, il faut se rappeler que les rôles de sexe sont des constructions sociales, et il peut être opportun de proposer d’effectuer certaines de ces tâches avec des féministes pour qu’il y ait un partage des connaissances et un transfert des compétences.</p>
<p><strong>Attention</strong> : les féministes sont conscientes de ces enjeux, mais elles peuvent avoir décidé d’exprimer de telles demandes pour sauver du temps, pour s’assurer d’une division des tâches, etc.</p>

<h3>Nous ne sommes pas essentiels et nous sommes parfois même indésirables</h3>
<p>Il est possible qu’en certaines occasions ou même plusieurs, des féministes ne nous veulent ni à leurs côtés, ni avec elles, et qu’elles aient envie d’être entre elles (non-mixité). Si elles nous excluent, elles ont certainement des bonnes raisons.</p>
<p><strong>Attention</strong> : la situation des femmes et des hommes dans le patriarcat n’est pas la même. Conséquemment, le besoin et l’utilité de la non-mixité pour des femmes et des féministes ne signifie pas que la non-mixité masculine est tout aussi légitime et nécessaire (l’histoire des années 1980-1990 montre que les discours antiféministes masculinistes sont apparus dans des groupes de discussion d’hommes qui échangeaient au sujet de la «condition masculine» et qui ont petit-à-petit commencé à critiquer les féministes et les femmes, surtout leurs conjointes ou ex-conjointes).</p>

<h3>N’attendons pas qu’elles nous expliquent</h3>
<p>Les féministes ont déjà beaucoup à faire, essayons donc de nous informer nous-même au sujet du féminisme et du patriarcat, par des livres, des films et des vidéos ou d’autres sources (pour ma part, j’ai trouvé beaucoup d’inspiration chez des auteures féministes comme Christine Delphy, Patricia Hill Collins, Colette Guillaumin, Catharine MacKinnon, Monique Wittig, Virginia Woolf. Il y en a bien d’autres). Le savoir que nous acquerrons doit servir à produire du changement en nous et chez les autres hommes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il est facile de devenir présomptueux et de chercher du prestige et de l’influence en assenant des vérités féministes aux femmes et aux féministes. L’apport incontournable des femmes et des féministes ne doit pas être masqué mais au contraire rendu visible: nous ne sommes pas nés proféministes.</p>

<h3>Choisissons l’écoute active plutôt que la surdité défensive</h3>
<p>Quand des féministes nous expliquent ou nous critiquent, nous commençons souvent par entendre sans écouter ni comprendre ce qu’elles nous disent, alors qu’il faut aussi écouter, puis comprendre, et finalement agir ou cesser d’agir en conséquence. L’engagement proféministe n’est ni un pur exercice mental, ni un dilettantisme politique, ni une déclaration identitaire. La lutte contre le patriarcat et la classe des hommes nécessite des actes concrets et effectifs.</p>
<p><strong>Attention</strong> : quand nous commençons à comprendre les véritables implications du féminisme, nous réalisons que nous devons accepter de perdre du pouvoir et des privilèges associés à notre position d’homme et nous risquons alors d’abandonner nos positions proféministe et même de devenir antiféministes.</p>

<h3>Rappelons-nous que si nous comprenons peut-être le patriarcat, ce sont les femmes qui le subissent</h3>
<p>Malgré toutes nos réflexions et nos beaux principes, les féministes subissent le patriarcat, et, pour cela, elles comprennent mieux que nous sa nature injuste et destructrice. Quand nous discutons avec des féministes au sujet des agressions sexuelles, par exemple, rappelons-nous toujours que les femmes qui nous parlent ont peut-être vécu cette expérience dans leurs corps, qu’elles en gardent encore les marques et qu’elles en ont une intelligence concrète, et que, par conséquent, il est justifié qu’elles nous soupçonnent d’avoir été, ou d’être, un agresseur réel ou potentiel.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il s’agit pour nous d’accepter et d’apprendre de ce vécu et non de le discréditer en prétendant que cette expérience provoque chez ces femmes des émotions trop fortes qui minent leur raison (d’ailleurs, l’idéologie patriarcale distingue arbitrairement la raison et l’émotion et prétend qu’un enjeu n’est compréhensible que par la raison pure). Nous devons intégrer ce type d’analyse: «Celles ou ceux qui n’ont pas subi de violences sexuelles auront peut-être du mal à comprendre pourquoi les femmes qui survivent à l’agression se font souvent des reproches. […] Ils ne savent pas qu’il peut être moins pénible de croire qu’on a fait quelque chose de blâmable que de penser qu’on vit dans un univers où l’on peut être agressé à n’importe quel moment, n’importe où, simplement parce qu’on est une femme» (Susan J. Brison 1993).</p>

<h3>Les bavards, c’est nous</h3>
<p>Contrairement au sens commun, nous parlons en général plus que les femmes, surtout en présence de femmes, et nous avons tendance à leur couper la parole, à redire ce qu’elles viennent de dire, à parler à leur place, à leur dire ce qu’elles devraient penser et faire, à ramener la discussion à nous et à nos préoccupations. Il est donc important d’apprendre à nous taire ou à moins parler et à ne pas toujours être au centre de la conversation.</p>
<p><strong>Attention</strong> : notre écoute peut paraître paternaliste si nous insistons pour que des femmes parlent dans une réunion mixte, par exemple. Il importe donc de bien exposer les motifs de cette préoccupation, et il est sans doute préférable d’indiquer que les hommes parlent trop, plutôt que de souligner que les femmes ne parlent pas.</p>

<h3>Assumer qu’en tant qu’homme dans le patriarcat, nous avons du pouvoir et des privilèges face aux femmes et que des féministes peuvent nous critiquer</h3>
<p>Il faut admettre que nous avons déjà commis, en tant qu’homme, des injustices envers des femmes, nous en commettons présentement et nous en commettrons dans le futur. Nous avons profité du travail gratuit de notre mère, nous n’avons pas respecté le principe du consentement lors de relations sexuelles avec d’anciennes copines, nous avons manœuvré pour qu’une ancienne amante enceinte choisisse l’avortement parce que nous ne voulions pas assumer la paternité, nous ne prenons pas nos responsabilités face aux tâches domestiques et parentales, nous jouissons de privilèges et d’avantages sur le marché de l’emploi, etc. Bref, nous faisons partie du problème et nous pouvons être la cible légitime de critiques et d’attaques féministes en tant qu’homme et même en tant que proféministe. Il faut l’admettre, mais aussi chercher si possible réparation et agir pour favoriser la transformation sociale collective. Il faut aussi se rappeler qu’il n’est pas facile pour les féministes de porter la critique, car elles connaissent la violence antiféministe qui consiste à leur reprocher de semer la zizanie et d’être hystériques.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourront penser qu’on accepte la critique et même qu’on se déclare coupable pour terminer la discussion et, finalement, faire taire la critique. Il est tentant de jouer de l’auto culpabilisation paralysante («Je ne ferais rien puisque je ne fais jamais rien de bien…»), mais sans déployer d’effort pour changer et s’améliorer.</p>

<h3>Admettre ses erreurs</h3>
<p>Se déclarer «proféministe» ne suffit pas à nous élever au-dessus de la classe des hommes ou à nous placer hors du patriarcat et de la domination masculine. Nous allons commettre des erreurs politiques. Si des féministes acceptent et même apprécient notre engagement politique, d’autres ressentent un malaise, pour diverses raisons : elles nous connaissent et savent que nous pouvons agir en patriarche ou en macho, elles considèrent que notre présence nuit à la cohésion du mouvement, favorise une modération des positions politiques, etc. Admettons nos erreurs et acceptons la critique sans chercher à répliquer, se justifier, ni même à s’expliquer, et cherchons à nous améliorer.</p>
<p><strong>Attention</strong> : ne jouons pas la victime pour obtenir la pitié ou la clémence des féministes, sur le mode de «Ah! je suis bouleversé de réaliser à quel point la classe des hommes domine les femmes, à quel point j’ai abusé de ma position de dominant… Ah! je me sens coupable, je suis malheureux!» Les féministes ne sont pas là pour nous consoler de notre «malheur de dominant», et il ne faut pas croire que les féministes se sentaient joyeuses lorsqu’elles ont pris conscience de l’impact du patriarcat et du sexisme dans leur vie passée, présente et à venir.</p>

<h3>L’hétérosexualité comme problème</h3>
<p>Évidemment, éviter la drague manipulatrice, être attentif au consentement, etc.</p>
<p><strong>Attention</strong> : notre proféminisme affiché peut être rassurant, voire charmant aux yeux de certaines féministes, surtout celles ayant des pratiques hétérosexuelles. Dans un tel contexte, il est donc encore plus important de ne pas pratiquer la manipulation sentimentale et la consommation des cœurs et des corps.</p>

<h3>Briser la solidarité entre mâles</h3>
<p>Une domination de classe se maintient d’autant mieux que les dominants sont solidaires les uns des autres, et entretiennent leur «pouvoir avec» les autres dominants. Il ne faut donc pas éviter de confronter nos amis et camarades dans leur sexisme (y compris lorsqu’il s’exprime sur le mode de l’humour) et il faut savoir se mettre en retrait du débat public quand un ami ou un proche est la cible de critiques féministes, car il est très difficile de rester cohérent, d’un point de vue politique, si nous avons des liens forts avec le protagoniste. Être proféministe, c’est parfois accepter de perdre des camarades et des amis qui ont des attitudes et comportements inacceptables envers les femmes et les féministes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il faut éviter de se croire supérieur aux autres hommes et de penser que le problème, ce n’est jamais nous mais seulement eux : les masculinistes, les machos, les curés, les fascistes, etc.</p>

<h3>«Boys watch» («veille masculine») entre proféministes</h3>
<p>Briser la solidarité entre mâles, cela signifie qu’en tant qu’auxiliaires des féministes, les hommes proféministes peuvent consciemment et explicitement se donner le rôle de surveiller les autres hommes, y compris les autres proféministes, pour «exposer, confronter, opposer» le sexisme et l’antiféminisme des autres hommes et les attitudes et comportements problématiques.</p>
<p><strong>Attention</strong> : ne pas oublier que les féministes savent bien se défendre elles-mêmes et qu’elles peuvent trouver pénible nos «combats de coqs», car les proféministes sont parfois en compétition entre eux pour paraître aux yeux des féministes comme le plus grand des proféministes.</p>

<h3>Attention aux clivages</h3>
<p>Le féminisme est un vaste mouvement qui compte plusieurs tendances, et les débats y sont parfois vifs au point où surgissent des clivages et des inimitiés. En tant qu’hommes proféministes, nous nous sentons probablement plus d’affinités avec certaines féministes, mais ce n’est pas à nous de départager publiquement entre les «bonnes» et les «mauvaises» féministes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourront nous critiquer parce que nous nous cantonnons dans la facilité de la neutralité ou dans la mise en retrait, et souhaiter que nous prenions ouvertement leur parti dans des débats fondamentaux, et parfois douloureux, même si, ce faisant, nous nous trouvons en opposition avec d’autres féministes.</p>

<h3>Reddition de comptes</h3>
<p>Dans la mesure du possible, consulter des féministes avant d’agir et valider, avec des féministes, si nos actions sont légitimes de leur point de vue, par exemple avant d’écrire et de publier un texte proféministe, d’organiser un évènement féministe, etc. Cela permet de résoudre certaines dérives potentielles mais dans la mesure où la reddition de comptes dépend du bon vouloir des hommes, elle a des limites certaines.</p>
<p><strong>Attention</strong> : cela implique évidemment que les féministes consacrent du temps et de l’énergie à nous conseiller. De plus, il est généralement possible pour un proféministe de «choisir» des féministes sur l’appui desquelles il peut compter. Comme le mentionnait un proféministe aux États-Unis dans les années 1980, « [é]couter les voix des femmes ne signifie pas écouter cette femme-ci ou cette autre femme là-bas, ou essayer de comprendre quel groupe de femmes écouter. Il s’agit plutôt de comprendre comment entendre la voix collective des femmes battues et du mouvement regroupant ces femmes » (Cohen 2013).</p>

<p>En résumé, il faut (1) se rappeler que nous ne sommes que des auxiliaires des féministes; ce qui signifie (2) être attentif aux besoins des féministes et à leur écoute ; (3) s’informer auprès d’elles avant d’agir et se donner les moyens de répondre à leurs attentes lorsqu’elles nous sollicitent ; (4) tout en restant conscients que nos actions (ou notre inaction) peuvent toujours avoir des conséquences négatives pour certaines femmes et féministes.</p>

<p>Enfin, ce guide reste partiel et mériterait d’être développé et complété selon vos expériences et la diversité des situations. Il est évident que l’engagement proféministe ne se limite pas aux espaces militants. L’activisme public n’est pas une sphère à part où nous devrions chercher une cohérence politique. L’engagement conséquent des hommes identifiés comme des proféministes s’inscrit dans le quotidien et dans toutes les sphères où nous sommes présents.</p>

<p><b>NOTE</b> : <em>J’ai développé plus longuement mes réflexions sur les hommes proféministes dans le texte «Les hommes proféministes : Compagnons de route ou faux amis ?», Recherches féministes, 21 (1), 2008. L’idée originale du «disempowerment» a émergé au Salon du livre anarchiste de Montréal à l’occasion d’un atelier organisé et animé par le collectif de féministes radicales </em>Les Sorcières<em>. Après qu’elles aient demandé aux hommes de sortir pour poursuivre l’activité entre femmes, quelques hommes ont discuté entre eux et débattu de « disempowerment ». Même si les propos avancés ici n’engagent que moi, je remercie vivement, pour avoir commenté des versions préliminaires de ce texte, Mélissa Blais, Ève-Marie Lampron, Isabelle Lavoie, Geneviève Pagé, Sylvain du Collectif stop masculinisme, Yeun Lagadeuc-Ygouf, et toutes les autres personnes avec qui j’ai discuté de ces enjeux.</em></p>
<p><b>Bibliographie</b></p>
<p>Baril, Alexandre. 2009. «Transsexualité et privilèges masculins : fiction ou réalité ?», dans Line Chamberland et al. (dir.). <em>Diversité sexuelle et constructions de genre</em>, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 263-295.<br>
Biewener, Carole, Bacqué, Marie-Hélène. 2013. <em>L’empowerment, une pratique émancipatrice</em>, Paris, La Découverte.<br>
Blais, Mélissa. 2009. «Polytechnique : en souvenir de la féministe inconnue», 7 février, site<br>
Blais, Mélissa. 2008. «Féministes radicales et hommes proféministes : L’alliance piégée ?», F. Dupuis-Déri (dir.), <em>Québec en mouvements : idées et pratiques militantes contemporaines</em>, Montréal, Lux.<br>
Brison, Susan J. 1993. «Survivre à la violence sexuelle : une perspective philosophique», Projets féministes, n°2.<br>
Cardinal, Linda, Andrew, Caroline. 2000. <em>La démocratie à l’épreuve de la gouvernance</em>, Ottawa, Presse de l’Université d’Ottawa.<br>
Carmichaël, Stokely S. 1968. «Pouvoir et racisme», Yves Loyer (dir.), <em>Black power – étude et documents</em>, Etudes et documentation internationales (EDI).<br>
Cohen, Jonathan. 2013 (1987). «Rendre des comptes — un choix politique», sur le site Web «Scènes de l’avis quotidien : en finir avec la masculinité».<br>
Delphy, Christine. 1998. «Nos amis et nous : Fondements cachés de quelques discours pseudo-féministes», C. Delphy, <em>L’Ennemi principal I : Économie politique du patriarcat</em>, Paris Syllepse, p. 167-216;<br>
Fortin-Pellerin, Laurence. 2006. «Contributions théoriques des représentations sociales à l’étude de l’empowerment : le cas du mouvement des femmes», Journal international sur les représentations sociales, vol. 3, no. 1, décembre, p. 57-67.<br>
French, Marilyn. 1986. <em>La Fascination du pouvoir</em>, Paris, Acropole.<br>
Guberman, Nancy. 2004. «Appropriation du pouvoir et démocratie : L’un va-t-il sans l’autre?», Nancy Guberman, Jocelyne Lamoureux, Jeniffer Beeman, Danielle Fournier, Lise Gervais, <em>Le défi des pratiques démocratiques dans les groupes de femmes</em>, Montréal, Saint-Martin.<br>
Hanish, Carol. 2000. «The personal is political», Barbara A. Crow (dir.), <em>Radical Feminism : A Documentary Reader</em>, New York, New York University Press, p. 113-116.<br>
hooks, bell, 2004. «Feminist manhood», bell hooks, <em>The Will to Change : Men, Masculinity, and Love</em>, Washington, Washington Square Press, p. 107-124.<br>
hooks, bell. 1984. «Men : comrades of struggle», bell hooks, <em>Feminist Theory from Margin to Center</em>, Boston, South End Press, p. 67-81.<br>
Kruzynski, Anna. 2004. «De l’Opération SalAMI à Némésis : Le cheminement d’un groupe de femmes du mouvement altermondialiste québécois», Recherches féministes, vol. 17, no. 2, p. 227-262.<br>
McAdam, Doug. 2012. Freedom Summer : Luttes pour les droits civiques Mississippi 1964, Marseille, Agone.<br>
Monnet, Corinne. 1998. «La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation», Nouvelles questions féministes, vol. 19.<br>
Nayak, Meghana. 2006. «Orientalism and ‘saving’ US State identity after 9/11», International Feminist Journal of Politics, vol. 8, no. 1.<br>
Romito, Patrizia. 2006, <em>Un silence de mortes: La violence masculine occultée</em>, Paris, Syllepse.<br>
Stoltenberg, John. 2013. <em>Refuser d’être un homme : Pour en finir avec la virilité</em>, Paris-Montréal, Syllepse-M.<br>
Thiers-Vidal, Léo. 2013. <em>Rupture anarchiste et trahison pro-féministe</em>, Lyon, Bambule.<br>
Young, Iris Marion. 2007. <em>Global Challenges: War, Self-Determination and Responsability for Justice</em>, Cambridge (GB), Polity.</p>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 125
- 0
cache/2021/30709e92d7de1162f310f3c64b991c6d/index.md View File

@@ -0,0 +1,125 @@
title: Petit guide de « disempowerment » pour hommes proféministes
url: https://scenesdelavisquotidien.com/2014/07/25/petit-guide-de-disempowerment-pour-hommes-profeministes/
hash_url: 30709e92d7de1162f310f3c64b991c6d

<p>[L’article qui suit a été publié par la revue québecoise <em>Possibles</em> dans le n° <a href="http://redtac.org/possibles/category/les-feminismes-dhier-a-aujourdhui/" target="_blank">Le féminisme d’hier à aujourd’hu</a><a href="http://redtac.org/possibles/category/les-feminismes-dhier-a-aujourdhui/" target="_blank">i</a>. Il est mis à disposition ici avec l’autorisation de l’auteur.]</p>
<p>par <strong>Francis Dupuis-Déri</strong></p>
<p>Plus souvent qu’on pourrait s’y attendre, des féministes suggèrent qu’il faudrait que plus d’hommes se joignent à leur lutte pour la liberté des femmes et l’égalité entre les sexes. Certaines féministes appellent aussi les hommes à s’engager dans leur mouvement car elles considèrent que le féminisme est bon pour les hommes et pourrait même les libérer des contraintes psychologiques et culturelles que leur imposeraient le patriarcat et le sexisme (c’est, entre autres, la position de bell hooks [2004]). D’autres restent sceptiques face aux hommes qui se disent sympathiques au féminisme, puisque tous les hommes tirent avantage, d’une manière ou d’une autre, du patriarcat et que ces « alliés » ne font souvent que reproduire la domination masculine au sein des réseaux féministes (Blais 2008; Delphy 1998).</p>
<p>Du côté des hommes qui s’identifient comme «proféministes» ou même «féministes», nous nous contentons le plus souvent de nous déclarer pour l’égalité entre les sexes et de déployer quelques efforts pour être respectueux envers les femmes et pour effectuer un peu plus de tâches domestiques et parentales que les autres hommes. Peu nombreux sont ceux qui se mobilisent activement dans les réseaux militants et féministes. Ainsi, trop souvent, les hommes proféministes parlent au nom des féministes, tirent avantage de leur engagement (notoriété, légitimité, etc.) et peuvent aussi harceler et agresser sexuellement des militantes (comme le révèlent des exemples historiques et contemporains, dont des cas survenus lors de la grève étudiante au Québec en 2012). On comprend alors que des féministes peuvent accueillir les hommes proféministes avec méfiance.</p>
<p>D’autres mouvements d’émancipation ont connu cette figure paradoxale et problématique du compagnon de route, membre de la classe privilégiée et dominante. Du côté de la lutte contre le racisme, par exemple, le mouvement contre l’Apartheid en Afrique du Sud et contre la ségrégation aux États-Unis, pour ne nommer que ceux-là, ont dû composer avec des activistes antiracistes membres de la majorité dite «blanche». D’ailleurs, Stokely S. Carmichaël (1968 : 100), un militant afro-américain, rappelait que «[l]’une des choses les plus troublantes avec presque tous les sympathisants blancs du mouvement a été leur peur d’aller dans leur propre communauté, là où sévit le racisme, et de travailler à le supprimer. Ce qu’ils veulent, c’est […] nous dire quoi faire dans le Mississipi», alors qu’il aurait été plus utile qu’ils s’engagent contre le racisme dans leur communauté d’origine européenne (Carmichaël 1968 : 100 ; voir aussi McAdam 2012 : 203-208).</p>
<p>Il n’est donc pas surprenant que ce type d’alliance politique provoque souvent des malaises, des tensions et des conflits, au point où des groupes finissent par expulser les membres de la classe privilégiée et dominante, et décident de s’organiser en non-mixité, quitte à participer aussi à des alliances et à des coalitions mixtes. En se dotant de lieux ou de moments non-mixtes ou «séparés», il est en effet plus facile d’échanger au sujet d’expériences individuelles, de parler de ses blessures, de ses traumatismes, de ses peurs, de ses déceptions et de ses espoirs, puis, par la suite, de développer une conscience et une analyse collectives afin d’identifier des objectifs et de déterminer des moyens d’actions adéquats (Hanish 2000). La non-mixité a été particulièrement importante pour que les femmes puissent prendre conscience du caractère systémique des violences masculines (Romito, 2009, 60).</p>
<p>Le pouvoir individuel et collectif qui se développera alors pourra servir à créer un rapport de force dans des lieux et des moments mixtes face ou aux côtés des membres de la classe privilégiée et dominante. Ce processus a été nommé, en anglais, <em>empowerment</em>, un terme qui ne connaît pas de traduction française tout à fait satisfaisante (on hésite encore entre autonomisation, capacitation, «appropriation du pouvoir» [Guberman 2004], «empouvoirer» [Cardinal et Andrew 2000 : 34]). L’expression a été reprise par diverses forces et tendances politiques, y compris des agences de gestion et des institutions internationales associées au néolibéralisme. Cela dit, du côté des féministes, l’empowerment désigne un processus individuel et collectif qui implique à la fois une prise de conscience politique, le développement d’une force politique et, par conséquent, d’une capacité d’agir de manière autonome individuellement et collectivement pour obtenir l’égalité sociale (Fortin-Pellerin 2006; Bacqué et Biewener 2013).</p>
<p>Quelle place peuvent jouer les hommes dans ce processus d’empowerment des femmes? La réponse à cette question mérite une précision, à savoir de quelles femmes et de quels hommes s’agit-il, puisque la situation n’est pas tout à fait la même si on est d’une catégorie racialisée dominante ou subalterne, pauvre ou riche, hétérosexuel, gay, transgenre ou transsexuel (Baril 2009). Dans cette perspective, conscient que ma posture n’est pas universelle, je vais proposer ici l’ébauche d’un guide pour proféministes, en m’inspirant des très nombreuses discussions que j’ai eues avec des féministes, de mes lectures de textes militants sur la question, et de mon expérience d’homme ayant des pratiques hétérosexuelles, économiquement privilégié, vivant en Amérique du Nord et descendant des populations colonisatrices européennes.</p>
<p>Si le féminisme rend possible l’empowerment des femmes, il me semble problématique de considérer qu’il devrait aussi permettre l’empowerment des hommes. Le patriarcat est un système dans lequel, précisément, les hommes disposent d’un pouvoir sur les femmes, la classe des hommes dominant, opprimant, exploitant et excluant la classe des femmes. Dans une perspective de justice, d’égalité, de liberté et de solidarité entre les sexes, ce n’est donc non pas l’empowerment qui convient pour les hommes, mais le <em>disempowerment</em>. Selon les dictionnaires anglophones Oxford et Collins, le <em>disempowerment</em> désigne ce qui consiste à «rendre (un individu, un groupe) moins puissant ou moins confiant» (Oxford) ou à «priver (un individu) de pouvoir ou d’autorité» (Collins).</p>
<p>Le disempowerment des hommes n’implique pas de réduire notre capacité d’agir ou d’être moins confiants et moins puissants en tant qu’êtres humains, mais en tant qu’hommes et donc en tant que membre de la classe dominante et privilégiée dans le patriarcat. L’engagement des hommes dans un processus individuel et collectif de disempowerment consiste à réduire le pouvoir que nous exerçons individuellement et collectivement sur les femmes, y compris les féministes. Certes, l’empowerment des femmes et des féministes dépend d’elles-mêmes et aucun homme ne peut émanciper les femmes à leur place ou en leur nom. Cela dit, le disempowerment des hommes doit faciliter l’empowerment des femmes.</p>
<p>Cette proposition de disempowerment évoque la distinction, avancée par des féministes (French 1986 : 524-532; Kruzynski 2004 : 251-252), entre diverses formes de pouvoir, d’une part le «pouvoir sur» qui désigne la domination (j’exerce mon pouvoir sur une ou des femmes), et d’autre part le «pouvoir de», c’est-à-dire la capacité d’agir et de faire (j’ai le pouvoir de faire ceci ou cela). L’empowerment féministe des femmes consiste donc à développer leur pouvoir de, soit leur capacité d’agir et de faire, alors que le disempowerment des hommes proféministes consiste à réduire notre pouvoir sur les femmes et les féministes avec pour objectif sa disparition complète. Il s’agit alors de travailler contre les institutions, les actes et les attitudes qui produisent et consolident, au niveau individuel et collectif, notre statut masculin et notre pouvoir sur les femmes.</p>
<p>Par ailleurs, des féministes ont également identifié l’importance du «pouvoir avec», c’est-à-dire «de collectiviser et de partager le pouvoir» d’agir et de faire à travers des réseaux d’alliances (Kruzynski 2004 : 252). À l’inverse, le disempowerment implique de réduire notre pouvoir avec les autres hommes, soit la complicité et la solidarité entre hommes. D’ailleurs, même bell hooks, plutôt optimiste quant à la participation des hommes au féminisme, précise que notre «contribution à apporter à la lutte féministe» consiste à «exposer, confronter, opposer et transformer le sexisme de [nos] pairs masculins» (hooks 1984 : 81).</p>
<p>Je vais maintenant proposer une liste d’attitudes ou comportements qui pourraient participer de ce processus de disempowerment. Il ne s’agit pas ici d’une liste complète, et chaque élément mériterait une discussion approfondie pour prendre en considération la pluralité des situations possibles, y compris en regard d’autres systèmes de domination (étatisme, racisme, classisme, etc.). Il importe aussi, à chaque fois, de réfléchir aux désavantages potentiels de l’engagement des hommes proféministes pour les femmes du mouvement féministe. À titre d’illustration, voici un paradoxe inhérent à la posture de l’homme identifié comme proféministe : il incarne le rôle patriarcal du protecteur ou sauveur des femmes face à d’autres hommes prédateurs ou agresseurs (ici, les antiféministes), ce qui lui permet de tirer des bénéfices puisque des femmes peuvent alors se sentir redevables ou dépendantes de cette protection reçue (Blais 2009; Young 2007, p. 118 et suiv., Nayak 2006, p. 49). Pour rappeler le caractère paradoxal et problématique de l’homme identifié comme proféministe, chaque proposition proféministe sera accompagnée d’une brève mise en garde évoquant des effets potentiellement négatifs pour les féministes. Cet exercice en deux temps a pour objectif de garder à l’esprit que malgré nos bonnes intentions, ce que nous faisons (ou pas) comme proféministe peut toujours avoir des effets négatifs, à tout le moins pour quelques féministes. Enfin, je dois préciser que la plupart des idées et réflexions proposées ici ne sont pas de moi, puisqu’elles m’ont été inspirées par mes lectures de féministes (entre autres, Blais 2008 ; Delphy 1998 ; Monnet 1998) ou d’autres proféministes (Stoltenberg 2013 et Thiers-Vidal 2013), par mon expérience militante (par exemple, dans la Coalition antimasculiniste et dans Hommes contre le patriarcat), par des rencontres et des discussions dans des réseaux féministes et anarchistes en France et au Québec et par des documents qui y circulent, en particulier la brochure «12 suggestions pratiques destinées aux hommes qui se trouvent dans des espaces féministes» et un texte sur la «langue macho» ou «langue de domination» repris par le collectif québécois de féministes radicales Némésis.</p>

<h2>Guide de <em>disempowerment</em> proféministe (inspiré de diverses sources)</h2>

### Laissons leur lutte aux féministes
<p>Toujours se rappeler que la lutte féministe est la lutte des femmes, et non la nôtre.</p>

<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourraient souhaiter que nous soyons plus actifs dans notre engagement politique, surtout que plusieurs proféministes se complaisent dans l’auto-culpabilisation et se réfugient dans l’apathie.</p>


### Nous sommes des auxiliaires

<p>Puisque c’est leur lutte et non la nôtre, nous ne devons être qu’auxiliaires, c’est-à-dire ne pas en prendre la direction, ne pas donner d’ordres. Même si nous rêvons, pour l’avenir, d’une société égalitaire, il importe, dans le contexte présent, de laisser aux féministes les rôles et les tâches d’influence et de prestige et d’accepter les tâches que les féministes nous encouragent à accomplir, y compris des tâches auxiliaires, comme par exemple organiser la logistique avant un évènement féministe et faire le ménage. Les rôles de sexe conventionnels sont ici inversés, justement dans une optique de disempowerment.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes peuvent souhaiter que nous prenions plus d’initiative et d’autres seront heurtées par le fait qu’on nous remerciera et nous félicitera pour avoir effectué des tâches moins prestigieuses, comme par exemple laver la vaisselle lors d’un évènement féministe.</p>

### Prenons garde à la facilité

<p>Il est souvent plus facile de reproduire les normes de genre que de les contester ou de les subvertir, et il n’est donc étonnant que des féministes nous encouragent à effectuer des tâches que la convention associe à la masculinité, comme prendre la parole en public, manipuler un ordinateur, assurer la sécurité physique d’un évènement, etc. Même si nous répondons alors aux demandes des féministes, il faut se rappeler que les rôles de sexe sont des constructions sociales, et il peut être opportun de proposer d’effectuer certaines de ces tâches avec des féministes pour qu’il y ait un partage des connaissances et un transfert des compétences.</p>
<p><strong>Attention</strong> : les féministes sont conscientes de ces enjeux, mais elles peuvent avoir décidé d’exprimer de telles demandes pour sauver du temps, pour s’assurer d’une division des tâches, etc.</p>

### Nous ne sommes pas essentiels et nous sommes parfois même indésirables

<p>Il est possible qu’en certaines occasions ou même plusieurs, des féministes ne nous veulent ni à leurs côtés, ni avec elles, et qu’elles aient envie d’être entre elles (non-mixité). Si elles nous excluent, elles ont certainement des bonnes raisons.</p>
<p><strong>Attention</strong> : la situation des femmes et des hommes dans le patriarcat n’est pas la même. Conséquemment, le besoin et l’utilité de la non-mixité pour des femmes et des féministes ne signifie pas que la non-mixité masculine est tout aussi légitime et nécessaire (l’histoire des années 1980-1990 montre que les discours antiféministes masculinistes sont apparus dans des groupes de discussion d’hommes qui échangeaient au sujet de la «condition masculine» et qui ont petit-à-petit commencé à critiquer les féministes et les femmes, surtout leurs conjointes ou ex-conjointes).</p>

### N’attendons pas qu’elles nous expliquent

<p>Les féministes ont déjà beaucoup à faire, essayons donc de nous informer nous-même au sujet du féminisme et du patriarcat, par des livres, des films et des vidéos ou d’autres sources (pour ma part, j’ai trouvé beaucoup d’inspiration chez des auteures féministes comme Christine Delphy, Patricia Hill Collins, Colette Guillaumin, Catharine MacKinnon, Monique Wittig, Virginia Woolf. Il y en a bien d’autres). Le savoir que nous acquerrons doit servir à produire du changement en nous et chez les autres hommes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il est facile de devenir présomptueux et de chercher du prestige et de l’influence en assenant des vérités féministes aux femmes et aux féministes. L’apport incontournable des femmes et des féministes ne doit pas être masqué mais au contraire rendu visible: nous ne sommes pas nés proféministes.</p>

### Choisissons l’écoute active plutôt que la surdité défensive

<p>Quand des féministes nous expliquent ou nous critiquent, nous commençons souvent par entendre sans écouter ni comprendre ce qu’elles nous disent, alors qu’il faut aussi écouter, puis comprendre, et finalement agir ou cesser d’agir en conséquence. L’engagement proféministe n’est ni un pur exercice mental, ni un dilettantisme politique, ni une déclaration identitaire. La lutte contre le patriarcat et la classe des hommes nécessite des actes concrets et effectifs.</p>
<p><strong>Attention</strong> : quand nous commençons à comprendre les véritables implications du féminisme, nous réalisons que nous devons accepter de perdre du pouvoir et des privilèges associés à notre position d’homme et nous risquons alors d’abandonner nos positions proféministe et même de devenir antiféministes.</p>

### Rappelons-nous que si nous comprenons peut-être le patriarcat, ce sont les femmes qui le subissent

<p>Malgré toutes nos réflexions et nos beaux principes, les féministes subissent le patriarcat, et, pour cela, elles comprennent mieux que nous sa nature injuste et destructrice. Quand nous discutons avec des féministes au sujet des agressions sexuelles, par exemple, rappelons-nous toujours que les femmes qui nous parlent ont peut-être vécu cette expérience dans leurs corps, qu’elles en gardent encore les marques et qu’elles en ont une intelligence concrète, et que, par conséquent, il est justifié qu’elles nous soupçonnent d’avoir été, ou d’être, un agresseur réel ou potentiel.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il s’agit pour nous d’accepter et d’apprendre de ce vécu et non de le discréditer en prétendant que cette expérience provoque chez ces femmes des émotions trop fortes qui minent leur raison (d’ailleurs, l’idéologie patriarcale distingue arbitrairement la raison et l’émotion et prétend qu’un enjeu n’est compréhensible que par la raison pure). Nous devons intégrer ce type d’analyse: «Celles ou ceux qui n’ont pas subi de violences sexuelles auront peut-être du mal à comprendre pourquoi les femmes qui survivent à l’agression se font souvent des reproches. […] Ils ne savent pas qu’il peut être moins pénible de croire qu’on a fait quelque chose de blâmable que de penser qu’on vit dans un univers où l’on peut être agressé à n’importe quel moment, n’importe où, simplement parce qu’on est une femme» (Susan J. Brison 1993).</p>

### Les bavards, c’est nous

<p>Contrairement au sens commun, nous parlons en général plus que les femmes, surtout en présence de femmes, et nous avons tendance à leur couper la parole, à redire ce qu’elles viennent de dire, à parler à leur place, à leur dire ce qu’elles devraient penser et faire, à ramener la discussion à nous et à nos préoccupations. Il est donc important d’apprendre à nous taire ou à moins parler et à ne pas toujours être au centre de la conversation.</p>
<p><strong>Attention</strong> : notre écoute peut paraître paternaliste si nous insistons pour que des femmes parlent dans une réunion mixte, par exemple. Il importe donc de bien exposer les motifs de cette préoccupation, et il est sans doute préférable d’indiquer que les hommes parlent trop, plutôt que de souligner que les femmes ne parlent pas.</p>

### Assumer qu’en tant qu’homme dans le patriarcat, nous avons du pouvoir et des privilèges face aux femmes et que des féministes peuvent nous critiquer

<p>Il faut admettre que nous avons déjà commis, en tant qu’homme, des injustices envers des femmes, nous en commettons présentement et nous en commettrons dans le futur. Nous avons profité du travail gratuit de notre mère, nous n’avons pas respecté le principe du consentement lors de relations sexuelles avec d’anciennes copines, nous avons manœuvré pour qu’une ancienne amante enceinte choisisse l’avortement parce que nous ne voulions pas assumer la paternité, nous ne prenons pas nos responsabilités face aux tâches domestiques et parentales, nous jouissons de privilèges et d’avantages sur le marché de l’emploi, etc. Bref, nous faisons partie du problème et nous pouvons être la cible légitime de critiques et d’attaques féministes en tant qu’homme et même en tant que proféministe. Il faut l’admettre, mais aussi chercher si possible réparation et agir pour favoriser la transformation sociale collective. Il faut aussi se rappeler qu’il n’est pas facile pour les féministes de porter la critique, car elles connaissent la violence antiféministe qui consiste à leur reprocher de semer la zizanie et d’être hystériques.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourront penser qu’on accepte la critique et même qu’on se déclare coupable pour terminer la discussion et, finalement, faire taire la critique. Il est tentant de jouer de l’auto culpabilisation paralysante («Je ne ferais rien puisque je ne fais jamais rien de bien…»), mais sans déployer d’effort pour changer et s’améliorer.</p>

### Admettre ses erreurs

<p>Se déclarer «proféministe» ne suffit pas à nous élever au-dessus de la classe des hommes ou à nous placer hors du patriarcat et de la domination masculine. Nous allons commettre des erreurs politiques. Si des féministes acceptent et même apprécient notre engagement politique, d’autres ressentent un malaise, pour diverses raisons : elles nous connaissent et savent que nous pouvons agir en patriarche ou en macho, elles considèrent que notre présence nuit à la cohésion du mouvement, favorise une modération des positions politiques, etc. Admettons nos erreurs et acceptons la critique sans chercher à répliquer, se justifier, ni même à s’expliquer, et cherchons à nous améliorer.</p>
<p><strong>Attention</strong> : ne jouons pas la victime pour obtenir la pitié ou la clémence des féministes, sur le mode de «Ah! je suis bouleversé de réaliser à quel point la classe des hommes domine les femmes, à quel point j’ai abusé de ma position de dominant… Ah! je me sens coupable, je suis malheureux!» Les féministes ne sont pas là pour nous consoler de notre «malheur de dominant», et il ne faut pas croire que les féministes se sentaient joyeuses lorsqu’elles ont pris conscience de l’impact du patriarcat et du sexisme dans leur vie passée, présente et à venir.</p>

### L’hétérosexualité comme problème

<p>Évidemment, éviter la drague manipulatrice, être attentif au consentement, etc.</p>
<p><strong>Attention</strong> : notre proféminisme affiché peut être rassurant, voire charmant aux yeux de certaines féministes, surtout celles ayant des pratiques hétérosexuelles. Dans un tel contexte, il est donc encore plus important de ne pas pratiquer la manipulation sentimentale et la consommation des cœurs et des corps.</p>

### Briser la solidarité entre mâles

<p>Une domination de classe se maintient d’autant mieux que les dominants sont solidaires les uns des autres, et entretiennent leur «pouvoir avec» les autres dominants. Il ne faut donc pas éviter de confronter nos amis et camarades dans leur sexisme (y compris lorsqu’il s’exprime sur le mode de l’humour) et il faut savoir se mettre en retrait du débat public quand un ami ou un proche est la cible de critiques féministes, car il est très difficile de rester cohérent, d’un point de vue politique, si nous avons des liens forts avec le protagoniste. Être proféministe, c’est parfois accepter de perdre des camarades et des amis qui ont des attitudes et comportements inacceptables envers les femmes et les féministes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : il faut éviter de se croire supérieur aux autres hommes et de penser que le problème, ce n’est jamais nous mais seulement eux : les masculinistes, les machos, les curés, les fascistes, etc.</p>

### «Boys watch» («veille masculine») entre proféministes

<p>Briser la solidarité entre mâles, cela signifie qu’en tant qu’auxiliaires des féministes, les hommes proféministes peuvent consciemment et explicitement se donner le rôle de surveiller les autres hommes, y compris les autres proféministes, pour «exposer, confronter, opposer» le sexisme et l’antiféminisme des autres hommes et les attitudes et comportements problématiques.</p>
<p><strong>Attention</strong> : ne pas oublier que les féministes savent bien se défendre elles-mêmes et qu’elles peuvent trouver pénible nos «combats de coqs», car les proféministes sont parfois en compétition entre eux pour paraître aux yeux des féministes comme le plus grand des proféministes.</p>

### Attention aux clivages

<p>Le féminisme est un vaste mouvement qui compte plusieurs tendances, et les débats y sont parfois vifs au point où surgissent des clivages et des inimitiés. En tant qu’hommes proféministes, nous nous sentons probablement plus d’affinités avec certaines féministes, mais ce n’est pas à nous de départager publiquement entre les «bonnes» et les «mauvaises» féministes.</p>
<p><strong>Attention</strong> : des féministes pourront nous critiquer parce que nous nous cantonnons dans la facilité de la neutralité ou dans la mise en retrait, et souhaiter que nous prenions ouvertement leur parti dans des débats fondamentaux, et parfois douloureux, même si, ce faisant, nous nous trouvons en opposition avec d’autres féministes.</p>

### Reddition de comptes

<p>Dans la mesure du possible, consulter des féministes avant d’agir et valider, avec des féministes, si nos actions sont légitimes de leur point de vue, par exemple avant d’écrire et de publier un texte proféministe, d’organiser un évènement féministe, etc. Cela permet de résoudre certaines dérives potentielles mais dans la mesure où la reddition de comptes dépend du bon vouloir des hommes, elle a des limites certaines.</p>
<p><strong>Attention</strong> : cela implique évidemment que les féministes consacrent du temps et de l’énergie à nous conseiller. De plus, il est généralement possible pour un proféministe de «choisir» des féministes sur l’appui desquelles il peut compter. Comme le mentionnait un proféministe aux États-Unis dans les années 1980, « [é]couter les voix des femmes ne signifie pas écouter cette femme-ci ou cette autre femme là-bas, ou essayer de comprendre quel groupe de femmes écouter. Il s’agit plutôt de comprendre comment entendre la voix collective des femmes battues et du mouvement regroupant ces femmes » (Cohen 2013).</p>

<p>En résumé, il faut (1) se rappeler que nous ne sommes que des auxiliaires des féministes; ce qui signifie (2) être attentif aux besoins des féministes et à leur écoute ; (3) s’informer auprès d’elles avant d’agir et se donner les moyens de répondre à leurs attentes lorsqu’elles nous sollicitent ; (4) tout en restant conscients que nos actions (ou notre inaction) peuvent toujours avoir des conséquences négatives pour certaines femmes et féministes.</p>

<p>Enfin, ce guide reste partiel et mériterait d’être développé et complété selon vos expériences et la diversité des situations. Il est évident que l’engagement proféministe ne se limite pas aux espaces militants. L’activisme public n’est pas une sphère à part où nous devrions chercher une cohérence politique. L’engagement conséquent des hommes identifiés comme des proféministes s’inscrit dans le quotidien et dans toutes les sphères où nous sommes présents.</p>

<p><b>NOTE</b> : <em>J’ai développé plus longuement mes réflexions sur les hommes proféministes dans le texte «Les hommes proféministes : Compagnons de route ou faux amis ?», Recherches féministes, 21 (1), 2008. L’idée originale du «disempowerment» a émergé au Salon du livre anarchiste de Montréal à l’occasion d’un atelier organisé et animé par le collectif de féministes radicales </em>Les Sorcières<em>. Après qu’elles aient demandé aux hommes de sortir pour poursuivre l’activité entre femmes, quelques hommes ont discuté entre eux et débattu de « disempowerment ». Même si les propos avancés ici n’engagent que moi, je remercie vivement, pour avoir commenté des versions préliminaires de ce texte, Mélissa Blais, Ève-Marie Lampron, Isabelle Lavoie, Geneviève Pagé, Sylvain du Collectif stop masculinisme, Yeun Lagadeuc-Ygouf, et toutes les autres personnes avec qui j’ai discuté de ces enjeux.</em></p>
<p><b>Bibliographie</b></p>
<p>Baril, Alexandre. 2009. «Transsexualité et privilèges masculins : fiction ou réalité ?», dans Line Chamberland et al. (dir.). <em>Diversité sexuelle et constructions de genre</em>, Québec, Presses de l’Université du Québec, p. 263-295.<br>
Biewener, Carole, Bacqué, Marie-Hélène. 2013. <em>L’empowerment, une pratique émancipatrice</em>, Paris, La Découverte.<br>
Blais, Mélissa. 2009. «Polytechnique : en souvenir de la féministe inconnue», 7 février, site<br>
Blais, Mélissa. 2008. «Féministes radicales et hommes proféministes : L’alliance piégée ?», F. Dupuis-Déri (dir.), <em>Québec en mouvements : idées et pratiques militantes contemporaines</em>, Montréal, Lux.<br>
Brison, Susan J. 1993. «Survivre à la violence sexuelle : une perspective philosophique», Projets féministes, n°2.<br>
Cardinal, Linda, Andrew, Caroline. 2000. <em>La démocratie à l’épreuve de la gouvernance</em>, Ottawa, Presse de l’Université d’Ottawa.<br>
Carmichaël, Stokely S. 1968. «Pouvoir et racisme», Yves Loyer (dir.), <em>Black power – étude et documents</em>, Etudes et documentation internationales (EDI).<br>
Cohen, Jonathan. 2013 (1987). «Rendre des comptes — un choix politique», sur le site Web «Scènes de l’avis quotidien : en finir avec la masculinité».<br>
Delphy, Christine. 1998. «Nos amis et nous : Fondements cachés de quelques discours pseudo-féministes», C. Delphy, <em>L’Ennemi principal I : Économie politique du patriarcat</em>, Paris Syllepse, p. 167-216;<br>
Fortin-Pellerin, Laurence. 2006. «Contributions théoriques des représentations sociales à l’étude de l’empowerment : le cas du mouvement des femmes», Journal international sur les représentations sociales, vol. 3, no. 1, décembre, p. 57-67.<br>
French, Marilyn. 1986. <em>La Fascination du pouvoir</em>, Paris, Acropole.<br>
Guberman, Nancy. 2004. «Appropriation du pouvoir et démocratie : L’un va-t-il sans l’autre?», Nancy Guberman, Jocelyne Lamoureux, Jeniffer Beeman, Danielle Fournier, Lise Gervais, <em>Le défi des pratiques démocratiques dans les groupes de femmes</em>, Montréal, Saint-Martin.<br>
Hanish, Carol. 2000. «The personal is political», Barbara A. Crow (dir.), <em>Radical Feminism : A Documentary Reader</em>, New York, New York University Press, p. 113-116.<br>
hooks, bell, 2004. «Feminist manhood», bell hooks, <em>The Will to Change : Men, Masculinity, and Love</em>, Washington, Washington Square Press, p. 107-124.<br>
hooks, bell. 1984. «Men : comrades of struggle», bell hooks, <em>Feminist Theory from Margin to Center</em>, Boston, South End Press, p. 67-81.<br>
Kruzynski, Anna. 2004. «De l’Opération SalAMI à Némésis : Le cheminement d’un groupe de femmes du mouvement altermondialiste québécois», Recherches féministes, vol. 17, no. 2, p. 227-262.<br>
McAdam, Doug. 2012. Freedom Summer : Luttes pour les droits civiques Mississippi 1964, Marseille, Agone.<br>
Monnet, Corinne. 1998. «La répartition des tâches entre les femmes et les hommes dans le travail de la conversation», Nouvelles questions féministes, vol. 19.<br>
Nayak, Meghana. 2006. «Orientalism and ‘saving’ US State identity after 9/11», International Feminist Journal of Politics, vol. 8, no. 1.<br>
Romito, Patrizia. 2006, <em>Un silence de mortes: La violence masculine occultée</em>, Paris, Syllepse.<br>
Stoltenberg, John. 2013. <em>Refuser d’être un homme : Pour en finir avec la virilité</em>, Paris-Montréal, Syllepse-M.<br>
Thiers-Vidal, Léo. 2013. <em>Rupture anarchiste et trahison pro-féministe</em>, Lyon, Bambule.<br>
Young, Iris Marion. 2007. <em>Global Challenges: War, Self-Determination and Responsability for Justice</em>, Cambridge (GB), Polity.</p>

+ 189
- 0
cache/2021/37cf7bad62d7e5b4e5244b9a1ddf9713/index.html View File

@@ -0,0 +1,189 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>« Je veux plus aller à l’école » (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://lundi.am/Je-veux-plus-aller-a-l-ecole">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>« Je veux plus aller à l’école »</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://lundi.am/Je-veux-plus-aller-a-l-ecole" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>En France, l’infini débat sur l’école fatigue tout le monde, il est toujours déjà tellement miné : comment faire pour que l’école fonctionne mieux, soit plus égalitaire mais sélective, républicaine et performante. Tous ces discours ne parviennent pourtant jamais à faire écho à l’expérience que la plupart d’entre nous en avons fait : l’ennui, le stress, l’humiliation. Le fait nouveau ces dernières années, c’est que certains professeurs semblent eux-mêmes ne plus voir le lien entre ce qu’ils vivent et le discours "de gauche" censé fonder leur « vocation ». Ce texte que nous publions est à la fois un témoignage et une analyse, il a le grand mérite de partir de l’expérience, de professeur d’abord mais aussi des élèves, afin de tracer les lignes depuis lesquelles on perçoit ce qu’il y a d’inacceptable dans ce qui y est vécu, de tous bords. Et ce que pourrait un apprentissage qui refuse l’humiliation.</p>
<p>« C’est dur en ce moment avec le petit, me confie une collègue de français, il pleure tout le temps quand il va à l’école. Il veut pas y aller. En plus, nous on est profs, alors t’imagine ! »</p>
<p>J’imagine plutôt bien. J’ai beau être prof d’anglais depuis cinq ans en lycée, je sens aussitôt une fraternité s’établir avec ce petit être en bout de chaîne, qui gémit d’être avalé par l’institution. Il va être digéré pendant une quinzaine d’années, ces années de jeunesse triomphante qui, une fois perdues, ne se rattrapent jamais.</p>
<p>— C’est normal, dis-je à celle que je vais nommer Lorraine, c’est une grosse rupture pour les gosses.</p>
<p>J’ai pas envie de lui dire qu’il va s’habituer. Mais c’est ce qui va arriver. Ils finissent tous et toutes par s’habituer aux cadences industrielles de ce lieu coupé du monde vivant. Où l’on essaye de faire croire qu’une idée, l’écoledelarépublique<span class="spip_note_ref"> [<a href="#nb1" class="spip_note" rel="appendix" title="J’emprunte cette forme à Sandra Lucbert." id="nh1">1</a>]</span>, prend forme alors que partout ça sent désespérément l’humain. Il y a les odeurs de transpiration dans les salles de classe. Le délicat fumet de bouffe réchauffée au micro-ondes dans la salle des profs. Les relents de chiottes dans les couloirs. Et puis, il y a tous ces instants d’humanité pas encore cadrée. Des gamins qui échappent à la maîtresse pendant la pause pipi et courent joyeusement dans les couloirs, le cul à l’air. Mon élève Fatma qui hurle à une fenêtre et se prend deux heures de colle, tiens, ça lui apprendra à ne pas respecter l’écoledelarépublique. Une pizza que l’on essaye d’introduire dans mon cours de BTS et à laquelle je m’oppose vigoureusement parce que quand même, quelle indignité ! C’est un endroit grotesque, un pot-pourri de monastère et d’usine, en bunkerisation galopante depuis les attentats. Chaque année, au sein de cette superstructure, nous, un million d’enseignants, les accueillons, eux, près de douze millions d’élèves. Pour être plus factuel, je dirais la chose suivante : chaque année, un million d’êtres humains diplômés, construits comme savants, accueille douze millions de petits humains considérés comme ignorants. Tout n’est désormais qu’affaire de ruissellement. L’enseignant est une fontaine de savoir à laquelle les élèves vont s’abreuver et ceux et celles qui n’ont pas soif, et bien tant pis pour eux. Ils sont de mauvaise volonté. Ils ne comprennent pas leur métier d’élève, écrivent certains de mes collègues sur leurs appréciations. Bande de sagouins, vous avez pas honte ? On vous offre le savoir sur un plateau et vous faites les difficiles ? Je sais pas trop ce que recoupe le métier d’élève mais je me rappelle assez bien de mon vécu d’élève : lever à 7 heures pour commencer de grosses journées, une semaine rythmée par un emploi du temps d’usinier, l’attente larvée de la sonnerie parce que M<sup class="typo_exposants">me</sup> Philo, elle est sympa mais j’ai quand même envie de me barrer, l’anxiété provoquée par les notes, surtout les mauvaises notes en math, implacable rappel de ma nullité et puis le regard des autres, la compétition avec eux et la question toujours appréhendée, <i>t’as eu combien toi ? </i>Il a raison le fils de Lorraine de pas vouloir entrer dans cette valse d’évaluations qui va accaparer un tiers de sa vie. Et le préparer à l’autre tiers. En compagnie des N+1 qui reprennent les manettes de l’infantilisation par la note. <i>Excellents résultats. Motivée et sérieuse. </i>Cette appréciation aurait pu être écrite indifféremment par un prof ou un manager. Eh bien, moi de tout ça, j’en ai ma claque. Il a raison de chialer le gamin de Lorraine, de trainer les pieds et de vouloir rester peinard chez lui, sans que la maîtresse vienne l’emmerder avec les maths et la lecture. Parfois, pendant mes cours, quand la classe est occupée par un devoir ou un travail de groupe, je me demande ce que je fais là, debout au milieu de ces enfants du prolétariat nord-africain.</p>
<p>D’abord, si je suis là, c’est parce qu’une institution me paye, de moins en moins bien, à faire parler de jeunes êtres en anglais, la langue de la finance débridée et accessoirement, de Shakespeare. Pour faire mes leçons, en général un peu foutraques, boursouflées, j’utilise pas les manuels conçus par agrégés et inspecteurs, la crème anglophone de l’écoledelarépublique. Pour une raison toute simple : à chaque page triomphe le consensus mou de la bourgeoisie libérale. <i>I am a sneakerhead</i>. Génial, de la pub gratuite pour des pompes produites par des enfants vietnamiens exploités par Nike, une grande compagnie un peu vilaine. <i>The World Wide Web</i>. Internet, c’est génial mais faîtes attention à vos données. <i>Choose Ireland.</i> L’Irlande, c’est un pays formidable avec une identité diverse et variée. <i>A Man’s World</i> ? Les femmes ont le droit aussi d’être flexibilisées au travail, c’est une belle conquête. Quand j’ai la flemme ou je suis en panne d’inspiration, je choisis la moins pire. Mais en général, j’essaye de faire dérailler le script et de refourguer l’air de rien de la critique radicale à mes élèves. Je leurs sors mon best-of personnel de gauchiste : <i>Portraits of the Working Class, Black Lives Matter, Punk Rock in the UK</i>…. Cela me permet de faire dériver la conversation sur des sujets autrement plus urgents que la phonétique du prétérit et le present perfect. Si je romps souvent le tout anglais prôné par nos supérieurs, c’est parce que je suis épuisé de jouer le rôle du prof débordant d’énergie qui parle anglais avec un bel accent et mène sa classe comme un orchestre. Malheureusement, mes activités contrebandières sont minuscules face à l’essence occulte du métier, à l’origine du fameux malaise enseignant. Si Saint Jules Ferry, notre tueur de communards national, notre archange colonisateur, décida de mettre des adultes dans des salles de classe, face à des jeunes, c’est bien parce qu’il fallait dompter cette jeunesse. Il fallait lui faire intérioriser la contrainte étatique, l’accoutumer pour plusieurs générations à la température du bain hiérarchique. Et la grande majorité des élèves se laisse plier, quoi qu’en disent les journaux de droite. Ou du moins, ils jouent le jeu sans trop énerver les arbitres. Mais il y en a qui résistent. Il suffit de quelques corps agités pour foutre un bordel pas possible. Le prof a l’habitus d’un capitaine de navire qui redoute la mutinerie, cherche sans cesse à la déjouer et traque les récalcitrants. S’il les attrape, gare à eux. Nous, les cadres de l’écoledelarépublique, nous avons l’institution de notre côté et nous l’utiliserons pour briser vos désirs débordants. Vos amusements minables. Votre arrogance déplacée. Moi-même, il m’arrive d’éprouver une pointe de plaisir quand je crois appliquer la juste sanction. Pour moi, c’est là que se noue la dissonance que ressent chaque enseignant dans l’exercice de son métier. On te raconte que tu vas transmettre ton savoir de manière enrichissante et parfois, tu te retrouves à enfiler ton casque de CRS et tu mates les indisciplinés. Deux heures de colle, un coup de fil aux parents et qu’on ne les y reprenne plus. L’éducation, c’est surtout de la pacification des jeunes foules. Cela m’épuise mentalement et quelques fois, j’ai envie de leur dire. Allez-y, partez. Vous avez le droit de plus venir. Aussitôt, j’entends dans mon oreillette un collègue de gauche qui maugrée :</p>
<p>— On a besoin de l’éducation, moi j’ai pas envie de vivre dans une société où les gens sont pas éduqués. Et pour ça, il faut de la contrainte.</p>
<p>Imaginez un quart de seconde le camouflet démocratique qui serait infligé à l’écoledelarépublique si on levait l’obligation d’assister aux cours. Les salles de classe seraient désespérément vides. Les profs éplorés verraient leurs élèves décamper aussi sec. Ou peut-être qu’ils resteraient. Quand on a passé une bonne partie de sa vie entre les murs de l’école, il paraît difficile de s’en passer. Ou peut-être qu’il n’y aurait plus que les bons élèves, les vainqueurs du système, les collectionneurs de bonnes notes. Le départ de leurs camarades insoumis serait pour eux l’occasion d’accumuler un surplus de savoir, qu’ils investiraient dans des diplômes prestigieux. Ils convertiraient ces derniers en un petit actionnariat sympatoche dans le système capitaliste. Revenons au fils de Lorraine. Il a beau pleurnicher tous les matins, il ne commence pas perdant le bougre, avec ses deux parents profs. Depuis <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_H%C3%A9ritiers_(sociologie)" class="spip_out" rel="external">Bourdieu et Passeron</a>, nous savons que l’école avantage les enfants dotés d’un fort capital culturel qui très souvent, sont les rejetons de la bourgeoisie. Les futurs dominants se bardent de diplômes pour s’innocenter de l’exploitation qu’ils feront subir. S’ils se retrouvent au sommet, c’est parce qu’ils ont bataillé pour recevoir l’onction méritocratique. Mais déjà, pour une salle des profs lambda, l’idée que l’écoledelarépublique puisse trier socialement les enfants au lieu d’en faire des citoyens illuminés par la connaissance, c’est dur à avaler. Bourdieu reste en travers de la gorge de pas mal de mes confrères. Il n’y a pas si longtemps, une collègue d’histoire me faisait remarquer que la reproduction sociale n’opérait pas dans notre lycée. L’établissement est situé à Vaulx-en-Velin, dans une banlieue déshéritée de l’agglomération lyonnaise, habitée principalement par des prolétaires d’origine nord-africaine.</p>
<p>— Tu vois, ils sont un peu tous au même niveau ici, me disait-elle. Donc, ils ont à peu près tous les mêmes chances.</p>
<p>Sauf que pas vraiment. Les dominés ne constituent pas une mosaïque uniforme, ils viennent en plusieurs modèles, n’en déplaisent aux fâcheux qui trouvent la lutte des classes binaire. Il y a tout de même une sacrée différence entre Meryem, première de la classe, reine autoproclamée en anglais, aux parents propriétaires d’une petite boutique dans l’enclave prospère de Vaulx et Wassim, qui encaisse les mauvaises notes et qui crèche dans les cités HLM du Mas du Taureau. Comment je sais ça ? Confidences naïves d’enfants qui ne se doutent pas que leur prof est un sociologue du dimanche. Meryem et Nassim, bien qu’issus du même environnement, vont être séparés par l’institution. L’une obtiendra son bac sauce Blanquer haut la main, l’autre s’est traîné au collège et ne terminera peut-être pas le lycée. L’une se hissera tant bien que mal vers le sommet mais avec un nom d’origine algérienne, les obstacles et les humiliations seront nombreux. L’autre ira grossir les rangs des exploités, du lumpenprolétariat aurait dit Karl Marx. Vaulx-en-Velin est connue pour avoir été une cité émeutière dans les années 90, c’est précisément pour cela que les pouvoirs publics ont construit un lycée en 1995 afin de contenir les envies légitimes de tout faire cramer. Et diviser la population contre elle-même. Avant Meryem et Wassim auraient pu s’unir pour lutter au sein d’un mouvement populaire, aujourd’hui, ils se regardent en chiens de faïence, demain, ils ne se reconnaîtront plus. Diviser pour une meilleure gouvernementalité, c’est une recette aussi fameuse que le tacos lyonnais.</p>
<p>Quand j’évoque tout cela, j’ai perdu 95% de mes collègues. Soit ils renouvellent de manière véhémente leur confiance dans le prêche de l’église républicaine ou alors ils ne m’écoutent plus que d’une oreille polie que l’on réserve aux personnes un peu excentriques. Aux fous de théorie. C’est ce que fait ma collègue d’anglais Béatrice, une agrégée qui a commencé le métier à ses 23 ans et a maintenant une quarantaine d’années. Je lui pardonne bien volontiers car elle a fort à faire en ce moment la pauvre, avec sa classe de BTS technico-commercial, ce groupe de trente-cinq humiliés scolaires, qui la bordélise pour se venger d’avoir été relégué dans cette formation de la dernière chance. Ou possiblement pour le plaisir de faire sortir de ses gonds une figure d’autorité. Elle en pleurait l’autre jour et n’avait certainement pas envie que je lui serve ma rhétorique libertaire. Je l’ai réconforté en croisant les doigts pour ne jamais les avoir. J’ai déjà donné. Je sais donc ce qu’elle voulait. Rétablir l’ordre. Y en a marre de ces petits cons, faut exclure les plus turbulents, ça fera réfléchir les autres. Ne plus accepter les retardataires en cours, surtout s’ils sont boursiers, au bout de trois absences, leur maigre pécule est sucré par le CROUS. La perspective de perdre ses revenus, ça incite à se tenir tranquille. Voilà ce que l’institution nous fait faire, voilà dans quel état d’esprit policier elle nous met. Elle place judicieusement des êtres dans une situation qui ne peut qu’engendrer de la violence sociale et des colères mal dirigées. La prof en a plus qu’assez de ces emmerdeurs. Les dits-emmerdeurs veulent la faire craquer. Comment sortir de la spirale ? Je suis persuadé que des fois, Béatrice, comme le fils de Lorraine, elle a pas envie d’aller à l’école. Ou plus envie, dans son cas. Moi, c’est pareil. Je ne continue d’y aller que pour le maigre salaire, la sécurité de l’emploi et les vacances.</p>
<p>Je dis que je n’ai plus envie d’aller à l’école car il fût un temps où cela m’attirait. Je voulais échapper au marché du travail, comme tant d’autres et faire un métier avec du sens, sans avoir saisi toutes ces implications. Aujourd’hui serviteur d’un état bourgeois, je compte les jours qui me séparent de la rentrée. Je n’arrive pas à voir de porte de sortie, surtout en ce moment, avec Jean-Michel Blanquer, notre grand démolisseur qui finit de dérouler sa réforme inégalitaire sur nos gueules consternées. Quand je discute avec mes collègues de gauche sur ce qu’ils changeraient dans l’école actuelle, ils me répondent qu’il faudrait déjà lui donner plus de moyens. Créer des postes pour alléger les classes. Pour que tout le monde ait les mêmes chances de s’émanciper. Ensuite, ils généraliseraient l’autogestion dans tous les établissements de France et de Navarre afin que tout le personnel puisse participer à la prise de décisions. Je leur pose alors une question :</p>
<p>— Et les élèves ? Ils auraient voix au chapitre ou pas ?</p>
<p>Fin de non-recevoir. Il y a des limites à ne pas dépasser, monsieur. A la rigueur, on peut leur donner un petit rôle dans l’administration des choses mais faut pas déconner. Ce sont des adolescents. Ils sont immatures, ils ne savent pas ce qui est bon pour eux. Moi : je pense qu’il faudrait que les gens puissent décider ce qu’ils apprennent. Eux : non, il faut que les programmes soient décidés par le haut et appliqués uniformément sur tout le territoire. Moi, inquiet : mais alors ça sera pareil qu’avant finalement ? Eux, indignés : non, ça sera différent. Il y aura plus de démocratie, simplement les programmes ne peuvent pas être élaborés par des gens qui n’y connaissent rien. Je manque de capituler mais comme nous sommes dans mon bar préféré et que j’ai déjà une pinte au compteur, j’insiste :</p>
<p>— Mon modèle pour une autre école, c’est plutôt <a href="https://www.youtube.com/watch?v=K-eauppsNf0" class="spip_out" rel="external">Ivan Illich</a>. Je sais pas si vous voyez qui c’est.
<br>— Ah oui. Il est contre l’école.</p>
<p>Nouvelle fin de non-recevoir. Quelle sinistre crapule, cet Illich. Il propose une société sans école, rien que ça. Et comment vont faire les prolos ? Le capitalisme est trop fort, si l’on parvient à le renverser, il nous faudra bien éduquer les gens à ne plus y regoûter à cette saloperie. Nos jeunes de Vaulx, ils vendraient père et mère pour une Playstation 5 alors est-il vraiment avisé de leur donner tant de pouvoir ? Dans leurs têtes, Illich se range avec Jean-Michel Blanquer et d’autres fâcheux personnages qui voudraient en finir avec l’écoledelarépublique. Il est d’autant plus impardonnable qu’il est censé être de notre côté. Ainsi, ce vil faquin voudrait se débarrasser des bijoux de famille. Saborder un patrimoine public qui nous a été transmis par nos augustes ancêtres. Je grossis un peu le trait mais le fait qu’une grande partie de la gauche enseignante se bouche le nez à la simple mention d’Illich m’exaspère. N’est-il pas plaisant d’imaginer des maisons des savoirs où les gens viendraient librement et choisiraient ce qu’ils veulent apprendre ? Ne serait-il pas mieux pour tout le monde que les profs ne soient plus des hussard noirs juchés sur leurs estrades mais de simples animateurs ? Je ne me sens pas de reconduire cette institution patiemment façonnée par la bourgeoisie pour la perpétuer. Je suspecte que mes camarades de gauche redoutent la démocratisation de la transmission du savoir car cela les priverait de leur magistère et les confronterait au jugement brutal des apprenants. Je le crains aussi mais pas au point de reculer. Je m’imagine assez bien dans ma maison des savoirs vaudaise à m’occuper de l’éveil linguistique des enfants de la commune quand soudain, je recevrais une notification m’informant qu’un groupe a réservé une séance d’anglais avec moi. Je les attendrais patiemment dans ma salle et ils viendraient. Il y aurait des jeunes et des moins jeunes. Nous parlerions ensemble de ce qu’il voudrait apprendre en anglais. Pas de texte chiant à lire sur la gentrification de Brooklyn. Pas de vidéo relou sur les feux de forêts en Californie. De la musique, tiens, on pourrait commencer par ça. Je leur proposerais d’écouter les Clash. Non, me répondraient-ils. Montero (Call me by your name) de Lil Nas X. Cela ne m’enchante guère mais je dirais ok. Et nous essayerions ensemble de décrypter ce que dit ce rappeur qui fait une lapdance au diable. La voilà ma porte de sortie. Voilà la manière de désamorcer le triste conflit entre Béatrice et ses BTS. De redonner envie au fils de Béatrice d’aller à l’école. Là, moi aussi, je voudrais bien y aller. Et je parie que je ne serais pas le seul.</p>
<p><i>Hugo Dorgere</i></p>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 22
- 0
cache/2021/37cf7bad62d7e5b4e5244b9a1ddf9713/index.md View File

@@ -0,0 +1,22 @@
title: « Je veux plus aller à l’école »
url: https://lundi.am/Je-veux-plus-aller-a-l-ecole
hash_url: 37cf7bad62d7e5b4e5244b9a1ddf9713

<p>En France, l’infini débat sur l’école fatigue tout le monde, il est toujours déjà tellement miné : comment faire pour que l’école fonctionne mieux, soit plus égalitaire mais sélective, républicaine et performante. Tous ces discours ne parviennent pourtant jamais à faire écho à l’expérience que la plupart d’entre nous en avons fait : l’ennui, le stress, l’humiliation. Le fait nouveau ces dernières années, c’est que certains professeurs semblent eux-mêmes ne plus voir le lien entre ce qu’ils vivent et le discours "de gauche" censé fonder leur « vocation ». Ce texte que nous publions est à la fois un témoignage et une analyse, il a le grand mérite de partir de l’expérience, de professeur d’abord mais aussi des élèves, afin de tracer les lignes depuis lesquelles on perçoit ce qu’il y a d’inacceptable dans ce qui y est vécu, de tous bords. Et ce que pourrait un apprentissage qui refuse l’humiliation.</p>
<p>« C’est dur en ce moment avec le petit, me confie une collègue de français, il pleure tout le temps quand il va à l’école. Il veut pas y aller. En plus, nous on est profs, alors t’imagine ! »</p>
<p>J’imagine plutôt bien. J’ai beau être prof d’anglais depuis cinq ans en lycée, je sens aussitôt une fraternité s’établir avec ce petit être en bout de chaîne, qui gémit d’être avalé par l’institution. Il va être digéré pendant une quinzaine d’années, ces années de jeunesse triomphante qui, une fois perdues, ne se rattrapent jamais.</p>
<p>— C’est normal, dis-je à celle que je vais nommer Lorraine, c’est une grosse rupture pour les gosses.</p>
<p>J’ai pas envie de lui dire qu’il va s’habituer. Mais c’est ce qui va arriver. Ils finissent tous et toutes par s’habituer aux cadences industrielles de ce lieu coupé du monde vivant. Où l’on essaye de faire croire qu’une idée, l’écoledelarépublique<span class="spip_note_ref"> [<a href="#nb1" class="spip_note" rel="appendix" title="J’emprunte cette forme à Sandra Lucbert." id="nh1">1</a>]</span>, prend forme alors que partout ça sent désespérément l’humain. Il y a les odeurs de transpiration dans les salles de classe. Le délicat fumet de bouffe réchauffée au micro-ondes dans la salle des profs. Les relents de chiottes dans les couloirs. Et puis, il y a tous ces instants d’humanité pas encore cadrée. Des gamins qui échappent à la maîtresse pendant la pause pipi et courent joyeusement dans les couloirs, le cul à l’air. Mon élève Fatma qui hurle à une fenêtre et se prend deux heures de colle, tiens, ça lui apprendra à ne pas respecter l’écoledelarépublique. Une pizza que l’on essaye d’introduire dans mon cours de BTS et à laquelle je m’oppose vigoureusement parce que quand même, quelle indignité ! C’est un endroit grotesque, un pot-pourri de monastère et d’usine, en bunkerisation galopante depuis les attentats. Chaque année, au sein de cette superstructure, nous, un million d’enseignants, les accueillons, eux, près de douze millions d’élèves. Pour être plus factuel, je dirais la chose suivante : chaque année, un million d’êtres humains diplômés, construits comme savants, accueille douze millions de petits humains considérés comme ignorants. Tout n’est désormais qu’affaire de ruissellement. L’enseignant est une fontaine de savoir à laquelle les élèves vont s’abreuver et ceux et celles qui n’ont pas soif, et bien tant pis pour eux. Ils sont de mauvaise volonté. Ils ne comprennent pas leur métier d’élève, écrivent certains de mes collègues sur leurs appréciations. Bande de sagouins, vous avez pas honte ? On vous offre le savoir sur un plateau et vous faites les difficiles ? Je sais pas trop ce que recoupe le métier d’élève mais je me rappelle assez bien de mon vécu d’élève : lever à 7 heures pour commencer de grosses journées, une semaine rythmée par un emploi du temps d’usinier, l’attente larvée de la sonnerie parce que M<sup class="typo_exposants">me</sup> Philo, elle est sympa mais j’ai quand même envie de me barrer, l’anxiété provoquée par les notes, surtout les mauvaises notes en math, implacable rappel de ma nullité et puis le regard des autres, la compétition avec eux et la question toujours appréhendée, <i>t’as eu combien toi ? </i>Il a raison le fils de Lorraine de pas vouloir entrer dans cette valse d’évaluations qui va accaparer un tiers de sa vie. Et le préparer à l’autre tiers. En compagnie des N+1 qui reprennent les manettes de l’infantilisation par la note. <i>Excellents résultats. Motivée et sérieuse. </i>Cette appréciation aurait pu être écrite indifféremment par un prof ou un manager. Eh bien, moi de tout ça, j’en ai ma claque. Il a raison de chialer le gamin de Lorraine, de trainer les pieds et de vouloir rester peinard chez lui, sans que la maîtresse vienne l’emmerder avec les maths et la lecture. Parfois, pendant mes cours, quand la classe est occupée par un devoir ou un travail de groupe, je me demande ce que je fais là, debout au milieu de ces enfants du prolétariat nord-africain.</p>
<p>D’abord, si je suis là, c’est parce qu’une institution me paye, de moins en moins bien, à faire parler de jeunes êtres en anglais, la langue de la finance débridée et accessoirement, de Shakespeare. Pour faire mes leçons, en général un peu foutraques, boursouflées, j’utilise pas les manuels conçus par agrégés et inspecteurs, la crème anglophone de l’écoledelarépublique. Pour une raison toute simple : à chaque page triomphe le consensus mou de la bourgeoisie libérale. <i>I am a sneakerhead</i>. Génial, de la pub gratuite pour des pompes produites par des enfants vietnamiens exploités par Nike, une grande compagnie un peu vilaine. <i>The World Wide Web</i>. Internet, c’est génial mais faîtes attention à vos données. <i>Choose Ireland.</i> L’Irlande, c’est un pays formidable avec une identité diverse et variée. <i>A Man’s World</i> ? Les femmes ont le droit aussi d’être flexibilisées au travail, c’est une belle conquête. Quand j’ai la flemme ou je suis en panne d’inspiration, je choisis la moins pire. Mais en général, j’essaye de faire dérailler le script et de refourguer l’air de rien de la critique radicale à mes élèves. Je leurs sors mon best-of personnel de gauchiste : <i>Portraits of the Working Class, Black Lives Matter, Punk Rock in the UK</i>…. Cela me permet de faire dériver la conversation sur des sujets autrement plus urgents que la phonétique du prétérit et le present perfect. Si je romps souvent le tout anglais prôné par nos supérieurs, c’est parce que je suis épuisé de jouer le rôle du prof débordant d’énergie qui parle anglais avec un bel accent et mène sa classe comme un orchestre. Malheureusement, mes activités contrebandières sont minuscules face à l’essence occulte du métier, à l’origine du fameux malaise enseignant. Si Saint Jules Ferry, notre tueur de communards national, notre archange colonisateur, décida de mettre des adultes dans des salles de classe, face à des jeunes, c’est bien parce qu’il fallait dompter cette jeunesse. Il fallait lui faire intérioriser la contrainte étatique, l’accoutumer pour plusieurs générations à la température du bain hiérarchique. Et la grande majorité des élèves se laisse plier, quoi qu’en disent les journaux de droite. Ou du moins, ils jouent le jeu sans trop énerver les arbitres. Mais il y en a qui résistent. Il suffit de quelques corps agités pour foutre un bordel pas possible. Le prof a l’habitus d’un capitaine de navire qui redoute la mutinerie, cherche sans cesse à la déjouer et traque les récalcitrants. S’il les attrape, gare à eux. Nous, les cadres de l’écoledelarépublique, nous avons l’institution de notre côté et nous l’utiliserons pour briser vos désirs débordants. Vos amusements minables. Votre arrogance déplacée. Moi-même, il m’arrive d’éprouver une pointe de plaisir quand je crois appliquer la juste sanction. Pour moi, c’est là que se noue la dissonance que ressent chaque enseignant dans l’exercice de son métier. On te raconte que tu vas transmettre ton savoir de manière enrichissante et parfois, tu te retrouves à enfiler ton casque de CRS et tu mates les indisciplinés. Deux heures de colle, un coup de fil aux parents et qu’on ne les y reprenne plus. L’éducation, c’est surtout de la pacification des jeunes foules. Cela m’épuise mentalement et quelques fois, j’ai envie de leur dire. Allez-y, partez. Vous avez le droit de plus venir. Aussitôt, j’entends dans mon oreillette un collègue de gauche qui maugrée :</p>
<p>— On a besoin de l’éducation, moi j’ai pas envie de vivre dans une société où les gens sont pas éduqués. Et pour ça, il faut de la contrainte.</p>
<p>Imaginez un quart de seconde le camouflet démocratique qui serait infligé à l’écoledelarépublique si on levait l’obligation d’assister aux cours. Les salles de classe seraient désespérément vides. Les profs éplorés verraient leurs élèves décamper aussi sec. Ou peut-être qu’ils resteraient. Quand on a passé une bonne partie de sa vie entre les murs de l’école, il paraît difficile de s’en passer. Ou peut-être qu’il n’y aurait plus que les bons élèves, les vainqueurs du système, les collectionneurs de bonnes notes. Le départ de leurs camarades insoumis serait pour eux l’occasion d’accumuler un surplus de savoir, qu’ils investiraient dans des diplômes prestigieux. Ils convertiraient ces derniers en un petit actionnariat sympatoche dans le système capitaliste. Revenons au fils de Lorraine. Il a beau pleurnicher tous les matins, il ne commence pas perdant le bougre, avec ses deux parents profs. Depuis <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_H%C3%A9ritiers_(sociologie)" class="spip_out" rel="external">Bourdieu et Passeron</a>, nous savons que l’école avantage les enfants dotés d’un fort capital culturel qui très souvent, sont les rejetons de la bourgeoisie. Les futurs dominants se bardent de diplômes pour s’innocenter de l’exploitation qu’ils feront subir. S’ils se retrouvent au sommet, c’est parce qu’ils ont bataillé pour recevoir l’onction méritocratique. Mais déjà, pour une salle des profs lambda, l’idée que l’écoledelarépublique puisse trier socialement les enfants au lieu d’en faire des citoyens illuminés par la connaissance, c’est dur à avaler. Bourdieu reste en travers de la gorge de pas mal de mes confrères. Il n’y a pas si longtemps, une collègue d’histoire me faisait remarquer que la reproduction sociale n’opérait pas dans notre lycée. L’établissement est situé à Vaulx-en-Velin, dans une banlieue déshéritée de l’agglomération lyonnaise, habitée principalement par des prolétaires d’origine nord-africaine.</p>
<p>— Tu vois, ils sont un peu tous au même niveau ici, me disait-elle. Donc, ils ont à peu près tous les mêmes chances.</p>
<p>Sauf que pas vraiment. Les dominés ne constituent pas une mosaïque uniforme, ils viennent en plusieurs modèles, n’en déplaisent aux fâcheux qui trouvent la lutte des classes binaire. Il y a tout de même une sacrée différence entre Meryem, première de la classe, reine autoproclamée en anglais, aux parents propriétaires d’une petite boutique dans l’enclave prospère de Vaulx et Wassim, qui encaisse les mauvaises notes et qui crèche dans les cités HLM du Mas du Taureau. Comment je sais ça ? Confidences naïves d’enfants qui ne se doutent pas que leur prof est un sociologue du dimanche. Meryem et Nassim, bien qu’issus du même environnement, vont être séparés par l’institution. L’une obtiendra son bac sauce Blanquer haut la main, l’autre s’est traîné au collège et ne terminera peut-être pas le lycée. L’une se hissera tant bien que mal vers le sommet mais avec un nom d’origine algérienne, les obstacles et les humiliations seront nombreux. L’autre ira grossir les rangs des exploités, du lumpenprolétariat aurait dit Karl Marx. Vaulx-en-Velin est connue pour avoir été une cité émeutière dans les années 90, c’est précisément pour cela que les pouvoirs publics ont construit un lycée en 1995 afin de contenir les envies légitimes de tout faire cramer. Et diviser la population contre elle-même. Avant Meryem et Wassim auraient pu s’unir pour lutter au sein d’un mouvement populaire, aujourd’hui, ils se regardent en chiens de faïence, demain, ils ne se reconnaîtront plus. Diviser pour une meilleure gouvernementalité, c’est une recette aussi fameuse que le tacos lyonnais.</p>
<p>Quand j’évoque tout cela, j’ai perdu 95% de mes collègues. Soit ils renouvellent de manière véhémente leur confiance dans le prêche de l’église républicaine ou alors ils ne m’écoutent plus que d’une oreille polie que l’on réserve aux personnes un peu excentriques. Aux fous de théorie. C’est ce que fait ma collègue d’anglais Béatrice, une agrégée qui a commencé le métier à ses 23 ans et a maintenant une quarantaine d’années. Je lui pardonne bien volontiers car elle a fort à faire en ce moment la pauvre, avec sa classe de BTS technico-commercial, ce groupe de trente-cinq humiliés scolaires, qui la bordélise pour se venger d’avoir été relégué dans cette formation de la dernière chance. Ou possiblement pour le plaisir de faire sortir de ses gonds une figure d’autorité. Elle en pleurait l’autre jour et n’avait certainement pas envie que je lui serve ma rhétorique libertaire. Je l’ai réconforté en croisant les doigts pour ne jamais les avoir. J’ai déjà donné. Je sais donc ce qu’elle voulait. Rétablir l’ordre. Y en a marre de ces petits cons, faut exclure les plus turbulents, ça fera réfléchir les autres. Ne plus accepter les retardataires en cours, surtout s’ils sont boursiers, au bout de trois absences, leur maigre pécule est sucré par le CROUS. La perspective de perdre ses revenus, ça incite à se tenir tranquille. Voilà ce que l’institution nous fait faire, voilà dans quel état d’esprit policier elle nous met. Elle place judicieusement des êtres dans une situation qui ne peut qu’engendrer de la violence sociale et des colères mal dirigées. La prof en a plus qu’assez de ces emmerdeurs. Les dits-emmerdeurs veulent la faire craquer. Comment sortir de la spirale ? Je suis persuadé que des fois, Béatrice, comme le fils de Lorraine, elle a pas envie d’aller à l’école. Ou plus envie, dans son cas. Moi, c’est pareil. Je ne continue d’y aller que pour le maigre salaire, la sécurité de l’emploi et les vacances.</p>
<p>Je dis que je n’ai plus envie d’aller à l’école car il fût un temps où cela m’attirait. Je voulais échapper au marché du travail, comme tant d’autres et faire un métier avec du sens, sans avoir saisi toutes ces implications. Aujourd’hui serviteur d’un état bourgeois, je compte les jours qui me séparent de la rentrée. Je n’arrive pas à voir de porte de sortie, surtout en ce moment, avec Jean-Michel Blanquer, notre grand démolisseur qui finit de dérouler sa réforme inégalitaire sur nos gueules consternées. Quand je discute avec mes collègues de gauche sur ce qu’ils changeraient dans l’école actuelle, ils me répondent qu’il faudrait déjà lui donner plus de moyens. Créer des postes pour alléger les classes. Pour que tout le monde ait les mêmes chances de s’émanciper. Ensuite, ils généraliseraient l’autogestion dans tous les établissements de France et de Navarre afin que tout le personnel puisse participer à la prise de décisions. Je leur pose alors une question :</p>
<p>— Et les élèves ? Ils auraient voix au chapitre ou pas ?</p>
<p>Fin de non-recevoir. Il y a des limites à ne pas dépasser, monsieur. A la rigueur, on peut leur donner un petit rôle dans l’administration des choses mais faut pas déconner. Ce sont des adolescents. Ils sont immatures, ils ne savent pas ce qui est bon pour eux. Moi : je pense qu’il faudrait que les gens puissent décider ce qu’ils apprennent. Eux : non, il faut que les programmes soient décidés par le haut et appliqués uniformément sur tout le territoire. Moi, inquiet : mais alors ça sera pareil qu’avant finalement ? Eux, indignés : non, ça sera différent. Il y aura plus de démocratie, simplement les programmes ne peuvent pas être élaborés par des gens qui n’y connaissent rien. Je manque de capituler mais comme nous sommes dans mon bar préféré et que j’ai déjà une pinte au compteur, j’insiste :</p>
<p>— Mon modèle pour une autre école, c’est plutôt <a href="https://www.youtube.com/watch?v=K-eauppsNf0" class="spip_out" rel="external">Ivan Illich</a>. Je sais pas si vous voyez qui c’est.
<br>— Ah oui. Il est contre l’école.</p>
<p>Nouvelle fin de non-recevoir. Quelle sinistre crapule, cet Illich. Il propose une société sans école, rien que ça. Et comment vont faire les prolos ? Le capitalisme est trop fort, si l’on parvient à le renverser, il nous faudra bien éduquer les gens à ne plus y regoûter à cette saloperie. Nos jeunes de Vaulx, ils vendraient père et mère pour une Playstation 5 alors est-il vraiment avisé de leur donner tant de pouvoir ? Dans leurs têtes, Illich se range avec Jean-Michel Blanquer et d’autres fâcheux personnages qui voudraient en finir avec l’écoledelarépublique. Il est d’autant plus impardonnable qu’il est censé être de notre côté. Ainsi, ce vil faquin voudrait se débarrasser des bijoux de famille. Saborder un patrimoine public qui nous a été transmis par nos augustes ancêtres. Je grossis un peu le trait mais le fait qu’une grande partie de la gauche enseignante se bouche le nez à la simple mention d’Illich m’exaspère. N’est-il pas plaisant d’imaginer des maisons des savoirs où les gens viendraient librement et choisiraient ce qu’ils veulent apprendre ? Ne serait-il pas mieux pour tout le monde que les profs ne soient plus des hussard noirs juchés sur leurs estrades mais de simples animateurs ? Je ne me sens pas de reconduire cette institution patiemment façonnée par la bourgeoisie pour la perpétuer. Je suspecte que mes camarades de gauche redoutent la démocratisation de la transmission du savoir car cela les priverait de leur magistère et les confronterait au jugement brutal des apprenants. Je le crains aussi mais pas au point de reculer. Je m’imagine assez bien dans ma maison des savoirs vaudaise à m’occuper de l’éveil linguistique des enfants de la commune quand soudain, je recevrais une notification m’informant qu’un groupe a réservé une séance d’anglais avec moi. Je les attendrais patiemment dans ma salle et ils viendraient. Il y aurait des jeunes et des moins jeunes. Nous parlerions ensemble de ce qu’il voudrait apprendre en anglais. Pas de texte chiant à lire sur la gentrification de Brooklyn. Pas de vidéo relou sur les feux de forêts en Californie. De la musique, tiens, on pourrait commencer par ça. Je leur proposerais d’écouter les Clash. Non, me répondraient-ils. Montero (Call me by your name) de Lil Nas X. Cela ne m’enchante guère mais je dirais ok. Et nous essayerions ensemble de décrypter ce que dit ce rappeur qui fait une lapdance au diable. La voilà ma porte de sortie. Voilà la manière de désamorcer le triste conflit entre Béatrice et ses BTS. De redonner envie au fils de Béatrice d’aller à l’école. Là, moi aussi, je voudrais bien y aller. Et je parie que je ne serais pas le seul.</p>
<p><i>Hugo Dorgere</i></p>

+ 202
- 0
cache/2021/4801845e14d06e498d20118977d6c334/index.html View File

@@ -0,0 +1,202 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>Je n’ai pas eu le temps de faire plus court. (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/11/le-temps-de-faire-pus-court.html">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>Je n’ai pas eu le temps de faire plus court.</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/11/le-temps-de-faire-pus-court.html" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>La question des formats sur le web est une chose fascinante. Comprendre l'émergence hier de Vine, et aujourd'hui de TikTok, c'est plonger dans l'histoire du web. De ce qui mena des premières pages "homepages" à la "statusphère" en passant par l'âge d'or puis le déclin des blogs (<a href="https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00586027v2/document" rel="noopener" target="_blank">mon tout premier livre paru en 2008</a> ...) mais aussi l'imposition de la vidéo comme outil de captation attentionnelle semblant aujourd'hui indépassable.  </p>
<p><strong>Au commencement du web n'était que le texte</strong>. Les premiers navigateurs ne lisaient pas les images et dès que les images furent lues, il fallait de longues minutes avant de charger, ligne à ligne, un Gif mal dégrossi d'à peine quelques dizaines de kilos octets. Au commencement, donc, n'était que le texte. A l'époque déjà, on conversait pas mal sur IRC, l'ancêtre des Messenger et WhatsApp d'aujourd'hui. Et sur nos pages personnelles, sur nos "Homepages", si l'on pouvait faire long on se contentait bien souvent de faire court. Tout le monde faisait court. Les premières pages web des premiers sites marchands ou institutionnels en ligne se contentaient de courts paragraphes en texte noir sur fond gris. Avec parfois mais rarement, mais péniblement, quelques images en basse définition que l'on prenait des heures à regarder charger. <em><strong>Le format c'est le texte.</strong></em></p>
<p><strong>Au commencement du web c'était l'attente.</strong> On attendait. On attendait du texte. On attendait que les pages se chargent. On attendait que les images s'affichent. On attendait que la page suivant arrive. On attendait beaucoup. Et l'on était content lorsque l'attente cessait et que le texte s'affichait. Les débits augmentant (très très très mollement) et les forfaits des FAI (fournisseurs d'accès) devenant presque raisonnables (on parle quand même de plus de 30 euros par mois pour les premiers forfaits "illimités" avant quoi on était sur l'équivalent de 5 euros de l'heure !), on s'offrait la joie de payer pour poireauter. <strong><em>Le format c'était l'attente.</em></strong></p>
<p><strong>Petit à petit, tels des pionniers de canapé, quelque-un.e.s se lancèrent dans la création de leurs pages personnelles.</strong> Le web, ce web là en tout cas, devint une féérie chatoyante de mauvais goûts entremêlés où chacun se racontait sans se dire. <em><strong>Le format c'était le mauvais goût chatoyant et les premiers gifs animés jusqu'à la nausée.</strong></em></p>
<p><strong>Et puis il y eut, <a href="https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00586027v2/document" rel="noopener" target="_blank">l'arrivée et l'explosion des blogs</a>.</strong> Nous sommes début 2002. Les blogs et les premières 'plateformes' (Typepad, Live Journal, Blogger, etc.) c'est la possibilité de faire long sans avoir pour autant à se coller la nécessité du code HTML et de l'hébergement via FTP. Vous vous souvenez du FTP ? Le "File Transfer Protocol" qui faisait de chacun de nous des Franc Tireurs et Partisans de l'avènement d'un web où <a href="https://www.laquadrature.net/2009/10/16/ecransfr-l-imprimerie-a-permis-au-peuple-de-lire-internet-va-lui-permettre-d-ecrire-benjamin-bayart/" rel="noopener" target="_blank">chacun, enfin, allait pouvoir écrire</a>. Si dès le début des blogs l'empan scriptural ne souffre théoriquement plus aucune limite y compris technique, les blogs vont pourtant s'affirmer comme la forme d'une nouvelle brièveté, une brièveté ante-chronologique : il y a des journaux intimes et puis il y a tout le reste, les experts, les anonymes, les blogueurs influents, esquisse des actuels influenceurs. Sur les blogs on <em>partage</em>, et oui, déjà, on <em>partage</em> des étonnements, des choses lues, des images, et des liens, beaucoup de liens. <em><strong>Le format c'est le partage et l'expression de soi.</strong></em> Cela paraît peut-être anecdotique mais pour la première fois, un média, le web, devient saturé d'intime et d'expressions privées. Ce n'est pas anecdotique.</p>
<p><strong>Youtube est créé en 2005 et racheté par Google en 2006.</strong> Lorsque c'est la vidéo qui devient le format de référence pour celles et ceux soucieux de conquêtes attentionnelles toujours plus vastes, la vidéo est souvent courte. En 2004 la 3G a débarqué en France. On peut commencer à naviguer en haut débit (pour l'époque) y compris sur des ressources et des formats excessivement gourmands en débit. Le streaming encore balbutiant au début des années 2000 va prendre définitivement son essor. En 2007 débarque le premier iPhone. 3G + smartphone + vidéo : plus rien, sur le web, ne sera jamais comme avant. <strong>Le format c'est du lourd.</strong> Lourd en poids, lourd en débit, lourd en équipement. </p>
<p><strong>Faire court c'est aussi le format imposé par les réseaux sociaux</strong>, Facebook en 2004 et Twitter en 2007. On ne publie plus des contenus, on publie des "statu(t)s", des "états" (d'âme) des "positions" (géographiques), on "dit" (ce qu'on écoute, ce qu'on regarde, etc.). En un nombre de signes limité : 140 pour Twitter, <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/12/extension-du-domaine-de-la-statusphere.html" rel="noopener" target="_blank">160 sur Facebook</a>, avant extension (à 280 pour le premier, à ... 63 000 pour le second). <em><strong>Le format c'est "hic et nunc"</strong></em> : où je suis, ce que je fais, dans quel état, à quel endroit. <strong>Ici et maintenant et recommencement</strong>. Mais le web, fut-il celui des plateformes ne saurait être un étroit. Alors on ouvre et l'on peut insérer et partager des sons et des images, et comme par compensation de ce texte empêché en longueur, on peut en longueur "s'actualiser", et puis regarder les autres s'actualisant.</p>
<p>Vous vous souvenez du web où le format c'était l'attente ? Et bien on continue d'attendre. Mais on attend les autres cette fois, et non pas les pages. Et puisque c'est l'autre que l'on attend, et puisque l'on ne paie presque plus pour attendre, alors on ne supporte presque plus ... de l'attendre. Après la navigation, après la publication, <strong>le nouveau format c'est l'injonction</strong>. Cela peut paraître anecdotique, mais pour la première fois avec Facebook en 2004, on nous demande de dire quelque chose. C'est tout sauf anecdotique.  </p>
<p><strong>Le format c'est aussi celui du droit.</strong> Derrière chaque évolution, texte, image, vidéo, il y a des questions de droit. Des droits. Des droits d'auteur notamment. Alors <a href="https://scinfolex.com/2013/06/22/pourquoi-les-videos-font-six-secondes-sur-vine-et-pourquoi-facebook-prend-un-vrai-risque-en-passant-a-15/" rel="noopener" target="_blank">faire court ce fut aussi un temps, s'affranchir de risques de poursuite dans une économie du remix mondialisée</a>. A moindre coût. A moindre court. A moindre frais.</p>
<p><strong>Dans la capsule.</strong> C'est la dernière étape. Jusqu'à ce jour en tout cas. Complémentaire des précédentes. Le temps qui est celui de "l'encapsulage" et qui préfigure les médias sociaux mainstream actuels. Progressivement, la capacité comme la nécessité de faire lien, de déployer des hyperliens, cette capacité s'amenuise alors qu'il devient de plus en plus facile "d'encapsuler" un contenu dans un autre. On ne renvoie plus vers un ailleurs, on ramène vers un "à soi". Les "widgets", les <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2006/06/mise_en_abyme_b.html" rel="noopener" target="_blank">trucs rigolos genre "Bitty Browser"</a>, Netvibes bien sûr en 2005, et plus globalement la page web, cette entité documentaire première <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/03/de-quoi-page-web-est-le-nom.html" rel="noopener" target="_blank">qui ne cesse de se fracturer, de se fragmenter</a>. Or lorsque l'on arrête d'adresser des externalités, lorsque l'on ne fait plus qu'établir des internalités supposées se suffire à elles-mêmes, on cesse alors progressivement de naviguer, on s'habitue à faire défiler. Les réseaux sociaux arrivent et se déploient massivement dans ce contexte d'usage qui les précède et les prépare en un sens. Ils n'ont alors qu'à achever d'alléger la tâche d'encapsulage dans sa charge technique et cognitive, ils n'ont qu'à la rendre fluide pour qu'elle s'impose. </p>
<p><strong>Le rêve du web est mort.</strong> Il n'est plus question <a href="https://www.affordance.info/mon_weblog/2012/12/le-web-promesse-tenue.html" rel="noopener" target="_blank">d'un Homme, d'une page et d'une adresse</a>, mais que toute l'humanité (connectée) réside à la même adresse, qu'à cette adresse on ne trouve qu'une seule et même page changeant et se rechargeant tout le temps, et que, selon les âges de la vie, comme dans l'énigme du Sphinx, cette page s'appelle Tik-Tok, Instagram ou Facebook. L'énigme du Sphinx vraiment, presque littéralement : </p>
<blockquote>
<p><em>"Quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir ?"</em></p>
</blockquote>
<p>Le corps à 4 membres sur TikTok, 4 membres qui dansent. Deux jambes sur Instagram, celles de l'adolescence, de l'autonomie que l'on se construit dans le regard des autres, des siens, des "comme soi" ou des "comment l'on voudrait être soi". Et puis Facebook le soir, toujours nos deux jambes et cette canne conversationnelle, cette béquille cognitive.</p>
<p>Ce n'est pas la taille, c'est le temps qui compte. <strong>Durant toutes ces années, la question de la durée de ce que l'on partage est devenue secondaire, derrière la question du temps nécessaire pour établir ce partage</strong> ; question elle-même reléguée à l'arrière-plan de celle du temps qu'occupera la publicité dans la durée du partage comme du visionnage. Avez-vous remarqué qu'il n'est pas rare aujourd'hui de passer davantage de temps à regarder la ou les publicités conditionnant l'accès à un contenu que ce contenu lui-même ? Mais dans la cour principale des plateformes, l'essentiel demeure de faire court. <strong>Le format c'est la vitesse.</strong> Il faut publier vite. Il faut partager vite. Il faut visionner vite. Il faut vite passer au visionnage suivant. On attend toujours, mais on n'attend plus des pages, on n'attend plus des gens, <strong>on attend que se maintienne un rythme</strong>, une cadence, un enchaînement, <a href="https://recherche.esad-pyrenees.fr/phonecinema/sommaire/d-une-boucle-l-autre-tiktok-et-l-algo-ritournelle-performer-entre-rage-et-ennui-en-temps-de-pandemie" rel="noopener" target="_blank">une ritournelle</a>. </p>
<p><strong>Longtemps chacun cherchait son court.</strong> Un court billet de blog à lire. Une courte vidéo à regarder. Chacun cherchait son court mais chacun suivait son lien. Il y avait bien sûr déjà des attracteurs étranges qui l'on n'appelait pas encore "influenceurs", <a href="http://embruns.net/" rel="noopener" target="_blank">le capitaine Gloasguen d'Embruns</a> et quelques autres ; mais il n'y avait aucun mur sur l'océan et surtout il n'y avait aucune autre relance automatique que celle de notre propre curiosité ou du coût cognitif permettant de pallier notre ennui de surfeur dilettante en allant chercher un dernier lien, pour la route. </p>
<p>Tout est question de rythme. Sur le web et les plateformes aussi. 120 battements par minute pour la House des années 1990, celle des débuts du web. Et 24 images par seconde pour le cinéma. Et sur le web, tant d'autres formats. Mais toujours plus courts, 10 secondes, 15 secondes mais <a href="https://www.youlovewords.com/reseaux-sociaux-quels-formats-pour-vos-videos/#:~:text=Tous%20les%20formats%20vid%C3%A9o%20sur%20Facebook%20ont%20une%20limite%20d,%C3%AAtre%20encod%C3%A9s%20en%20codec%20H." rel="noopener" target="_blank">avec le plus souvent non plus 24 mais 30 images par seconde</a> (comme le réclame la norme <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Images_par_seconde" rel="noopener" target="_blank">NTSC</a> en vigueur aux USA). Comme le nombre de signes de la statusphère, dire toujours plus mais avec toujours moins de texte. Des vidéos toujours plus courtes mais avec toujours plus d'images.</p>
<p>"<em>Less is More</em>" écrivait et prônait l'architecte Mies Van Der Rohe. Il ne s'agit plus ici d'une forme d'épure, mais d'une recherche de tout ce qui sature. </p>
<p>Comme une contraction, un Big Crunch qui serait en cours plus de 30 ans après le Big Bang initial du web ; comme si nous étions au coeur de cette contraction sans savoir ce qui en sortira vraiment : un métavers, un tyran populiste, ou le compte TikTok d'un tyran populiste dans le métavers. </p>
<p>Comme chercheur, comme enseignant, comme parent, comme usager du web, je regarde ce temps passé à dilater du pouce ou de l'index des fragments signifiants d'insignifiance. Ces distractions. Souvent seulement vues uniquement comme des "dys-tractions", des anomalies de ce qui nous meut, de ce qui nous tire et nous attire ; distractions et dys-tractions qui, si elles en sont souvent, ne sont pas uniquement cela. Regarder et essayer de comprendre ce qui s'y invente, ce qui s'y déploie, et ceux qui s'y replient, aussi. A se demander où est la fiction pour sortir de l'affliction.</p>
<p><strong>Jamais autant de gens n'ont raconté autant d'histoires. Et jamais autant d'histoires n'ont été aussi semblables.</strong> Communes ritournelles. La question est de savoir ce qui reste de la capacité de fiction quand toutes les histoires se publient sans friction et quand seules les frictions semblent capables de "faire  histoire" dans le débat public. </p>
<p>La forme courte, les formes courtes ont toujours été présentes dans nos espaces sociaux, dans nos espaces publics, dans nos horizons culturels : litotes, métonymies, syllogismes, haïkus, apophtegmes, aphorismes, épigrammes, maximes, proverbes, feuilletons et aujourd'hui séries ... Les formes narratives, poétiques ou même rhétoriques courtes ont toujours été un essentiel de nos sociétés. Elles sont aujourd'hui au coeur de l'essentiel de nos usages numériques.</p>
<p>Des brièvetés en concurrence comme en co-occurence : celle de la série qui se déploie dans la longueur des saisons qui la composent ; celle du Tweet qui s'articule en Thread ou se déploie sans le défilement infini des autres gazouillis ; celle de la vidéo TikTok de 15 secondes qui fait collection au milieu d'autres dont le visionnage nécessiterait bien plus qu'une seule vie. </p>
<p>Faire court. Imiter le court. Reproduire le court. Faire rythme. Ce défilement est avant tout un battement, une pulsation. <strong>Le format aujourd'hui c'est la pulsation</strong>. C'est pourquoi il importe de savoir comment en contrôler la vitesse. La vitesse de ces enchaînements déterminés algorithmiquement dans le seul but de fabriquer des routines d'aliénation scopique, cette capacité à ne valoriser le court que tant qu'il concourt à fabriquer de l'artificiellement long en continu, ce refus total et programmatique du discontinu, cela interroge aujourd'hui notre capacité plus globale, plus politique, à nous confronter à des régimes narratifs nécessitant d'articuler le temps long comme autre chose que la simple agrégation de séquences courtes.  </p>
<p>Je regardais mes étudiant.e.s faisant défiler leur compte TikTok. Je regardais mes enfants faire de même. J'avais envie d'écrire un billet. Je n'ai pas eu le temps de faire plus court. </p>
<p>"<em>Je n'ai fait [cette lettre] plus longue que parce que je n'ai pas eu le loisir de la faire plus courte.</em>"<br>Blaise Pascal, Les Provinciales, lettre 16.</p>
<p>Imaginer ce monde où un autre Blaise Pascal écrirait aujourd'hui :</p>
<blockquote>
<p><em>"Je n'ai fait ce Tweet plus court que parce que je n'ai pas eu le loisir de le faire plus long."</em> </p>
</blockquote>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 35
- 0
cache/2021/4801845e14d06e498d20118977d6c334/index.md View File

@@ -0,0 +1,35 @@
title: Je n’ai pas eu le temps de faire plus court.
url: https://www.affordance.info/mon_weblog/2021/11/le-temps-de-faire-pus-court.html
hash_url: 4801845e14d06e498d20118977d6c334
<p>La question des formats sur le web est une chose fascinante. Comprendre l'émergence hier de Vine, et aujourd'hui de TikTok, c'est plonger dans l'histoire du web. De ce qui mena des premières pages "homepages" à la "statusphère" en passant par l'âge d'or puis le déclin des blogs (<a href="https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00586027v2/document" rel="noopener" target="_blank">mon tout premier livre paru en 2008</a> ...) mais aussi l'imposition de la vidéo comme outil de captation attentionnelle semblant aujourd'hui indépassable.  </p>
<p><strong>Au commencement du web n'était que le texte</strong>. Les premiers navigateurs ne lisaient pas les images et dès que les images furent lues, il fallait de longues minutes avant de charger, ligne à ligne, un Gif mal dégrossi d'à peine quelques dizaines de kilos octets. Au commencement, donc, n'était que le texte. A l'époque déjà, on conversait pas mal sur IRC, l'ancêtre des Messenger et WhatsApp d'aujourd'hui. Et sur nos pages personnelles, sur nos "Homepages", si l'on pouvait faire long on se contentait bien souvent de faire court. Tout le monde faisait court. Les premières pages web des premiers sites marchands ou institutionnels en ligne se contentaient de courts paragraphes en texte noir sur fond gris. Avec parfois mais rarement, mais péniblement, quelques images en basse définition que l'on prenait des heures à regarder charger. <em><strong>Le format c'est le texte.</strong></em></p>
<p><strong>Au commencement du web c'était l'attente.</strong> On attendait. On attendait du texte. On attendait que les pages se chargent. On attendait que les images s'affichent. On attendait que la page suivant arrive. On attendait beaucoup. Et l'on était content lorsque l'attente cessait et que le texte s'affichait. Les débits augmentant (très très très mollement) et les forfaits des FAI (fournisseurs d'accès) devenant presque raisonnables (on parle quand même de plus de 30 euros par mois pour les premiers forfaits "illimités" avant quoi on était sur l'équivalent de 5 euros de l'heure !), on s'offrait la joie de payer pour poireauter. <strong><em>Le format c'était l'attente.</em></strong></p>
<p><strong>Petit à petit, tels des pionniers de canapé, quelque-un.e.s se lancèrent dans la création de leurs pages personnelles.</strong> Le web, ce web là en tout cas, devint une féérie chatoyante de mauvais goûts entremêlés où chacun se racontait sans se dire. <em><strong>Le format c'était le mauvais goût chatoyant et les premiers gifs animés jusqu'à la nausée.</strong></em></p>
<p><strong>Et puis il y eut, <a href="https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00586027v2/document" rel="noopener" target="_blank">l'arrivée et l'explosion des blogs</a>.</strong> Nous sommes début 2002. Les blogs et les premières 'plateformes' (Typepad, Live Journal, Blogger, etc.) c'est la possibilité de faire long sans avoir pour autant à se coller la nécessité du code HTML et de l'hébergement via FTP. Vous vous souvenez du FTP ? Le "File Transfer Protocol" qui faisait de chacun de nous des Franc Tireurs et Partisans de l'avènement d'un web où <a href="https://www.laquadrature.net/2009/10/16/ecransfr-l-imprimerie-a-permis-au-peuple-de-lire-internet-va-lui-permettre-d-ecrire-benjamin-bayart/" rel="noopener" target="_blank">chacun, enfin, allait pouvoir écrire</a>. Si dès le début des blogs l'empan scriptural ne souffre théoriquement plus aucune limite y compris technique, les blogs vont pourtant s'affirmer comme la forme d'une nouvelle brièveté, une brièveté ante-chronologique : il y a des journaux intimes et puis il y a tout le reste, les experts, les anonymes, les blogueurs influents, esquisse des actuels influenceurs. Sur les blogs on <em>partage</em>, et oui, déjà, on <em>partage</em> des étonnements, des choses lues, des images, et des liens, beaucoup de liens. <em><strong>Le format c'est le partage et l'expression de soi.</strong></em> Cela paraît peut-être anecdotique mais pour la première fois, un média, le web, devient saturé d'intime et d'expressions privées. Ce n'est pas anecdotique.</p>
<p><strong>Youtube est créé en 2005 et racheté par Google en 2006.</strong> Lorsque c'est la vidéo qui devient le format de référence pour celles et ceux soucieux de conquêtes attentionnelles toujours plus vastes, la vidéo est souvent courte. En 2004 la 3G a débarqué en France. On peut commencer à naviguer en haut débit (pour l'époque) y compris sur des ressources et des formats excessivement gourmands en débit. Le streaming encore balbutiant au début des années 2000 va prendre définitivement son essor. En 2007 débarque le premier iPhone. 3G + smartphone + vidéo : plus rien, sur le web, ne sera jamais comme avant. <strong>Le format c'est du lourd.</strong> Lourd en poids, lourd en débit, lourd en équipement. </p>
<p><strong>Faire court c'est aussi le format imposé par les réseaux sociaux</strong>, Facebook en 2004 et Twitter en 2007. On ne publie plus des contenus, on publie des "statu(t)s", des "états" (d'âme) des "positions" (géographiques), on "dit" (ce qu'on écoute, ce qu'on regarde, etc.). En un nombre de signes limité : 140 pour Twitter, <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/12/extension-du-domaine-de-la-statusphere.html" rel="noopener" target="_blank">160 sur Facebook</a>, avant extension (à 280 pour le premier, à ... 63 000 pour le second). <em><strong>Le format c'est "hic et nunc"</strong></em> : où je suis, ce que je fais, dans quel état, à quel endroit. <strong>Ici et maintenant et recommencement</strong>. Mais le web, fut-il celui des plateformes ne saurait être un étroit. Alors on ouvre et l'on peut insérer et partager des sons et des images, et comme par compensation de ce texte empêché en longueur, on peut en longueur "s'actualiser", et puis regarder les autres s'actualisant.</p>
<p>Vous vous souvenez du web où le format c'était l'attente ? Et bien on continue d'attendre. Mais on attend les autres cette fois, et non pas les pages. Et puisque c'est l'autre que l'on attend, et puisque l'on ne paie presque plus pour attendre, alors on ne supporte presque plus ... de l'attendre. Après la navigation, après la publication, <strong>le nouveau format c'est l'injonction</strong>. Cela peut paraître anecdotique, mais pour la première fois avec Facebook en 2004, on nous demande de dire quelque chose. C'est tout sauf anecdotique.  </p>
<p><strong>Le format c'est aussi celui du droit.</strong> Derrière chaque évolution, texte, image, vidéo, il y a des questions de droit. Des droits. Des droits d'auteur notamment. Alors <a href="https://scinfolex.com/2013/06/22/pourquoi-les-videos-font-six-secondes-sur-vine-et-pourquoi-facebook-prend-un-vrai-risque-en-passant-a-15/" rel="noopener" target="_blank">faire court ce fut aussi un temps, s'affranchir de risques de poursuite dans une économie du remix mondialisée</a>. A moindre coût. A moindre court. A moindre frais.</p>
<p><strong>Dans la capsule.</strong> C'est la dernière étape. Jusqu'à ce jour en tout cas. Complémentaire des précédentes. Le temps qui est celui de "l'encapsulage" et qui préfigure les médias sociaux mainstream actuels. Progressivement, la capacité comme la nécessité de faire lien, de déployer des hyperliens, cette capacité s'amenuise alors qu'il devient de plus en plus facile "d'encapsuler" un contenu dans un autre. On ne renvoie plus vers un ailleurs, on ramène vers un "à soi". Les "widgets", les <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2006/06/mise_en_abyme_b.html" rel="noopener" target="_blank">trucs rigolos genre "Bitty Browser"</a>, Netvibes bien sûr en 2005, et plus globalement la page web, cette entité documentaire première <a href="https://affordance.typepad.com/mon_weblog/2011/03/de-quoi-page-web-est-le-nom.html" rel="noopener" target="_blank">qui ne cesse de se fracturer, de se fragmenter</a>. Or lorsque l'on arrête d'adresser des externalités, lorsque l'on ne fait plus qu'établir des internalités supposées se suffire à elles-mêmes, on cesse alors progressivement de naviguer, on s'habitue à faire défiler. Les réseaux sociaux arrivent et se déploient massivement dans ce contexte d'usage qui les précède et les prépare en un sens. Ils n'ont alors qu'à achever d'alléger la tâche d'encapsulage dans sa charge technique et cognitive, ils n'ont qu'à la rendre fluide pour qu'elle s'impose. </p>
<p><strong>Le rêve du web est mort.</strong> Il n'est plus question <a href="https://www.affordance.info/mon_weblog/2012/12/le-web-promesse-tenue.html" rel="noopener" target="_blank">d'un Homme, d'une page et d'une adresse</a>, mais que toute l'humanité (connectée) réside à la même adresse, qu'à cette adresse on ne trouve qu'une seule et même page changeant et se rechargeant tout le temps, et que, selon les âges de la vie, comme dans l'énigme du Sphinx, cette page s'appelle Tik-Tok, Instagram ou Facebook. L'énigme du Sphinx vraiment, presque littéralement : </p>
<blockquote>
<p><em>"Quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir ?"</em></p>
</blockquote>
<p>Le corps à 4 membres sur TikTok, 4 membres qui dansent. Deux jambes sur Instagram, celles de l'adolescence, de l'autonomie que l'on se construit dans le regard des autres, des siens, des "comme soi" ou des "comment l'on voudrait être soi". Et puis Facebook le soir, toujours nos deux jambes et cette canne conversationnelle, cette béquille cognitive.</p>
<p>Ce n'est pas la taille, c'est le temps qui compte. <strong>Durant toutes ces années, la question de la durée de ce que l'on partage est devenue secondaire, derrière la question du temps nécessaire pour établir ce partage</strong> ; question elle-même reléguée à l'arrière-plan de celle du temps qu'occupera la publicité dans la durée du partage comme du visionnage. Avez-vous remarqué qu'il n'est pas rare aujourd'hui de passer davantage de temps à regarder la ou les publicités conditionnant l'accès à un contenu que ce contenu lui-même ? Mais dans la cour principale des plateformes, l'essentiel demeure de faire court. <strong>Le format c'est la vitesse.</strong> Il faut publier vite. Il faut partager vite. Il faut visionner vite. Il faut vite passer au visionnage suivant. On attend toujours, mais on n'attend plus des pages, on n'attend plus des gens, <strong>on attend que se maintienne un rythme</strong>, une cadence, un enchaînement, <a href="https://recherche.esad-pyrenees.fr/phonecinema/sommaire/d-une-boucle-l-autre-tiktok-et-l-algo-ritournelle-performer-entre-rage-et-ennui-en-temps-de-pandemie" rel="noopener" target="_blank">une ritournelle</a>. </p>
<p><strong>Longtemps chacun cherchait son court.</strong> Un court billet de blog à lire. Une courte vidéo à regarder. Chacun cherchait son court mais chacun suivait son lien. Il y avait bien sûr déjà des attracteurs étranges qui l'on n'appelait pas encore "influenceurs", <a href="http://embruns.net/" rel="noopener" target="_blank">le capitaine Gloasguen d'Embruns</a> et quelques autres ; mais il n'y avait aucun mur sur l'océan et surtout il n'y avait aucune autre relance automatique que celle de notre propre curiosité ou du coût cognitif permettant de pallier notre ennui de surfeur dilettante en allant chercher un dernier lien, pour la route. </p>
<p>Tout est question de rythme. Sur le web et les plateformes aussi. 120 battements par minute pour la House des années 1990, celle des débuts du web. Et 24 images par seconde pour le cinéma. Et sur le web, tant d'autres formats. Mais toujours plus courts, 10 secondes, 15 secondes mais <a href="https://www.youlovewords.com/reseaux-sociaux-quels-formats-pour-vos-videos/#:~:text=Tous%20les%20formats%20vid%C3%A9o%20sur%20Facebook%20ont%20une%20limite%20d,%C3%AAtre%20encod%C3%A9s%20en%20codec%20H." rel="noopener" target="_blank">avec le plus souvent non plus 24 mais 30 images par seconde</a> (comme le réclame la norme <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Images_par_seconde" rel="noopener" target="_blank">NTSC</a> en vigueur aux USA). Comme le nombre de signes de la statusphère, dire toujours plus mais avec toujours moins de texte. Des vidéos toujours plus courtes mais avec toujours plus d'images.</p>
<p>"<em>Less is More</em>" écrivait et prônait l'architecte Mies Van Der Rohe. Il ne s'agit plus ici d'une forme d'épure, mais d'une recherche de tout ce qui sature. </p>
<p>Comme une contraction, un Big Crunch qui serait en cours plus de 30 ans après le Big Bang initial du web ; comme si nous étions au coeur de cette contraction sans savoir ce qui en sortira vraiment : un métavers, un tyran populiste, ou le compte TikTok d'un tyran populiste dans le métavers. </p>
<p>Comme chercheur, comme enseignant, comme parent, comme usager du web, je regarde ce temps passé à dilater du pouce ou de l'index des fragments signifiants d'insignifiance. Ces distractions. Souvent seulement vues uniquement comme des "dys-tractions", des anomalies de ce qui nous meut, de ce qui nous tire et nous attire ; distractions et dys-tractions qui, si elles en sont souvent, ne sont pas uniquement cela. Regarder et essayer de comprendre ce qui s'y invente, ce qui s'y déploie, et ceux qui s'y replient, aussi. A se demander où est la fiction pour sortir de l'affliction.</p>
<p><strong>Jamais autant de gens n'ont raconté autant d'histoires. Et jamais autant d'histoires n'ont été aussi semblables.</strong> Communes ritournelles. La question est de savoir ce qui reste de la capacité de fiction quand toutes les histoires se publient sans friction et quand seules les frictions semblent capables de "faire  histoire" dans le débat public. </p>
<p>La forme courte, les formes courtes ont toujours été présentes dans nos espaces sociaux, dans nos espaces publics, dans nos horizons culturels : litotes, métonymies, syllogismes, haïkus, apophtegmes, aphorismes, épigrammes, maximes, proverbes, feuilletons et aujourd'hui séries ... Les formes narratives, poétiques ou même rhétoriques courtes ont toujours été un essentiel de nos sociétés. Elles sont aujourd'hui au coeur de l'essentiel de nos usages numériques.</p>
<p>Des brièvetés en concurrence comme en co-occurence : celle de la série qui se déploie dans la longueur des saisons qui la composent ; celle du Tweet qui s'articule en Thread ou se déploie sans le défilement infini des autres gazouillis ; celle de la vidéo TikTok de 15 secondes qui fait collection au milieu d'autres dont le visionnage nécessiterait bien plus qu'une seule vie. </p>
<p>Faire court. Imiter le court. Reproduire le court. Faire rythme. Ce défilement est avant tout un battement, une pulsation. <strong>Le format aujourd'hui c'est la pulsation</strong>. C'est pourquoi il importe de savoir comment en contrôler la vitesse. La vitesse de ces enchaînements déterminés algorithmiquement dans le seul but de fabriquer des routines d'aliénation scopique, cette capacité à ne valoriser le court que tant qu'il concourt à fabriquer de l'artificiellement long en continu, ce refus total et programmatique du discontinu, cela interroge aujourd'hui notre capacité plus globale, plus politique, à nous confronter à des régimes narratifs nécessitant d'articuler le temps long comme autre chose que la simple agrégation de séquences courtes.  </p>
<p>Je regardais mes étudiant.e.s faisant défiler leur compte TikTok. Je regardais mes enfants faire de même. J'avais envie d'écrire un billet. Je n'ai pas eu le temps de faire plus court. </p>
<p>"<em>Je n'ai fait [cette lettre] plus longue que parce que je n'ai pas eu le loisir de la faire plus courte.</em>"<br>Blaise Pascal, Les Provinciales, lettre 16.</p>
<p>Imaginer ce monde où un autre Blaise Pascal écrirait aujourd'hui :</p>
<blockquote>
<p><em>"Je n'ai fait ce Tweet plus court que parce que je n'ai pas eu le loisir de le faire plus long."</em> </p>
</blockquote>

+ 197
- 0
cache/2021/8e1892fe6c88157b7fd4c2bd8afc79cd/index.html View File

@@ -0,0 +1,197 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>It’s time for a healthy tech approach (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://helloanselm.com/writings/its-time-for-a-healthy-tech-approach">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>It’s time for a healthy tech approach</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://helloanselm.com/writings/its-time-for-a-healthy-tech-approach" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p><em>Disclaimer: I wrote this piece two years ago and waited for it to be published somewhere else. It never happened and I forgot about it. Yet today I see the content as still relevant and will publish it as is. Some parts may be outdated but the overall argument should be still valid.</em></p>
<p>As people working in tech, we face problems everywhere every day. Five years ago we struggled most with the new emerging technologies—just because everything was an unprecedented case and barely one knew how to create and publish e.g. a magazine for screens including animated content and storytelling. Today that is still not an easy task but we know it can be done and we have strategies and people to achieve it. Instead, we now face a whole new area of challenges in tech: I am calling it “Tech Health”.</p>
<p>Tech Health is a term that for me means much more than a service running without downtime. It is the whole concept of applying ethics to a tech business, being a nice and friendly human with good intentions, trying to improve the lives of other people while being able to make a normal living for our own. It is about inclusion, about avoiding distractions, serving only content people need and want to see, supporting people’s moral, lifting their mood, saving them time. By now we can see the term differs a lot to what most well-known online services are today.</p>
<h2>The “I” and Business</h2>
<p>In our modern life, most of what counts is being “productive” and working hard. For many people getting as much work done as possible in the smallest amount of time is the goal. This is embraced, sometimes even enforces by employers and even peer groups. Even in private life I’ve heard couples or friends talking about how much they did this week, how productive they were and how exhausted they are now during dinner at a restaurant. We define ourselves by productivity and forget what it means to take time for a work task. But there is a reason why most people strive to become a manager at some point, why more and more people nowadays take lessons for learning Yoga, Meditation, Tai-Chi, or other wellness and mind-calming methods. On the West Coast in the United States of America we can now find mindfulness retreat sites, full of tech-company employees and company founders who want to escape the daily business and daily overload of information that stresses us out.</p>
<p>Anecdote: My health practitioner told me that the season for burn-out clients is full-on now (autumn) again and their main business during Winter. I found this interesting because she also added that this was not the case all the time but in recent years numbers have grown significantly, and many of them work in tech related jobs. She explained why Winter season (in North-Western Europe) drives numbers higher: Most of the people suffer from mild depression (“Winter depression”) due to the low sunlight exposure and thus a Vitamine D deficiency and other factors that influence the strength of a human body and mind. And that often causes diseases—burn out is one that breaks out if your body can’t cope with all the stress anymore and often just needs a little external factor to show up. </p>
<p>What makes people want to become a manager? I often heard from developers out there that it’s not only the new challenge of having responsibility for other people, for many it’s also an escape from the work-overload they face in their current job. Managing something in most minds sounds like a challenging, yet calm work where you decide how much time to spend on a task. That is something most employees can not influence; instead they get a dictated timeline and deadline for tasks which often are too ambitious and cause stress. What people don’t know yet is that becoming a manager has its very own challenges and you will not be able to work calmer or easier than as developer. </p>
<blockquote>
<p>To live a calmer work life, we need to change more than just our job title.
To live a calmer work life, we need to change more than just our job title. Going up the career ladder is often the worst choice you could do to ease your life, to work less or in a calmer way. If we want to achieve calmer work days, we need to find a different concept.</p>
</blockquote>
<h2>Healthy Mindsets for People</h2>
<p>“Ethical [business|technology|…]” seems to be the hot topic right now, according to social media and newspapers. Yet, for most people it’s a term that is hard to grasp and not very actionable. While it is easy to understand and most people agree that an ethical business is better than one that has unethical methods but hardly one can tell me how to find out what ethical is and how to be or work in an ethically fine company. I myself am fooled by the catchy term from time to time as well.</p>
<p>In order to change something, we need to come up with easy to understand concepts and actionable advice. Whether it is about climate change or at work: It is up to us as an individual to find a way to cope with common issues. And before we shift responsibility to others, we need to find out a couple of things about ourselves.</p>
<p>I read <a href="https://slate.com/culture/2018/12/jack-dorsey-silent-meditation-myanmar-donald-trump-tweets.html">a story</a> about Jack Dorsey, Twitter CEO, who takes off ten days for “silent meditation” regularly. He shared how amazing this experience was, and what he did during this time-off. But apparently, while using this time to reset his own mind, he wasn’t able to shut down completely, to use meditation as a technique to ask the hard question about your life, your motivations, society. Instead, he shares how amazing it was to not talk during this time but whilst it, he captured moments with his camera, tracked his heart-rate, counted mosquito bites. And then, there is this implicit conclusion you can draw that despite Jack seems to do this regularly now, his decisions at Twitter don’t serve humanity, they don’t support other people or society but only business interests of Twitter Inc..</p>
<p>When you look a bit more closely to what meditation is about, the main concept is to shut down any distraction (like smartphones, smart watches, and even counting mosquito bites) to put full focus on yourself. Once you’re in the focus, the goal is to find relief, self-confidence, health and happiness in the world. It’s a great and weird mixture of extreme selfishness and embracing a social, helpful society. Meditation is a great technique to calm down, to get into a more self-reflecting mode. Especially for people with a lot of power—like a CEO or CTO—this is a very useful skillset.</p>
<p>Now if you look at your business strategy and project from a point of view where you want to make people happy instead of stealing their time with for example interstitial advertising, you realize a huge difference compared to a business strategy that wants to build a “successful” product. 
The latter ultimately focuses solely on money and will always mean that at least to some point you will make decisions against people. Whether that are your employees because you let them work more hours or encourage them to work faster to match a deadline or the users of your product by forcing them to spend more money, by showing them unnecessary ads, product placements, upgrade notices, or “other relevant/recommended stories”.</p>
<blockquote>
<p>There’s nothing as long-lasting and uplifting as someone else who is grateful for what you have done for them.</p>
</blockquote>
<p>But once you set your goals to help other people, things are different. It suddenly doesn’t matter if you are an employee, manager or the CEO of a company. Everybody in the group of people working on that project are able to do their individual best for other people. It can be helping your colleague to learn a new technique, giving them support when they struggle with a task, taking over some work when you have little to do and others a lot. It can be building a service that doesn’t want to attract you artificially, that doesn’t change people’s minds to pull news all-day, that doesn’t fuel the anxiety to be left-out or to miss a story from friends (Facebook), that does not fuel the fear of having a boring life while all friends have such amazing ones (The “Insta(gram) effect”).</p>
<p>Once we start building things for people, we not only make others happier and healthier, we will be happier as well. There’s nothing as long-lasting and uplifting as someone else who is grateful for what you have done for them. Our own happiness will make us calmer and more healthy. </p>
<blockquote>
<p>… we have it in our hands to change society again, to use tech to help the society, to boost the mood of ourselves and our friends. </p>
</blockquote>
<p>We have destroyed a lot of the connection between health, happiness and society in the past. But we can fix it, it is nothing permanent and it is up to us to make that change. Right now we can see how current social media services are dragging especially young (but also mid-aged and old) people down and push them into suicidal thinking (and unfortunately sometimes even into action), into depression, into self-doubt, envy and selfishness. Many of these human behaviours result in diseases and unhappy lives. But we have it in our hands to change society again, to use tech to help the society, to boost the mood of ourselves and our friends.</p>
</article>


<hr>

<footer>
<p>
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="/david/log/" title="Accès au flux RSS"><svg class="icon icon-rss2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-rss2"></use>
</svg> Suivre</a> •
<a href="http://larlet.com" title="Go to my English profile" data-instant><svg class="icon icon-user-tie">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-user-tie"></use>
</svg> Pro</a> •
<a href="mailto:david%40larlet.fr" title="Envoyer un courriel"><svg class="icon icon-mail">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-mail"></use>
</svg> Email</a> •
<abbr class="nowrap" title="Hébergeur : Alwaysdata, 62 rue Tiquetonne 75002 Paris, +33184162340"><svg class="icon icon-hammer2">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-hammer2"></use>
</svg> Légal</abbr>
</p>
<template id="theme-selector">
<form>
<fieldset>
<legend><svg class="icon icon-brightness-contrast">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-brightness-contrast"></use>
</svg> Thème</legend>
<label>
<input type="radio" value="auto" name="chosen-color-scheme" checked> Auto
</label>
<label>
<input type="radio" value="dark" name="chosen-color-scheme"> Foncé
</label>
<label>
<input type="radio" value="light" name="chosen-color-scheme"> Clair
</label>
</fieldset>
</form>
</template>
</footer>
<script src="/static/david/js/instantpage-5.1.0.min.js" type="module"></script>
<script>
function loadThemeForm(templateName) {
const themeSelectorTemplate = document.querySelector(templateName)
const form = themeSelectorTemplate.content.firstElementChild
themeSelectorTemplate.replaceWith(form)

form.addEventListener('change', (e) => {
const chosenColorScheme = e.target.value
localStorage.setItem('theme', chosenColorScheme)
toggleTheme(chosenColorScheme)
})

const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme && selectedTheme !== 'undefined') {
form.querySelector(`[value="${selectedTheme}"]`).checked = true
}
}

const prefersColorSchemeDark = '(prefers-color-scheme: dark)'
window.addEventListener('load', () => {
let hasDarkRules = false
for (const styleSheet of Array.from(document.styleSheets)) {
let mediaRules = []
for (const cssRule of styleSheet.cssRules) {
if (cssRule.type !== CSSRule.MEDIA_RULE) {
continue
}
// WARNING: Safari does not have/supports `conditionText`.
if (cssRule.conditionText) {
if (cssRule.conditionText !== prefersColorSchemeDark) {
continue
}
} else {
if (cssRule.cssText.startsWith(prefersColorSchemeDark)) {
continue
}
}
mediaRules = mediaRules.concat(Array.from(cssRule.cssRules))
}

// WARNING: do not try to insert a Rule to a styleSheet you are
// currently iterating on, otherwise the browser will be stuck
// in a infinite loop…
for (const mediaRule of mediaRules) {
styleSheet.insertRule(mediaRule.cssText)
hasDarkRules = true
}
}
if (hasDarkRules) {
loadThemeForm('#theme-selector')
}
})
</script>
</body>
</html>

+ 30
- 0
cache/2021/8e1892fe6c88157b7fd4c2bd8afc79cd/index.md View File

@@ -0,0 +1,30 @@
title: It’s time for a healthy tech approach
url: https://helloanselm.com/writings/its-time-for-a-healthy-tech-approach
hash_url: 8e1892fe6c88157b7fd4c2bd8afc79cd

<p><em>Disclaimer: I wrote this piece two years ago and waited for it to be published somewhere else. It never happened and I forgot about it. Yet today I see the content as still relevant and will publish it as is. Some parts may be outdated but the overall argument should be still valid.</em></p>
<p>As people working in tech, we face problems everywhere every day. Five years ago we struggled most with the new emerging technologies—just because everything was an unprecedented case and barely one knew how to create and publish e.g. a magazine for screens including animated content and storytelling. Today that is still not an easy task but we know it can be done and we have strategies and people to achieve it. Instead, we now face a whole new area of challenges in tech: I am calling it “Tech Health”.</p>
<p>Tech Health is a term that for me means much more than a service running without downtime. It is the whole concept of applying ethics to a tech business, being a nice and friendly human with good intentions, trying to improve the lives of other people while being able to make a normal living for our own. It is about inclusion, about avoiding distractions, serving only content people need and want to see, supporting people’s moral, lifting their mood, saving them time. By now we can see the term differs a lot to what most well-known online services are today.</p>
<h2>The “I” and Business</h2>
<p>In our modern life, most of what counts is being “productive” and working hard. For many people getting as much work done as possible in the smallest amount of time is the goal. This is embraced, sometimes even enforces by employers and even peer groups. Even in private life I’ve heard couples or friends talking about how much they did this week, how productive they were and how exhausted they are now during dinner at a restaurant. We define ourselves by productivity and forget what it means to take time for a work task. But there is a reason why most people strive to become a manager at some point, why more and more people nowadays take lessons for learning Yoga, Meditation, Tai-Chi, or other wellness and mind-calming methods. On the West Coast in the United States of America we can now find mindfulness retreat sites, full of tech-company employees and company founders who want to escape the daily business and daily overload of information that stresses us out.</p>
<p>Anecdote: My health practitioner told me that the season for burn-out clients is full-on now (autumn) again and their main business during Winter. I found this interesting because she also added that this was not the case all the time but in recent years numbers have grown significantly, and many of them work in tech related jobs. She explained why Winter season (in North-Western Europe) drives numbers higher: Most of the people suffer from mild depression (“Winter depression”) due to the low sunlight exposure and thus a Vitamine D deficiency and other factors that influence the strength of a human body and mind. And that often causes diseases—burn out is one that breaks out if your body can’t cope with all the stress anymore and often just needs a little external factor to show up. </p>
<p>What makes people want to become a manager? I often heard from developers out there that it’s not only the new challenge of having responsibility for other people, for many it’s also an escape from the work-overload they face in their current job. Managing something in most minds sounds like a challenging, yet calm work where you decide how much time to spend on a task. That is something most employees can not influence; instead they get a dictated timeline and deadline for tasks which often are too ambitious and cause stress. What people don’t know yet is that becoming a manager has its very own challenges and you will not be able to work calmer or easier than as developer. </p>
<blockquote>
<p>To live a calmer work life, we need to change more than just our job title.
To live a calmer work life, we need to change more than just our job title. Going up the career ladder is often the worst choice you could do to ease your life, to work less or in a calmer way. If we want to achieve calmer work days, we need to find a different concept.</p>
</blockquote>
<h2>Healthy Mindsets for People</h2>
<p>“Ethical [business|technology|…]” seems to be the hot topic right now, according to social media and newspapers. Yet, for most people it’s a term that is hard to grasp and not very actionable. While it is easy to understand and most people agree that an ethical business is better than one that has unethical methods but hardly one can tell me how to find out what ethical is and how to be or work in an ethically fine company. I myself am fooled by the catchy term from time to time as well.</p>
<p>In order to change something, we need to come up with easy to understand concepts and actionable advice. Whether it is about climate change or at work: It is up to us as an individual to find a way to cope with common issues. And before we shift responsibility to others, we need to find out a couple of things about ourselves.</p>
<p>I read <a href="https://slate.com/culture/2018/12/jack-dorsey-silent-meditation-myanmar-donald-trump-tweets.html">a story</a> about Jack Dorsey, Twitter CEO, who takes off ten days for “silent meditation” regularly. He shared how amazing this experience was, and what he did during this time-off. But apparently, while using this time to reset his own mind, he wasn’t able to shut down completely, to use meditation as a technique to ask the hard question about your life, your motivations, society. Instead, he shares how amazing it was to not talk during this time but whilst it, he captured moments with his camera, tracked his heart-rate, counted mosquito bites. And then, there is this implicit conclusion you can draw that despite Jack seems to do this regularly now, his decisions at Twitter don’t serve humanity, they don’t support other people or society but only business interests of Twitter Inc..</p>
<p>When you look a bit more closely to what meditation is about, the main concept is to shut down any distraction (like smartphones, smart watches, and even counting mosquito bites) to put full focus on yourself. Once you’re in the focus, the goal is to find relief, self-confidence, health and happiness in the world. It’s a great and weird mixture of extreme selfishness and embracing a social, helpful society. Meditation is a great technique to calm down, to get into a more self-reflecting mode. Especially for people with a lot of power—like a CEO or CTO—this is a very useful skillset.</p>
<p>Now if you look at your business strategy and project from a point of view where you want to make people happy instead of stealing their time with for example interstitial advertising, you realize a huge difference compared to a business strategy that wants to build a “successful” product. 
The latter ultimately focuses solely on money and will always mean that at least to some point you will make decisions against people. Whether that are your employees because you let them work more hours or encourage them to work faster to match a deadline or the users of your product by forcing them to spend more money, by showing them unnecessary ads, product placements, upgrade notices, or “other relevant/recommended stories”.</p>
<blockquote>
<p>There’s nothing as long-lasting and uplifting as someone else who is grateful for what you have done for them.</p>
</blockquote>
<p>But once you set your goals to help other people, things are different. It suddenly doesn’t matter if you are an employee, manager or the CEO of a company. Everybody in the group of people working on that project are able to do their individual best for other people. It can be helping your colleague to learn a new technique, giving them support when they struggle with a task, taking over some work when you have little to do and others a lot. It can be building a service that doesn’t want to attract you artificially, that doesn’t change people’s minds to pull news all-day, that doesn’t fuel the anxiety to be left-out or to miss a story from friends (Facebook), that does not fuel the fear of having a boring life while all friends have such amazing ones (The “Insta(gram) effect”).</p>
<p>Once we start building things for people, we not only make others happier and healthier, we will be happier as well. There’s nothing as long-lasting and uplifting as someone else who is grateful for what you have done for them. Our own happiness will make us calmer and more healthy. </p>
<blockquote>
<p>… we have it in our hands to change society again, to use tech to help the society, to boost the mood of ourselves and our friends. </p>
</blockquote>
<p>We have destroyed a lot of the connection between health, happiness and society in the past. But we can fix it, it is nothing permanent and it is up to us to make that change. Right now we can see how current social media services are dragging especially young (but also mid-aged and old) people down and push them into suicidal thinking (and unfortunately sometimes even into action), into depression, into self-doubt, envy and selfishness. Many of these human behaviours result in diseases and unhappy lives. But we have it in our hands to change society again, to use tech to help the society, to boost the mood of ourselves and our friends.</p>

+ 215
- 0
cache/2021/da6f2715327f68a1955044955fb913ea/index.html View File

@@ -0,0 +1,215 @@
<!doctype html><!-- This is a valid HTML5 document. -->
<!-- Screen readers, SEO, extensions and so on. -->
<html lang="fr">
<!-- Has to be within the first 1024 bytes, hence before the `title` element
See: https://www.w3.org/TR/2012/CR-html5-20121217/document-metadata.html#charset -->
<meta charset="utf-8">
<!-- Why no `X-UA-Compatible` meta: https://stackoverflow.com/a/6771584 -->
<!-- The viewport meta is quite crowded and we are responsible for that.
See: https://codepen.io/tigt/post/meta-viewport-for-2015 -->
<meta name="viewport" content="width=device-width,initial-scale=1">
<!-- Required to make a valid HTML5 document. -->
<title>« Le manoir de verre » : comment la tech traite-t-elle les femmes développeuses ou data scientists ? (archive) — David Larlet</title>
<meta name="description" content="Publication mise en cache pour en conserver une trace.">
<!-- That good ol' feed, subscribe :). -->
<link rel="alternate" type="application/atom+xml" title="Feed" href="/david/log/">
<!-- Generated from https://realfavicongenerator.net/ such a mess. -->
<link rel="apple-touch-icon" sizes="180x180" href="/static/david/icons2/apple-touch-icon.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="32x32" href="/static/david/icons2/favicon-32x32.png">
<link rel="icon" type="image/png" sizes="16x16" href="/static/david/icons2/favicon-16x16.png">
<link rel="manifest" href="/static/david/icons2/site.webmanifest">
<link rel="mask-icon" href="/static/david/icons2/safari-pinned-tab.svg" color="#07486c">
<link rel="shortcut icon" href="/static/david/icons2/favicon.ico">
<meta name="msapplication-TileColor" content="#f7f7f7">
<meta name="msapplication-config" content="/static/david/icons2/browserconfig.xml">
<meta name="theme-color" content="#f7f7f7" media="(prefers-color-scheme: light)">
<meta name="theme-color" content="#272727" media="(prefers-color-scheme: dark)">
<!-- Documented, feel free to shoot an email. -->
<link rel="stylesheet" href="/static/david/css/style_2021-01-20.css">
<!-- See https://www.zachleat.com/web/comprehensive-webfonts/ for the trade-off. -->
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t4_poly_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: light), (prefers-color-scheme: no-preference)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_regular.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_bold.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<link rel="preload" href="/static/david/css/fonts/triplicate_t3_italic.woff2" as="font" type="font/woff2" media="(prefers-color-scheme: dark)" crossorigin>
<script>
function toggleTheme(themeName) {
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-dark',
themeName === 'dark'
)
document.documentElement.classList.toggle(
'forced-light',
themeName === 'light'
)
}
const selectedTheme = localStorage.getItem('theme')
if (selectedTheme !== 'undefined') {
toggleTheme(selectedTheme)
}
</script>

<meta name="robots" content="noindex, nofollow">
<meta content="origin-when-cross-origin" name="referrer">
<!-- Canonical URL for SEO purposes -->
<link rel="canonical" href="https://usbeketrica.com/fr/article/le-manoir-de-verre-comment-la-tech-traite-t-elle-les-femmes-developpeuses-ou-data-scientists">

<body class="remarkdown h1-underline h2-underline h3-underline em-underscore hr-center ul-star pre-tick" data-instant-intensity="viewport-all">


<article>
<header>
<h1>« Le manoir de verre » : comment la tech traite-t-elle les femmes développeuses ou data scientists ?</h1>
</header>
<nav>
<p class="center">
<a href="/david/" title="Aller à l’accueil"><svg class="icon icon-home">
<use xlink:href="/static/david/icons2/symbol-defs.svg#icon-home"></use>
</svg> Accueil</a> •
<a href="https://usbeketrica.com/fr/article/le-manoir-de-verre-comment-la-tech-traite-t-elle-les-femmes-developpeuses-ou-data-scientists" title="Lien vers le contenu original">Source originale</a>
</p>
</nav>
<hr>
<p>L&rsquo;entr&eacute;e dans le monde de la tech s&rsquo;ouvre de plus en plus aux femmes. Mais quid de la suite&#8239;? Comment sont-elles consid&eacute;r&eacute;es &nbsp;lorsqu&rsquo;elles sont effectivement devenues d&eacute;veloppeuses ou data scientists&#8239;? Quels dispositifs peuvent &ecirc;tre imagin&eacute;s pour les aider &agrave; rester dans ce milieu alors que les femmes ont significativement plus de risques d&rsquo;abandonner leur carri&egrave;re technique que leurs homologues masculins&#8239;?&nbsp;</p>
<p>Elisabeth Fainstein, Coach D&eacute;veloppeuse pour l<strong>e </strong>programme Entrepreneurs d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t g&eacute;n&eacute;ral et fondatrice d&rsquo;<a target="_blank" href="http://electronictales.io/">electronictales.io </a>fait le tour de quelques initiatives &eacute;mergentes &ndash; du monde associatif aux grands groupes, en passant par les start-ups et le secteur public &ndash;, afin d&rsquo;examiner les effets de celles-ci et de r&ecirc;ver aux solutions de demain.</p>
<p><i>Disclaimer </i>: Je n&rsquo;aime pas parler de choses que je ne connais pas. L&rsquo;&eacute;criture d&rsquo;une tribune est donc pour moi un exercice particuli&egrave;rement difficile, car il ne s&rsquo;agit pas d&rsquo;un essai&#8239;; tout n&rsquo;a pas vocation &agrave; &ecirc;tre &eacute;tay&eacute; avec la rigueur d&rsquo;une publication scientifique. Une tribune &eacute;tant n&eacute;cessairement arbitraire, je vais donc me pr&ecirc;ter &agrave; l&rsquo;exercice de donner mon point de vue, en m&rsquo;appuyant sur des faits v&eacute;cus personnellement, des histoires relat&eacute;es par mon entourage, des choses lues et vues &ccedil;a et l&agrave; dans les communaut&eacute;s que je fr&eacute;quente. Comme vous le verrez, je me concentrerai en particulier sur les femmes devenues techniciennes du num&eacute;rique suite &agrave; une reconversion professionnelle. Non que les autres ne m&rsquo;int&eacute;ressent pas, au contraire&#8239;; mais les asp&eacute;rit&eacute;s de leurs parcours captent mieux certaines lumi&egrave;res.</p>
<p>De m&ecirc;me, il me semble important de pr&eacute;ciser que je n&rsquo;&eacute;nonce rien de particuli&egrave;rement neuf &ndash; les sujets que j&rsquo;&eacute;voque ont tous &eacute;t&eacute; plus ou moins largement &eacute;tudi&eacute;s et th&eacute;oris&eacute;s par des d&eacute;partements entiers d&rsquo;individus nettement plus dipl&ocirc;m&eacute;s que moi.</p>
<p>Enfin, il est possible &ndash; et normal &ndash; que des lecteurs soient en d&eacute;saccord avec &agrave; peu pr&egrave;s tous les points que j&rsquo;&eacute;nonce, des fondamentaux aux d&eacute;tails&nbsp;: qu&rsquo;est-ce qu&rsquo;une &laquo;&nbsp;femme&nbsp;&raquo;, qu&rsquo;est-ce qu&rsquo;&laquo;&nbsp;une femme dans la tech&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;qu&rsquo;est-ce que la Tech&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;qu&rsquo;est-ce que le juniorat&nbsp;&raquo;, et ainsi de suite&hellip;</p>
<p>Pour r&eacute;pondre &agrave; cela, je citerais Theodore Bikel parlant d&rsquo;un tout autre sujet&nbsp;: &laquo;&nbsp;<i>I sing Jewish songs not because they are better than the songs of my neighbour. I sing them because they&rsquo;re mine. And unless I sing them, that part of the culture will vanish and that wonderful meadow of proliferating flowers, with a profusion of flowers, will have the Jewish flower missing. That&rsquo;s why I sing Jewish songs&nbsp;&raquo;</i>.</p>
<p>O&ugrave; sont les femmes&#8239;? Dans le monde la Tech, et plus particuli&egrave;rement celui de la programmation, un ensemble d&rsquo;&eacute;tudes tourn&eacute;es vers le pass&eacute; semble avoir &ndash; en partie &ndash; r&eacute;solu la question. En r&eacute;sum&eacute;&nbsp;: oui, les femmes des pays occidentaux ont &eacute;t&eacute; fortement impliqu&eacute;es dans le domaine de l&rsquo;informatique jusqu&rsquo;au milieu des 1980, puis s&rsquo;en sont d&eacute;tourn&eacute;es de mani&egrave;re drastique. Les raisons&#8239;? Si elles s&rsquo;articulent sans doute en un faisceau complexe, deux peuvent &ecirc;tre mises en avant. D&rsquo;une part, la mont&eacute;e en prestige de l&rsquo;informatique et ses possibilit&eacute;s de carri&egrave;res ont attir&eacute; davantage d&rsquo;hommes (une dynamique qui n&rsquo;est pas sans rappeler l&rsquo;histoire du cin&eacute;ma). D&rsquo;autre part, &agrave; partir de la fin des ann&eacute;es 1970, l&rsquo;ordinateur personnel arrive dans les foyers, et il est largement market&eacute; comme destin&eacute; aux gar&ccedil;ons.</p>
<p>Des ann&eacute;es de pratique amatrice plus tard, ces jeunes gens se sont plus facilement dirig&eacute;s vers l&rsquo;informatique pour leurs &eacute;tudes sup&eacute;rieures. Sur les bancs de l&rsquo;universit&eacute;, la diff&eacute;rence d&rsquo;exp&eacute;rience semble avoir &eacute;t&eacute; d&eacute;terminante&nbsp;: les femmes, qui, elles, n&rsquo;avaient en majorit&eacute; pas grandi avec un ordinateur personnel, se sont retrouv&eacute;es en difficult&eacute; face &agrave; leurs homologues masculins. Un premier obstacle, donc, sorte de seuil de verre fait de retard culturel et technique qui en a d&eacute;courag&eacute; plus d&rsquo;une. De 1984 &agrave; 2010, le pourcentage de femmes faisant des &eacute;tudes d&rsquo;informatique n&rsquo;a fait que chuter.</p>
<p>La popularisation, ces dix derni&egrave;res ann&eacute;es, des bootcamps et autres formations courtes, est-elle en train de contribuer &agrave; inverser la tendance&#8239;? Des promotions 100 % f&eacute;minines de Simplon &agrave; Ada Tech School (qui vient de lever 3 millions d&rsquo;euros) en passant par des financements publics, de nombreuses initiatives visant &agrave; faire entrer davantage de femmes dans la Tech fleurissent. Gr&acirc;ce &agrave; ces nouvelles dynamiques, de plus en plus de femmes semblent retrouver le chemin des formations informatiques. La seuil de verre s&rsquo;&eacute;largit&hellip;</p>
<p>Mais qu&rsquo;arrive-t-il une fois ce seuil de verre de la formation franchi&#8239;? Comment la Tech traite-t-elle les femmes lorsque celles-ci sont effectivement devenues des techniciennes du num&eacute;rique &ndash; d&eacute;veloppeuses (notons qu&rsquo;ici, mon &eacute;diteur de texte me signale une erreur et me sugg&egrave;re &laquo;&nbsp;d&eacute;veloppeurs&nbsp;&raquo;), administratrices r&eacute;seaux, data engineers ou data scientists&#8239;? Statistiquement, ces femmes ont deux fois plus de chances de quitter le monde de la Tech que leurs homologues masculins.</p>
<p>Pour tenter de comprendre pourquoi, entrons avec elles dans le manoir de verre de la Tech.</p>
<p>Apr&egrave;s la formation vient le temps d&rsquo;int&eacute;grer une entreprise, et le parcours vitrifi&eacute; continue. &Agrave; ce stade, le v&eacute;ritable probl&egrave;me des techniciennes du num&eacute;rique n&rsquo;est pas n&eacute;cessairement, &agrave; mon sens, d&rsquo;&ecirc;tre une femme, mais plut&ocirc;t d&rsquo;<i>avoir &eacute;t&eacute;</i> une femme jusqu&rsquo;&agrave; ce moment pr&eacute;cis. Revenons un instant aux ordinateurs personnels et aux gar&ccedil;ons qui, ayant grandi, se dirigent vers des &eacute;tudes d&rsquo;informatique. Lorsqu&rsquo;ils arrivent sur le march&eacute; du travail, ces derniers ont g&eacute;n&eacute;ralement derri&egrave;re eux trois &agrave; cinq ans de formation sp&eacute;cialis&eacute;e, ainsi que plusieurs exp&eacute;riences techniques, aussi bien professionnelles qu&rsquo;extra-professionnelles.&nbsp;</p>
<p>De l&rsquo;autre c&ocirc;t&eacute; de l&rsquo;&eacute;chiquier des juniors, les reconvertis, souvent pass&eacute;s par une formation courte de type bootcamp. Quel est le bagage de ces derniers&#8239;? Une premi&egrave;re carri&egrave;re dans un autre domaine et trois &agrave; douze mois de formation informatique acc&eacute;l&eacute;r&eacute;e, tr&egrave;s souvent ax&eacute;e sur des aspects imm&eacute;diatement applicables du d&eacute;veloppement web. En d&rsquo;autres termes, un bagage r&eacute;duit en algorithmie, en hardware ou encore en syst&egrave;mes et r&eacute;seaux. Pour les raisons sociologiques, &eacute;conomiques et culturelles &eacute;voqu&eacute;es en introduction, une grande partie des nouvelles techniciennes du num&eacute;rique se retrouve dans la deuxi&egrave;me cat&eacute;gorie. Elles souffrent alors d&rsquo;un probl&egrave;me qui d&eacute;passe la question de genre&nbsp;: le &laquo;&nbsp;manque de technicit&eacute;&nbsp;&raquo; des reconvertis.</p>
<p>S&rsquo;il fallait r&eacute;sumer grossi&egrave;rement le recrutement tel qu&rsquo;il est pratiqu&eacute; aujourd&rsquo;hui dans la majorit&eacute; des entreprises de la Tech, trois grandes modalit&eacute;s pourraient &ecirc;tre identifi&eacute;es&nbsp;:</p>
<ul><li>Le recrutement fond&eacute; sur l&rsquo;analyse des CV&nbsp;: &agrave; moins d&rsquo;une volont&eacute; claire, les profils issus de la m&ecirc;me &eacute;cole (ou d&rsquo;une &eacute;cole de r&eacute;putation &eacute;gale) que les fondateurs ou la majorit&eacute; des employ&eacute;s ont toutes les chances d&rsquo;&ecirc;tre privil&eacute;gi&eacute;s.</li><li>Le recrutement fond&eacute; sur une batterie de tests, souvent sur des sujets fondamentaux tels que l&rsquo;algorithmique et le design des syst&egrave;mes&nbsp;: pour les r&eacute;ussir, il n&rsquo;est pas rare que les candidats qui ne sont pas issus d&rsquo;une formation informatique traditionnelle doivent y consacrer un temps d&rsquo;apprentissage cons&eacute;quent, qui dure parfois plusieurs mois.</li><li>Un test technique &agrave; faire &agrave; la maison&nbsp;: pour le r&eacute;ussir, les candidats doivent parfois y consacrer jusqu&rsquo;&agrave; une semaine de travail &agrave; temps plein.</li></ul>
<p>Dans ces conditions, qui a le plus de chances d&rsquo;&ecirc;tre recrut&eacute;&#8239;? Les personnes ayant suivi un parcours d&rsquo;&eacute;tudes informatiques classique (voire d&rsquo;excellence), c&rsquo;est-&agrave;-dire une vaste majorit&eacute; d&rsquo;hommes. Signes superficiels de cette dynamique profonde&nbsp;: les formulations qu&rsquo;on retrouve encore dans certaines annonces d&rsquo;emploi, o&ugrave; les entreprises disent rechercher &laquo;&nbsp;un ninja du code&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;un h&eacute;ros du dev&nbsp;&raquo;, et autres tournures martiales.</p>
<p>L&agrave; encore, les femmes, parce qu&rsquo;elles sont plus souvent issues de parcours de reconversion que de formations classiques, sont confront&eacute;es &agrave; un obstacle, donc&nbsp;: la porte de verre de l&rsquo;entr&eacute;e en entreprise. Mais comme pour la formation, les choses bougent&nbsp;: des entreprises font le choix d&eacute;lib&eacute;r&eacute; de pratiquer une forme de discrimination positive dans leurs recrutements pour s&rsquo;ouvrir &agrave; la diversit&eacute;, ce qui favorise, entre autres, les femmes (et peut-&ecirc;tre <i>surtout </i>les femmes plut&ocirc;t blanches, plut&ocirc;t jeunes et plut&ocirc;t CSP+ d&rsquo;ailleurs&#8239;; mais l&agrave; encore les &eacute;tudes manquent). Les annonces d&rsquo;emploi en sont une nouvelle fois des t&eacute;moins criants&nbsp;: &eacute;criture inclusive et pr&eacute;cisions bienveillantes telles que<i> &laquo;&nbsp;vous n&rsquo;avez pas &agrave; remplir tous les crit&egrave;res pour postuler&nbsp;&raquo; </i>fleurissent.</p>
<p>Les raisons de cette ouverture &agrave; la diversit&eacute; sont multiples&nbsp;: meilleures prises de d&eacute;cisions, meilleures performances financi&egrave;res, meilleure image de marque&hellip; Cependant, il est int&eacute;ressant de noter qu&rsquo;au sein m&ecirc;me de ces recrutements &laquo;&nbsp;inclusifs&nbsp;&raquo;, des biais peuvent exister. Et que ces biais suivent souvent les m&ecirc;mes motifs&nbsp;: une femme communiquerait bien, garantirait une bonne relation avec les clients, apaiserait les dynamiques d&rsquo;&eacute;quipe&hellip; Elle serait aussi organis&eacute;e, appliqu&eacute;e et aurait une sensibilit&eacute; inn&eacute;e pour l&rsquo;exp&eacute;rience utilisateur et le d&eacute;veloppement frontend.&nbsp;</p>
<p>M&ecirc;me dans des entreprises &eacute;loign&eacute;es des enjeux de la hype li&eacute;e au fait d&rsquo;avoir une femme dans l&rsquo;&eacute;quipe technique, par exemple dans certaines entreprises de services num&eacute;riques historiques, ces pr&eacute;jug&eacute;s peuvent, de facto, constituer des avantages concurrentiels pour les femmes. Sur ce sujet, les &eacute;tudes manquent, mais il serait int&eacute;ressant de voir si, &agrave; niveaux techniques &eacute;gaux (et tr&egrave;s juniors), une femme ne serait pas favoris&eacute;e par rapport &agrave; un homme.</p>
<p>L&rsquo;entr&eacute;e dans une entreprise tech est aussi l&rsquo;occasion d&rsquo;entendre pour la premi&egrave;re fois une ritournelle destin&eacute;e &agrave; &ecirc;tre sans cesse rejou&eacute;e au long de la carri&egrave;re d&rsquo;un&middot;e technicien&middot;ne du num&eacute;rique&nbsp;: celle de la n&eacute;gociation salariale. Des expert&middot;e&middot;s ont couvert ce sujet, je ne ferai donc que r&eacute;sumer grossi&egrave;rement les choses&nbsp;: pour un ensemble de raisons largement ind&eacute;pendantes de leur volont&eacute;, les femmes n&eacute;gocient leurs r&eacute;mun&eacute;ration de fa&ccedil;on moins offensive que leurs homologues masculins, voire ne n&eacute;gocient pas du tout. Ce constat d&eacute;passe le domaine de la Tech, mais il est int&eacute;ressant de le revoir &agrave; la lumi&egrave;re de la bonne sant&eacute; du march&eacute; du travail, o&ugrave; il n&rsquo;est pas rare que les candidat.e.s soient en position de force &ndash; et donc en position de n&eacute;gocier &ndash; par rapport aux entreprises recruteuses. (Soit dit en passant, il serait passionnant qu&rsquo;une &eacute;tude se penche sur les salaires offerts aux femmes par les entreprises cherchant &agrave; atteindre davantage d&rsquo;inclusion.)</p>
<p>En d&rsquo;autres mots, d&egrave;s le d&eacute;part, les techniciennes qui parviennent &agrave; passer la porte de verre de l&rsquo;entreprise ont des chances de se retrouver une marche en dessous par rapport &agrave; leurs homologues masculins.</p>
<p>En entreprise &ndash; mais cela marche aussi au sein de communaut&eacute;s techniques non-professionnelles -, le parcours de vie et d&rsquo;&eacute;tudes de certaines techniciennes peut encore placer celles-ci dans une situation inconfortable par rapport &agrave; leurs coll&egrave;gues issu&middot;e&middot;s de formations informatiques traditionnelles. Imaginez&nbsp;: vous venez de finir de corriger un bug&#8239;; contente de vous, vous allez prendre un caf&eacute; bien m&eacute;rit&eacute;. Quelques coll&egrave;gues bavardent gaiement autour de la machine. Vous vous approchez, et l&agrave;, horreur&nbsp;: il est question d&rsquo;AMD Ryzen 5 3600 <i>versus </i>Intel Core i3&ndash;10105F @ 3.70 GHz, du traumatisme vid&eacute;oludique qu&rsquo;est <i>Dark Souls</i> ou encore des diverses fa&ccedil;ons d&rsquo;overclocker un Raspberry Pi sans le faire fondre. Le mur de verre de la <i>computer culture</i> que vous n&rsquo;avez jamais eu l&rsquo;opportunit&eacute; d&rsquo;acqu&eacute;rir dans votre prime jeunesse vous coupe de vos camarades. Bien s&ucirc;r, les informaticiens sortis d&rsquo;&eacute;coles d&rsquo;ing&eacute;nieur ne parlent pas de ce genre de choses &agrave; chaque fois qu&rsquo;ils vont boire un caf&eacute;. Mais lorsque cela arrive, croyez-moi, beaucoup de personnes qui les entendent et qui ne ma&icirc;trisent pas ces sujets peuvent &eacute;prouver un sentiment d&rsquo;imposture aux effets bien r&eacute;els &ndash; et peut-on vraiment leur jeter la pierre&#8239;?</p>
<p>Je parlais, plus haut, du potentiel avantage d&rsquo;&ecirc;tre une femme pour le recrutement. Maintenant que nos techniciennes sont bien pos&eacute;es sur leur premi&egrave;re marche, permettez-moi d&rsquo;y revenir pour montrer en quoi il peut &ecirc;tre compar&eacute; &agrave; un cadeau empoisonn&eacute; &ndash; ou plut&ocirc;t &agrave; de la glue qui les collerait &agrave; cet &eacute;chelon de l&rsquo;entreprise. <i>Glue work </i>&ndash; c&rsquo;est pr&eacute;cis&eacute;ment sous ce terme apparu assez r&eacute;cemment que sont regroup&eacute;es les t&acirc;ches non-techniques que peut avoir &agrave; faire un d&eacute;veloppeur ou une d&eacute;veloppeuse&nbsp;: organiser des rendez-vous, r&eacute;aliser l&rsquo;onboarding des juniors, contacter les utilisateurs&hellip; Sans grande surprise, les femmes de la Tech se reconnaissent davantage dans cette description que les hommes. Pourquoi&#8239;?</p>
<p>Les techniciennes du num&eacute;rique, pour toutes les raisons que nous avons d&eacute;j&agrave; vues et probablement pour bien d&rsquo;autres encore, ont moins confiance en leurs comp&eacute;tences techniques que leurs coll&egrave;gues hommes&#8239;; elles ont donc tendance &agrave; compenser en investissant la sph&egrave;re du glue work. Ce faisant, elles renforcent aupr&egrave;s de leurs managers les st&eacute;r&eacute;otypes li&eacute;s &agrave; leur genre, confirmant le &ldquo;bon&rdquo; recrutement f&eacute;minin de l&rsquo;entreprise. Et le cercle vicieux commence. Plus la technicienne pratiquera bien ce glue work, plus elle &eacute;copera de t&acirc;ches non-techniques&#8239;; puis elle traitera ce type de t&acirc;ches, moins elle aura de temps pour faire de la technique.</p>
<p>&Agrave; court terme, cette dynamique diminuera ses chances de s&rsquo;am&eacute;liorer techniquement. &Agrave; moyen et long terme, elle l&rsquo;emp&ecirc;chera de produire des &eacute;l&eacute;ments valorisables pour la suite de sa carri&egrave;re, la faisant doucement d&eacute;river &ndash; tant aux yeux de ses sup&eacute;rieurs que, parfois, aux siens &ndash; vers des postes para-techniques&nbsp;: engineering manager, product owner, chef de projet&hellip; L&agrave;, elles peuvent se confronter &agrave; une seconde forme de mur de verre&nbsp;: certes, elles restent dans le m&ecirc;me open space que leurs coll&egrave;gues masculins, mais elles ne parviennent pas (ou plus) &agrave; occuper les fonctions de ces derniers.</p>
<p>Seuil, porte, murs&hellip; La liste des obstacles cristallins ne s&rsquo;arr&ecirc;te pas l&agrave;, au contraire&#8239;; des concepts aussi essentiels que le plafond de verre ou son pendant plus aventureux r&eacute;cemment th&eacute;oris&eacute;, la falaise de verre, permettent d&rsquo;&eacute;clairer un constat univoque&nbsp;: les femmes ont deux fois plus de chances d&rsquo;abandonner leur carri&egrave;re technique que les hommes. Alors, quelles mesures pourraient &ecirc;tre prises pour permettre aux techniciennes de rester dans notre &eacute;cosyst&egrave;me&#8239;?</p>
<p>Sur le grand &eacute;chiquier des domaines professionnels, la Tech a un statut particulier. Peut-&ecirc;tre plus qu&rsquo;ailleurs, il y r&egrave;gne une culture cr&eacute;ative, o&ugrave; les pratiques se r&eacute;inventent sans cesse et peuvent &ecirc;tre questionn&eacute;es dans un foisonnement d&rsquo;initiatives. La Tech, &agrave; l&rsquo;image de son &eacute;tendard le plus visible, le Web, est aussi une grande exp&eacute;rience collective men&eacute;e &agrave; &eacute;chelle mondiale. Et comme l&rsquo;a dit une des ses figures tut&eacute;laires, Albus Dumbledore&nbsp;: &laquo;&nbsp;It is our choices [&hellip;] that show what we truly are, far more than our abilities.&nbsp;&raquo;. Oui, des actions concr&egrave;tes sont d&eacute;j&agrave; pens&eacute;es &ndash; et men&eacute;es &ndash; par nombre d&rsquo;acteurs de notre &eacute;cosyst&egrave;me pour ouvrir celui-ci &agrave; davantage de diversit&eacute;. Mais il s&rsquo;agit aujourd&rsquo;hui d&rsquo;aller plus loin&nbsp;: les efforts li&eacute;s &agrave; l&rsquo;inclusion ne peuvent pas s&rsquo;arr&ecirc;ter &agrave; des efforts de formation et de recrutement&#8239;; ils doivent remonter la colonne vert&eacute;brale de l&rsquo;entreprise pour accompagner les techniciennes tout au long de leur carri&egrave;re.</p>
<p>Anecdote v&eacute;cue&nbsp;: j&rsquo;ai d&eacute;j&agrave; entendu un commercial d&eacute;crire une &eacute;cole de d&eacute;veloppement web &agrave; un collaborateur potentiel en disant que c&rsquo;&eacute;tait <i>&laquo;&nbsp;une bo&icirc;te avec une majorit&eacute; de femmes&nbsp;&raquo;</i>. L&rsquo;assertion m&rsquo;avait interpell&eacute;e&nbsp;: oui, il y avait en effet beaucoup de responsables de communication, de cheffes de projets, de charg&eacute;es d&rsquo;affaires et autres professions ne relevant pas de la technique num&eacute;rique. En revanche, il y avait exactement deux formatrices en d&eacute;veloppement web dans une &eacute;quipe d&rsquo;une trentaine d&rsquo;enseignants, et aucune femme dans l&rsquo;&eacute;quipe de d&eacute;veloppement technique. Par la suite, j&rsquo;allais revivre cet &eacute;tonnement dans plusieurs autres structures&nbsp;: l&rsquo;arbre d&rsquo;une pr&eacute;sence f&eacute;minine g&eacute;n&eacute;rale semble cacher la for&ecirc;t de l&rsquo;absence de femmes &agrave; des postes techniques.</p>
<p>Bien que cela puisse para&icirc;tre &eacute;vident, il semble donc indispensable de commencer son chemin vers plus d&rsquo;inclusion en mesurant pr&eacute;cis&eacute;ment, au sein de ses &eacute;quipes, la r&eacute;elle proportion genr&eacute;e des individus en fonction du type de t&acirc;ches qu&rsquo;ils accomplissent. De ce comptage, on constatera peut-&ecirc;tre que ressort un d&eacute;s&eacute;quilibre montrant que, si une parit&eacute; de fa&ccedil;ade est souvent respect&eacute;e, les femmes demeurent majoritairement pr&eacute;sentes &agrave; certains types de postes et les hommes dans d&rsquo;autres.&nbsp;</p>
<p>Cette mesure honn&ecirc;te est le premier pas &agrave; faire pour initier un d&eacute;samor&ccedil;age r&eacute;el de la distribution genr&eacute;e des m&eacute;tiers au sein d&rsquo;une entreprise de la Tech. Elle nous r&eacute;v&egrave;le &eacute;galement que la notion de parit&eacute;, inscrite dans les textes de loi et dont les entreprises tirent souvent une grande fiert&eacute;, ne suffit pas &agrave; freiner le ph&eacute;nom&egrave;ne des in&eacute;galit&eacute;s de genre dans le milieu professionnel. La mesure honn&ecirc;te d&eacute;montre ainsi que la parit&eacute; est devenue une notion &ldquo;has been&rdquo;, et constitue seulement une premi&egrave;re pierre d&rsquo;achoppement &agrave; la mise en &oelig;uvre d&rsquo;un v&eacute;ritable effort de mixit&eacute; et d&rsquo;inclusion au sein de ses &eacute;quipes.&nbsp;</p>
<p>On peut voir dans ce rebond conceptuel (de la parit&eacute; vers la mixit&eacute;) des applications pratiques imm&eacute;diates&nbsp;: la r&eacute;elle mise en place d&rsquo;une politique inclusive au sein d&rsquo;une entreprise pourrait par exemple consister non seulement &agrave; embaucher plus de femmes &agrave; des postes traditionnellement occup&eacute;s par une majorit&eacute; d&rsquo;hommes, mais aussi &agrave; recruter plus d&rsquo;hommes &agrave; des postes traditionnellement occup&eacute;s par une majorit&eacute; de femmes, comme les postes de secr&eacute;tariat, de community manager ou encore de charg&eacute;&middot;e&middot;s de communication.</p>
<p>Si vous avez d&eacute;j&agrave; eu l&rsquo;insouciance de reposer un livre de biblioth&egrave;que loin de l&rsquo;&eacute;tag&egrave;re o&ugrave; il &eacute;tait cens&eacute; se trouver, peut-&ecirc;tre ne l&rsquo;avez vous pas remarqu&eacute;, mais il est probable que, quelque part dans le monde, un biblioth&eacute;caire en charge du catalogage est tomb&eacute; raide mort.</p>
<p>Sans aller plus loin dans l&rsquo;hommage douteux &ndash; puissent Peter Pan et ses f&eacute;es reposer en paix &ndash;, disons simplement que, si mesurer est indispensable, rendre les donn&eacute;es qui en r&eacute;sultent trouvables et consultables, notamment par les potentiels candidats &agrave; un poste, constitue une &eacute;tape essentielle. Une publication des donn&eacute;es de l&rsquo;entreprise qui concernerait des indicateurs de diversit&eacute;, bien s&ucirc;r, mais aussi &ndash; et c&rsquo;est probablement l&agrave; que la b&acirc;t blesse le plus &ndash; les r&eacute;mun&eacute;rations pratiqu&eacute;es dans l&rsquo;entreprise. Des initiatives allant en ce sens ont d&eacute;j&agrave; &eacute;merg&eacute;.&nbsp;</p>
<p>Dans le priv&eacute;, entres autres, la mutuelle Alan publie ses grilles de salaire, accessibles &agrave; tous pour les grandes lignes, et &agrave; chaque salari&eacute; dans le d&eacute;tail. Dans le public, le programme Entrepreneurs d&rsquo;Int&eacute;r&ecirc;t G&eacute;n&eacute;ral, qui permet &agrave; des talents du num&eacute;rique de rejoindre une administration lors d&rsquo;un CDD de 10 mois, propose un syst&egrave;me encore plus simple&nbsp;: 3 500 euros nets par mois pour des personnes ayant moins de cinq ans d&rsquo;exp&eacute;rience professionnelle, 4 000 euros nets pour celles et ceux qui en ont davantage. Derri&egrave;re cette clart&eacute;, un effet plus qu&rsquo;int&eacute;ressant&nbsp;: la n&eacute;gociation salariale &eacute;tant d&eacute;samorc&eacute;e, le risque de recruter des personnes &agrave; des marches diff&eacute;rentes, en fonction de leur capacit&eacute; &agrave; n&eacute;gocier, est r&eacute;duit.</p>
<p>On l&rsquo;a d&eacute;j&agrave; &eacute;voqu&eacute; &agrave; plusieurs reprises&nbsp;: une partie des techniciennes de la Tech rencontrent des difficult&eacute;s qui d&eacute;passent leur statut de femmes, et qui sont celles de toute une g&eacute;n&eacute;ration de juniors arrivant sur le march&eacute; du travail. Beaucoup d&rsquo;analystes ont d&eacute;j&agrave; pr&eacute;dit que la crise du Covid-19, avec sa globalisation du travail &agrave; distance et le boom des outils y aidant, constituera un &eacute;v&eacute;nement historique majeur pour la Tech. Autre r&eacute;alit&eacute;, moins visible&nbsp;: sur un r&eacute;seau tel que Linkedin, on ne compte plus les juniors (dans leur immense majorit&eacute; issus d&rsquo;une reconversion) &agrave; la recherche d&rsquo;un premier emploi &ndash; en vain.&nbsp;</p>
<p>L&rsquo;&eacute;quation est simple. D&rsquo;un c&ocirc;t&eacute;, une expansion toujours grandissante des bootcamps et autres formations courtes, menant vers une saturation du pool de personnes form&eacute;es&#8239;; de l&rsquo;autre, une crise &eacute;conomique et sociale r&eacute;clamant de l&rsquo;industrie toujours plus de performance et d&rsquo;efficacit&eacute;, d&rsquo;<i>agile</i> et de <i>time-to-market</i>. Un ou une junior qui sort d&rsquo;un bootcamp, c&rsquo;est un ou une junior qu&rsquo;il faut accompagner au quotidien dans sa mont&eacute;e en comp&eacute;tences. Mais le temps de la production compresse le temps de la transmission/formation, voire l&rsquo;annihile. Les tech leads et autres seniors n&rsquo;ont pas la &ldquo;bande passante&rdquo; pour accueillir des juniors, mais les besoins de recrutement restent pr&eacute;gnants. Partant de l&agrave;, deux possibles&nbsp;: recruter des mid-level et des seniors ou, a minima, des personnes qui sortent d&rsquo;&eacute;cole d&rsquo;ing&eacute;nieur (avec sous le bras, on l&rsquo;a dit, plusieurs ann&eacute;es de formation et des stages).</p>
<p>Proposer des solutions pour sortir du temps de la production (ou du moins s&rsquo;en &eacute;carter) d&eacute;passe largement mes comp&eacute;tences. En revanche, je suis convaincue que la crispation actuelle autour du recrutement des juniors, si elle ne s&rsquo;arr&ecirc;te pas bient&ocirc;t, aura des impacts n&eacute;fastes dans les ann&eacute;es &agrave; venir. L&agrave; encore, le calcul n&rsquo;est pas tr&egrave;s savant&nbsp;: les seniors finiront par quitter le march&eacute; du travail, laissant vacantes des places que les juniors (qui n&rsquo;auront jamais &eacute;t&eacute; embauch&eacute;, et donc form&eacute;) n&rsquo;occuperont pas &ndash; ce qui ne fera qu&rsquo;aggraver le d&eacute;ficit de techniciens et techniciennes dans la Tech. M&ecirc;me sans partir dans des consid&eacute;rations aussi long-termistes, l&rsquo;embauche de professionnels exp&eacute;riment&eacute;s n&rsquo;est pas sans risque&nbsp;: le march&eacute; leur &eacute;tant tr&egrave;s favorable, ils ou elles ont plus de chances de quitter pr&eacute;matur&eacute;ment l&rsquo;entreprise que des juniors bien accompagn&eacute;s par leurs coll&egrave;gues et managers. Enfin, recruter uniquement des seniors est un excellent moyen de ne jamais ouvrir ses &eacute;quipes &agrave; la diversit&eacute;, avec les cons&eacute;quences que l&rsquo;on sait.&nbsp;</p>

<p>Pour diminuer ces risques, les entreprises devraient accepter de renoncer &agrave; une part de rentabilit&eacute; imm&eacute;diate au profit d&rsquo;une forme d&rsquo;investissement durable reposant sur le recrutement de davantage de juniors. En comprenant que ces juniors sortant de formations courtes &ndash; qui sont, notamment, des femmes &ndash; auraient pu &ecirc;tre ing&eacute;nieurs ou ing&eacute;nieures si ils ou elles n&rsquo;avaient pas rencontr&eacute; d&egrave;s l&rsquo;enfance toute une s&eacute;rie de barri&egrave;res socio-culturelles, l&rsquo;industrie miserait sur son propre avenir.</p>
<p>Mais les efforts ne devraient pas s&rsquo;arr&ecirc;ter au recrutement &ndash; auquel cas l&rsquo;&eacute;p&eacute;e de Damocl&egrave;s d&rsquo;un simple <i>diversity washing</i> pendrait toujours &agrave; proximit&eacute;. Et avec elle, deux risques. Le premier est qu&rsquo;une femme soit recrut&eacute;e pour &ecirc;tre &laquo;&nbsp;la fille de l&rsquo;&eacute;quipe&nbsp;&raquo;, consacrant une partie de son temps de travail &ndash; voire de ses loisirs &ndash; &agrave; se rendre visible et faire la publicit&eacute; de l&rsquo;entreprise (en participant &agrave; des talks, des interviews, etc.). Le second est qu&rsquo;une fois recrut&eacute;e, la technicienne ait sur ses &eacute;paules toute la charge de devoir s&rsquo;&laquo;&nbsp;imposer&nbsp;&raquo; dans son milieu professionnel.&nbsp;</p>
<p>&Agrave; ce titre, il est &eacute;difiant de noter que certaines femmes sont valoris&eacute;es par leurs coll&egrave;gues parce qu&rsquo;elles sont des &laquo;&nbsp;grandes gueules&nbsp;&raquo;, qu&rsquo;elles &laquo;&nbsp;ne se laissent pas faire&nbsp;&raquo;, qu&rsquo;elles &laquo;&nbsp;savent se d&eacute;fendre&nbsp;&raquo;. Se d&eacute;fendre de quoi, au juste&#8239;? De r&eacute;unions tendues, d&rsquo;open spaces aux ambiances de caserne, du sentiment d&rsquo;imposture, de la pression de livraisons soutenues&hellip; Autant de probl&egrave;mes syst&eacute;miques, et non individuels &ndash; en t&eacute;moignent les statistiques, qui montrent bien que ces difficult&eacute;s ne concernent pas <i>une </i>femme dans <i>une </i>entreprise, mais une multitudes de personnes. Or, il me semble probl&eacute;matique de faire reposer sur des individus la responsabilit&eacute; de s&rsquo;opposer &agrave; des forces syst&eacute;miques, plut&ocirc;t que de chercher &agrave; modifier le syst&egrave;me en question.</p>
<p>Les entreprises devraient donc r&eacute;fl&eacute;chir &agrave; mettre en place un v&eacute;ritable accompagnement de ces profils une fois pass&eacute;e l&rsquo;&eacute;tape du recrutement, et ce sur des plans multiples&nbsp;: technique, bien s&ucirc;r (&agrave; travers du temps laiss&eacute; &agrave; l&rsquo;auto-formation et &agrave; la veille, du mentorat, des formations continues, etc.), mais aussi culturel et social (par exemple, en construisant des guidelines de conduite claires, en &eacute;ditant des chartes de mixit&eacute;, en repensant le temps de travail, etc.).</p>
<p>Le constat que je dresse peut para&icirc;tre sans appel. Il ne l&rsquo;est pas&#8239;; tous les jours, je vois des initiatives fleurir et des changements &ecirc;tre initi&eacute;s. Un travail de longue haleine s&rsquo;amorce d&eacute;j&agrave;&nbsp;: celui de penser les impens&eacute;s, de formaliser les implicites, de faire &eacute;voluer les syst&egrave;mes. Beaucoup ont d&eacute;j&agrave; compris qu&rsquo;il ne suffit pas d&rsquo;amorcer un changement pour faire bouger les choses&#8239;; il faut aussi comprendre ce que ce changement implique sur le long terme.&nbsp;</p>
<p>De m&ecirc;me, des transformations telles que celles que j&rsquo;ai &eacute;voqu&eacute;es dans cette tribune ne peuvent pas &ecirc;tre isol&eacute;es. &Agrave; titre personnel, je suis persuad&eacute;e que la question des femmes dans la Tech n&rsquo;est pas une question de <i>f&eacute;minisation </i>de celle-ci&#8239;; elle la d&eacute;passe largement, car elle concerne tous les individus pouvant &ecirc;tre identifi&eacute;s &agrave; des groupes sous-repr&eacute;sent&eacute;s dans la Tech&nbsp;: personnes racis&eacute;es, issues de milieux populaires, &acirc;g&eacute;es, queer, en situation de handicap &ndash; j&rsquo;en oublie certainement beaucoup. Si la Tech a d&eacute;j&agrave; commenc&eacute; sa mue, elle devra demain, pour continuer &agrave; faire &eacute;cho au Monde de fa&ccedil;on pertinente, regarder en face les probl&egrave;mes d&rsquo;une diversit&eacute; bien plus large. Et embrasser une dynamique encore trop souvent rel&eacute;gu&eacute;e au domaine du militantisme&nbsp;: la convergence des luttes.</p>